Natascha Kampusch : 3096 Jours, le livre témoignage de l’otage


3096 jours – Résumé

Le 2 mars 1998, la jeune Natascha Kampusch va pour la première fois à l’école à pied. Elle est enlevée sur la route par Wolfgang Priklopil, un ingénieur électricien d’une trentaine d’années.

Elle réussira à s’échapper après 3096 jours.

Voici le récit de cette captivité terrible : pendant dix ans, elle restera enfermée dans une pièce de 5 mètres carrées, la plupart du temps dans le noir et pendant les six années suivantes elle sera son esclave domestique.

Sous le joug de la violence et surtout d’un terrible harcèlement psychique de son agresseur, elle réussira à résister à sa séquestration et à s’enfuir. Un récit bouleversant et terriblement émouvant.


Auteur.
Taille du livre320 pages.
Note – ★★★★☆

Natascha Kampusch : 3096 Jours

3096 Jours – Critique

Aujourd’hui, je vous présente un livre assez hors norme : le témoignage de Natascha Kampusch, prise en otage par un déséquilibré quand elle était enfant et retenue prisonnière pendant 3096 jours.

Natascha Kampusch a vécu un calvaire. Violences physiques, verbales, privation de liberté, de nourriture, de référents autres que son ravisseur, Wolfgang Priklopil. On pourrait s’attendre à lire un témoignage de souffrance bouleversant. Pourtant, ce n’est pas ce que j’ai ressenti : j’ai avant tout été frappée par la force mentale qui se dégage de ce livre, 3096 jours.

Natascha Kampusch l’explique elle-même : pour survivre à son enlèvement et à sa séquestration dans un minuscule cachot, elle a dû mettre en place une barrière mentale entre ce qui était infligé à son corps et ce qu’elle était à l’intérieur. Cette stratégie inconsciente de survie transparaît dans son livre. Bien qu’évoquées, parfois dans le détail, les violences physiques paraissent presque éloignées d’elle, de sa vie intérieure. Quoique brisée, elle a conservé quelque part dans le « fort » impénétrable de son esprit l’espoir de s’en sortir un jour.

Elle décrit aussi comment elle luttait régulièrement contre l’asservissement que tentait de lui imposer Wolfgang Priklopil. Refuser de l’appeler Maestro. Refuser de s’agenouiller devant lui. On sent chez elle une capacité presque instinctive à détecter les états d’âme de son ravisseur, à anticiper ses colères (hélas pas toujours avec succès). Je dois admettre que cette sensibilité, associée à sa force mentale remarquable, m’a davantage inspirée qu’émue. Le vécu de la jeune femme est touchant, bien sûr, mais elle développe une analyse si pertinente et si mûre que l’on a tendance à aborder son témoignage « avec la raison » avant de l’aborder « avec les sentiments ».

A vrai dire, Natascha Kampusch réussit parfaitement à faire passer son message : les affaires comme la sienne ont tendance à être récupérées par la société dans son ensemble pour construire une vision en noir et blanc du Bien et du Mal. Elle explique ainsi que beaucoup de gens ont refusé d’entendre que son ravisseur avait parfois des moments de gentillesse et d’humanité. Elle condamne la notion de « syndrome de Stockholm » avec virulence : selon elle, le fait de « s’attacher » d’une certaine manière à son bourreau n’a rien d’une maladie. C’est une réaction de survie normale lorsque cette personne devient le seul contact humain dont on dispose pendant une période de captivité. Une réaction d’autant plus normale que le ravisseur n’est pas un monstre 24h/24.

Natascha Kampusch écrit ainsi cette phrase très juste : « Cette société a besoin de criminels comme Wolfgang Priklopil, pour donner un visage au Mal qui l’habite et le tenir à distance. Elle a besoin de ces images de caves transformées en cachots, pour ne pas avoir à regarder dans toutes ces maisons où la violence montre sa face lisse et bourgeoise. Elle a besoin de victimes de cas spectaculaires comme le mien pour se décharger de la responsabilité des crimes quotidiens commis sur des victimes anonymes que l’on n’aide pas – même si elles réclament de l’aide ».

L’histoire de la séquestration de Natascha est précédée de chapitres sur son enfance qui permettent de cerner son cadre familial et son état d’esprit au moment où Wolfgang Priklopil l’a enlevée. Le livre dans son ensemble est extrêmement bien écrit (et bien traduit) ce qui n’est pas toujours le cas pour de tels témoignages. Il représente une véritable leçon de vie et de courage que je vous recommande vraiment !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

3 commentaires sur “Natascha Kampusch : 3096 Jours, le livre témoignage de l’otage

  • Julie

    Un livre très difficile à lire… Mais néanmoins intéressant.

    Répondre à Julie
    • Marlène

      Oui, c’est terrible… Je suis en train de lire un autre témoignage dramatique, l’histoire d’un enfant kidnappé et séquestré par un pédophile. Il explique qu’il a voulu raconter son histoire pour contribuer à sensibiliser les parents sur le sujet, les pousser à informer leurs enfants. C’est toute la difficulté de l’équilibre entre « laisser les enfants à leur innocence » et « leur parler des dangers du monde ».

      Répondre à Marlène
  • Bouquiner

    Cela fait longtemps que je me suis dite qu’il faudrait que je lise ce livre, pas par curiosité « malsaine », juste pour son témoignage. Je voulais attendre que l’aspect médiatique autour d’elle retombe. En tout cas, ta critique me donne vraiment envie de le lire !

    Et un immense merci pour ton partage de mon interview sur ton blog, cela me touche beaucoup !

    Répondre à Bouquiner
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.