Carnets Secrets, Jean-Luc Delarue – Autobiographie intime


Carnets Secrets – Résumé

Il y a 3 ans disparaissait l’animateur Jean-Luc Delarue.

Longtemps surnommé « le gendre idéal » par les médias, il avait connu une véritable descente aux enfers médiatique et personnelle, arrêté pour possession de cocaïne puis victime d’un cancer de l’estomac et du péritoine foudroyant.

Il est mort en laissant derrière lui beaucoup d’écrits personnels sur sa famille, son parcours, le milieu de la télévision et ses propres démons.

Des écrits qui ont été rassemblés dans ces « Carnets secrets » pour lever le voile sur l’homme qui a animé pendant des années des émissions mythiques de la télévision française (Ça se discute, Jour après Jour, etc).


Auteur.
Taille du livre240 pages.
Note – ★★☆☆☆

Carnets Secrets, Jean-Luc Delarue

Carnets secrets – Critique

Jean-Luc Delarue faisait partie de mes animateurs de télévision préférés. J’en ai peu. Il dégageait une sympathie naturelle à l’écran, une juste dose d’humour et une vraie qualité d’écoute pour ses invités. C’était un peu l’âge d’or du talk-show, où l’on venait sur son plateau raconter ses fêlures intimes ou des expériences de vie marquantes. Une sorte de psychanalyse sur écran, en prime time, menée avec un brio certain.

C’est avec une certaine nostalgie de cette époque où je suivais avec intérêt tous ces témoignages d’anonymes, que je me suis plongée dans Carnets Secrets. C’est un livre très sincère, « sans concessions » comme diraient les experts du marketing… Le point de vue d’un homme de télévision sur sa propre vie et ses propres cassures : enfance, famille, particularités du métier, addictions en tout genre, rien n’est passé sous silence.

J’étais curieuse d’en savoir plus sur Jean-Luc Delarue et effectivement, on en apprend beaucoup plus dans ce livre. Un peu trop, à vrai dire.

Carnets secrets est un livre si intime que l’on regrette qu’il ait été publié. On a le sentiment, en lisant, qu’il s’adresse davantage à ses proches et qu’en tant que lecteur, notre regard est déplacé, indiscret, indésirable. Il parle de son enfance et de sa mère peu équilibrée, de la différence entre son frère brillant qui faisait la fierté de la famille et lui, que l’on percevait comme un cancre sans avenir. Il parle de son fils et de son divorce.

Je suis ressortie de la lecture avec la conviction que c’était un homme cultivé et pétri de failles – comme tant d’autres dans ce milieu là ! – qui a, avec l’âge, su prendre conscience de ses erreurs et de son orgueil de jeunesse. Mais je suis aussi restée avec l’impression d’avoir lu quelque chose que je n’aurais peut-être pas dû lire parce que ces confessions sont presque trop intimes pour être livrées ainsi à la curiosité populaire…


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

2 commentaires sur “Carnets Secrets, Jean-Luc Delarue – Autobiographie intime

  • Serena

    Je ne sais pas vraiment si j’ai envie de le lire mais j’ai trouvé ta chronique intéressante. C’est déjà bien de prendre conscience de ses failles je trouve, tout le monde n’y arrive pas. Il a eu cette force et ce déclic. Mais j’ai peur que ce soit un peu trop intime, je ne sais pas pourquoi beaucoup aiment connaître la vie des célébrités, c’est un peu gênant non ? Bon week-end à toi :)

    Répondre à Serena
    • Allée des Curiosités

      Je trouve que ça dépend sous quel angle le livre est écrit. Ces gens là ont souvent accès à des milieux « fermés », qu’on connaît peu ou de manière très déformée. Leur livre peut être une occasion de découvrir ces milieux via un témoignage de premier plan (même si on n’est pas dupe quant au fait qu’il doit aussi y avoir de « petits arrangements avec la réalité »). J’aime aussi quand une autobiographie s’intéresse aux mécanismes du succès : la personne a-t-elle recherché ce succès par un travail acharné, du culot, a-t-il été le fruit de certaines opportunités ?

      Qu’elle soit connue ou pas, finalement, ne compte pas beaucoup à mes yeux. Ce que je recherche dans ce type d’autobiographie, c’est plutôt la vision d’un entrepreneur qui a réussi, je trouve qu’on apprend toujours beaucoup de ces gens là. Bon week-end !

      Répondre à Allée
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.