Cette nuit-là, Linwood Barclay


Cette nuit-là – Résumé

Cynthia Bigge a 14 ans. Un soir, prise d’une lubie d’adolescente, elle va rejoindre son petit ami pour une soirée arrosée. Mais ses parents découvrent le pot-aux-roses et la ramènent manu militari au domicile familial. Cynthia plonge dans un profond sommeil embrumé par les vapeurs d’alcool.

Lorsqu’elle se réveille au petit matin, la maison est silencieuse. Comme si tout le monde dormait encore. Si silencieuse que Cynthia s’étonne de ne pas entendre les bruits habituels d’une matinée ordinaire : le tintement des couverts, les conversations entre ses parents et son frère Todd.

Jusqu’à ce que la terrible réalité s’impose à elle : pendant la nuit, sa famille a disparu, s’est volatilisée sans laisser de traces. Que leur est-il arrivé ? Ont-ils été enlevés, assassinés ? Ont-ils décidé de disparaître en la tenant à l’écart de leurs plans, elle, l’adolescente désobéissante et rebelle ?

25 ans plus tard, Cynthia vit toujours sans réponse… jusqu’au jour où des indices réveillent le passé.


Auteur.
Taille du livre474 pages.
Note – ★★★☆☆
Cette nuit-là, Linwood Barclay

Cette nuit-là – Critique

Le roman de Linwood Barclay, paru sous le titre No Time To Say Goodbye, a connu un énorme succès populaire… et en le parcourant, on comprend aisément pourquoi. Dans Cette nuit-là, tous les ingrédients d’un bon page-turner sont réunis : un épais mystère, du suspense, des hypothèses multiples… et une écriture à la fois plaisante et accessible.

Cynthia Bigge, la héroïne, a dû grandir avec la plus grande énigme personnelle qui soit : la disparition de sa famille – ses parents et son frère Todd – au beau milieu de la nuit, alors qu’elle cuvait le vin de l’une de ses premières cuites d’adolescente.

Des circonstances qui donnent à son drame personnel un arrière-goût de culpabilité : sa famille est-elle partie quelque part sans elle, à cause de son comportement ? L’hypothèse peut faire sourire tant la punition semblerait disproportionnée… mais après tout, qu’en sait-on ?

Ont-ils tous été assassinés et si c’est le cas, par qui… et pourquoi lui a-t-on laissé la vie sauve, à elle, à elle seule ? Comment massacrer une famille entière tout en négligeant une gamine de 14 ans endormie dans son lit ?

Pas facile pour Cynthia, à l’âge adulte, d’avancer avec ces questionnements sans réponse et de laisser à sa propre fille, Grace, de la liberté. Et si elle aussi s’évaporait dans la nature ?

25 ans après ce terrible épisode de mai 1983, Cynthia décide de participer à l’émission Deadline, un show très populaire aux Etats-Unis. Ce faisant, elle espère réveiller le drame dans la mémoire collective et obtenir de nouvelles informations, faire parler de nouveaux témoins qui n’avaient peut-être pas osé se manifester à l’époque.

Si l’émission se solde par un bilan mitigé, d’autres indices, plus inquiétants, laissent entendre à Cynthia Bigge que quelqu’un sait quelque chose… et là, Linwood Barclay joue avec nos peurs non sans intelligence.

Une personne est parvenue à s’introduire au domicile de Cynthia. Dans cet espace privé que tout le monde pense sacré, où l’on se sent à l’abri derrière sa porte fermée, un espace inviolable… quelqu’un a pourtant déposé des souvenirs du passé : un chapeau que Cynthia reconnaîtrait entre mille puisqu’il appartenait à son père, par exemple.

On se laisse vite entraîner par l’intrigue. En étant tout à fait honnête avec moi-même et avec vous, je n’ai pas trouvé le roman inoubliable. D’abord, parce qu’il n’échappe pas à quelques clichés (le personnage du gros dur, le flic trèèèès suspicieux, le journaliste insistant…). Ensuite, parce qu’il y a des passages que j’ai trouvé un brin niais dans leur écriture.

Je pense notamment à une scène qui finit en happy-end ponctuée de grands « C’est tellement formidable ! », « Oui. Si j’avais la foi, je dirais que mes prières ont été entendues »… Sans oublier un petit « Je suis heureux. Tout simplement heureux » prononcé avec une larme qui coule sur la joue.

Les bons sentiments sont importants pour alléger la tension d’un récit, ils existent aussi dans la vraie vie… mais quand ils dégoulinent un peu trop, ça décrédibilise l’ensemble. Je pense que par rapport à ça, nous avons tous un « seuil de tolérance » infiniment personnel.

Cette nuit-là de Linwood Barclay reste une lecture qui m’a fait passer un agréable moment. A dévorer pendant les vacances ou pendant vos trajets quotidiens !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.