Contre-enquête : quand Jean Dujardin joue les policiers…


Contre-enquête – Résumé

Richard Malinowski (Jean Dujardin) est capitaine au sein de la police criminelle et totalement absorbé par son travail. Un jour, alors qu’il devait passer du temps avec sa fille, il est appelé pour son travail et lorsqu’il rentre chez lui, il réalise que sa fille a disparu.

Son corps est rapidement retrouvé et un suspect est arrêté et condamné pour le meurtre de l’enfant : Daniel Eckmann (Laurent Lucas).

Mais l’homme emprisonné ne cesse de clamer son innocence et parvient à engager une correspondance secrète avec Richard. Peu à peu, le policier se laisse gagner par le doute : le coupable désigné par l’enquête est-il le bon ? Partagé entre sa haine de l’assassin et sa souffrance, Malinowski se lance alors dans une contre-enquête en solitaire…


RéalisateurFranck Mancuso.
Durée du film minutes.
Note – ★★★☆☆

Contre-enquête (Franck Mancuso)

Contre-enquête – Critique

Contre-enquête est un film que j’ai trouvé sans grande originalité mais divertissant.

Le personnage principal interprété par Jean Dujardin a tout du policier classique de série télé : passionné par son métier, il y consacre tout son temps et toute son énergie, faisant souvent passer sa vie de famille au second plan. Sa fille Émilie, âgée d’une dizaine d’années, se sent inévitablement un peu délaissée.

Un jour, alors qu’elle s’apprête à partir en balade avec son père, ce dernier est une fois de plus appelé pour une affaire urgente et doit renoncer à la sortie. Blessée, l’enfant décide en son absence de quitter la maison pour aller retrouver un camarade. Elle est violée et assassinée dans les bois voisins de son domicile.

L’enquête désigne un coupable mais l’homme réussit à prendre contact avec Malinowski, semant le doute dans son esprit quant à sa réelle implication dans les faits. C’est là toute la clé de l’intrigue : le prisonnier, Daniel Eckmann, est-il la victime d’une grave erreur judiciaire ou un manipulateur pervers prêt à tout pour sortir de prison ?

Laurent Lucas, excellent dans le rôle de Daniel Eckmann
Laurent Lucas, excellent dans le rôle de Daniel Eckmann

Les adeptes de faits divers retrouveront sans doute dans ce scénario des similitudes avec des affaires très médiatisées (en particulier celle de Patrick Dils). Il se trouve que le réalisateur, Franck Mancuso, est lui-même un ancien policier qui a travaillé au Quai des Orfèvres pendant vingt ans.

Il a ensuite mis son expérience au service du cinéma et de la télévision : il a par exemple co-écrit le scénario du film d’Olivier Marchal 36 Quai des Orfèvres (film avec Daniel Auteuil). Cette expérience du terrain vient très probablement nourrir sa vision de la police et de la justice. Certains détails m’ont cependant paru un peu surprenants : la cellule de prison tout confort, plus vaste que mon ex-chambre d’étudiante, on en parle ?

Contre-enquête donne davantage de place à la psychologie qu’au suspense. La correspondance qui s’établit sur plusieurs années entre le flic et le meurtrier présumé y contribue largement, d’autant que Richard Malinowski choisit de cacher cette correspondance à sa femme ce qui installe une sorte de huis-clos affectif et mental entre lui et l’homme condamné pour le meurtre de sa fille.

Jean Dujardin et Laurent Lucas livrent tous deux des performances convaincantes. Le premier affirme sa maîtrise d’un rôle pourtant à contre-emploi par rapport à sa filmographie comique de l’époque. Le second offre une interprétation fine et subtile qui m’a donné envie de me pencher sur ses autres rôles.

In fine, le film se laisse regarder mais reste trop prévisible à mon goût. A l’exception des performances d’acteur des protagonistes, rien ne m’a exaltée, époustouflée, surprise, fait réagir… C’était divertissant mais sans plus. Il manque de la profondeur, de l’originalité, de la créativité. On flotte dans un univers qui rappelle celui des séries policières de la télévision française et je dois avouer qu’elles me laissent toujours un parfum d’insatisfaction.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

3 commentaires sur “Contre-enquête : quand Jean Dujardin joue les policiers…

  • Sylvain

    Juste une remarque : Patrick Dills était innocent et victime d’une erreur judiciaire, contrairement au personnage interprété par Laurent Lucas.

    Répondre à Sylvain
    • Marlène

      Tout à fait… Quand je rédige une critique, je ne spoile pas le film pour les personnes qui ne l’ont pas vu et là, votre commentaire révèle la fin du film ;-)

      Répondre à Marlène
    • Sylvain

      Au temps pour moi !☺
      Bien à vous.

      Répondre à Sylvain
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.