L’Enfant parfaite, Vanessa Bamberger



L’Enfant parfaite – Résumé

Élève dans un lycée d’excellence, Roxane a intégré depuis longtemps les exigences de ses parents et vise la perfection dans tout ce qu’elle entreprend. Mais cette année, en classe de première, alors que la perspective des premières épreuves du bac approche, tout déraille…

Une poussée d’acné violente, une relation qui s’étiole avec ses meilleurs amis, un petit copain un peu trop pressant, l’angoisse d’échouer, la pression des professeurs… Roxane vacille et se tourne vers François, médecin et ami de longue date de son père.

Et c’est François qui devra répondre de ce qui est arrivé à la jeune fille.


Auteur.
Taille du livre252 pages.
Note – ★★★★☆

L'Enfant parfaite, Vanessa Bamberger

Avis sur le roman L’Enfant parfaite de Vanessa Bamberger

Le roman de Vanessa Bamberger, publié chez Liana Levi, est une véritable plongée dans la violence de l’adolescence. Un âge de la vie où tout paraît exacerbé, où chaque mot et chaque expérience possèdent un poids particulier.

Roxane vit justement cette étape. Sans anicroche, au départ. Grâce à ses bons résultats scolaires, elle a pu intégrer un lycée d’excellence à Paris, à la grande joie de ses parents qui lui ont toujours appris qu’il était important de viser la perfection.

Ses parents sont divorcés : Roxane vit à Paris avec sa mère Mélanie, altiste et souvent par monts et par vaux en raison des nombreux concerts qu’elle donne, tandis que son père Cyril a refait sa vie à Sète. L’adolescente porte un regard sans concession sur « ses darons », comme c’est souvent le cas à cet âge où l’on se fait plus critique à l’égard des modèles dont nul ne contestait l’autorité avant.

La vie suit son cours. Mais cette année, alors que Roxane est en classe de première, tout semble soudain chanceler, vaciller, se dégrader…

Au lycée, d’abord, la pression exercée par les professeurs s’accroît à mesure que l’échéance du bac approche. Roxane est bonne élève, mais pas la meilleure… et cette subtile différence est suffisante pour instiller en elle un doute sur sa capacité à réussir. Son lycée défend plus que tout l’importance des mathématiques pour accéder aux meilleures prépas, aux meilleures écoles… et cette année, Roxane reçoit quelques notes médiocres qui ébranlent sa confiance en elle.

L’adolescente est en couple avec Théo et subit la pression de son petit ami pour qu’elle se décide à faire l’amour. Une confrontation avec les fantasmes de jeunes hommes biberonnés aux sites pornographiques qui produit du mal-être et des incertitudes…

Les relations avec ses meilleures amies Rose et Lyna se distendent un peu. L’une est systématiquement tête de classe, de quoi nourrir le sentiment d’infériorité de Roxane. C’est un âge où, sous l’amitié, affleure la menace de la compétition : pour les notes, pour les garçons.

Roxane prend aussi pleinement conscience des insuffisances de ses parents. Sa mère lui fait confiance, lui donne beaucoup d’autonomie… mais est surtout une mère absente, sans cesse partie donner des concerts, obnubilée par ses répétitions. Roxane, d’ailleurs, ne l’appelle pas « Maman » mais « Mélanie » lorsqu’elle prend la parole dans le roman.

Mélanie est cette femme qui surveille de près les notes de sa fille, une illusion d’attention qui masque une réalité déplaisante : elle ne semble pas se préoccuper réellement de ce qui anime Roxane, de ce qu’elle éprouve au quotidien. Elle se contente des paroles rassurantes qu’exprime l’adolescente, pansement sur sa culpabilité de mère absente. Quant à Cyril, le père, il vit à Sète, loin du quotidien, une autre forme d’absence tout aussi réelle.

Et puis, Roxane, jeune fille intelligente, prend aussi conscience de toutes les différences de milieu social qui peuvent exister dans son environnement. Rose, l’une de ses meilleures amies, est fille de banquier et derrière son langage tout droit sorti des cités, elle mène en réalité une existence dorée dans un luxueux appartement des beaux quartiers de Paris, là où Roxane elle-même doit chaque jour supporter deux heures de transport pour rejoindre le 19e arrondissement où elle vit.

Alors, lorsque Roxane est victime d’une violente poussée d’acné, ce « cadeau » empoisonné que l’adolescence a parfois le don d’offrir, cela précipite un sentiment de mal-être que l’on sent plus vif, plus profond qu’une simple histoire de boutons.

En lisant les mots de Vanessa Bamberger, on prend conscience de l’écartèlement que subit par nature un adolescent, entre les attentes des parents, celles des enseignants, celles de ses amis, les siennes. On mesure la force des questionnements, la force des doutes, la solitude parfois face à certains ressentis si déroutants.

Les parents, au milieu, ont souvent oublié la puissance de cette « rivière » émotionnelle qui déferle à cet âge. Ils sont eux-mêmes absorbés par leurs difficultés, leurs inquiétudes, sans compter qu’ils n’ont qu’une vision partielle de ce qui fait le quotidien de leurs ados.

L'Enfant parfaite, Vanessa Bamberger
L’Enfant parfaite, Vanessa Bamberger

Ce livre est une puissante photographie de l’adolescence, mais aussi une analyse… car il s’est passé quelque chose. Roxane, égarée, a choisi de se tourner vers un homme, François, un médecin qui a été l’un des meilleurs amis de son père lorsque lui-même était adolescent. Et François se retrouve confronté au serment d’Hippocrate qu’il a prononcé en devenant médecin.

L’Enfant parfaite s’ouvre d’ailleurs sur ce serment. A-t-il été violé, bafoué ? De chapitre en chapitre, on écoute la voix de Roxane, ses mots d’ado, puis la voix de François, lui-même père d’un adolescent.

J’ai été parfois déroutée par le langage de Roxane qui fait la part belle à l’argot. On se rend compte que l’on vieillit, que l’on ne comprend plus « tout » dans ce langage d’ado. Il y a un lexique à la fin du livre, c’est dommage qu’il ne soit pas signalé au fil de l’eau car certains passages paraissent, de fait, difficiles à comprendre sans un bon dictionnaire d’argot à côté :)

A l’heure du bilan, L’Enfant parfaite est un questionnement sur l’attention portée à l’autre, la fragilité de cet âge, qui interpelle.


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.