Filles de la Mer, Mary Lynn Bracht : deux sœurs séparées par la guerre


Filles de la Mer – Résumé

Hana a 16 ans. Elle a grandi dans la province du Jeju-do, une île du sud de la Corée où ce sont les femmes qui assurent la subsistance de leur foyer grâce à leur activité de pêcheuses. Chaque jour, ces « haenyeo » plongent en apnée pour faire vivre leur famille.

Mais un jour, alors qu’Hana plonge avec sa mère, elle aperçoit un soldat japonais qui s’avance sur la plage, filant droit vers l’endroit où sa petite sœur se trouve. La Corée est occupée par le Japon depuis 1910, Hana a entendu les histoires atroces qui courent sur les enlèvements et les viols de jeunes filles coréennes.

Alors elle se met en tête de protéger la petite Emi, à tout prix… et elle tombe aux mains des soldats japonais. Des années plus tard, Emi reste hantée par le souvenir de cette sœur et par l’incertitude qui entoure son destin.


Auteur.
Taille du livre432 pages.
Note – ★★★★☆

Filles de la Mer, Mary Lynn Bracht

Filles de la Mer – Avis sur le livre

Les Filles de la mer de Mary Lynn Bracht vous transportent d’abord au sein d’une communauté souvent méconnue, celle des haenyeo en Corée.

Sur une île au sud de ce pays d’Asie, la plongée en apnée pour pêcher s’est développée il y a plusieurs millénaires. Mais peu à peu, peut-être en raison des guerres et accidents qui décimaient la population masculine, la pêche en apnée des haenyeo est devenue l’apanage des femmes.

Tant et si bien que les plongeuses sont devenues les piliers d’une communauté vivant de la mer et vendant au marché le fruit de leur pêche sous-marine. Avec, pour conséquence, une société où ce sont les femmes qui assurent en premier lieu la subsistance de leur foyer.

Les haenyeo ont aujourd’hui presque toutes disparu mais l’histoire de Mary Lynn Bracht se déroule en 1943, permettant de partir à la découverte de ce fragment de culture coréenne.

Hana a 16 ans et comme beaucoup de jeunes filles de sa communauté, elle a été initiée à l’apnée par sa mère, rejoignant la communauté des haenyeo à l’âge de 11 ans.

Sa petite sœur Emi, 9 ans, n’est pas encore en âge de plonger à ses côtés alors, ce jour là, elle les attend sur la plage. Le drame se joue très vite. Depuis la mer, Hana aperçoit un soldat japonais qui s’avance vers l’endroit où se trouve Emi. Il ne l’a pas encore vue mais la rencontre est inévitable… et Hana sait ce que l’on raconte sur ces soldats.

Ils enlèvent des jeunes filles, les violent, les tuent parfois ou les rendent à leur famille, brisées.

« Les Japonais croient que violer des femmes les rend plus forts avant de partir au combat ; les aide à gagner la guerre. Ils se croient autorisés à libérer leur énergie et à recevoir du plaisir, même lorsqu’ils se trouvent si loin de chez eux, puisqu’ils risquent leur vie pour l’empereur, au combat. Ils en sont tellement convaincus qu’ils enlèvent nos filles et les envoient aux quatre coins du monde dans ce but-là » (La mère d’Hana)

A 16 ans, Hana a conscience de ce risque, d’autant que sa mère lui a répété de ne jamais se retrouver seule avec un soldat. Alors elle prend en une fraction de seconde une décision radicale : se sacrifier pour que sa petite sœur ne connaisse pas ce destin terrible.

Filles de la Mer, Mary Lynn Bracht
Filles de la Mer, Mary Lynn Bracht

Les soldats l’emmènent… et quelques décennies plus tard, Emi reste avec la grande inconnue de ce qu’est devenue sa sœur.

Filles de la Mer nous plonge en alternance dans l’histoire d’Hana et dans celle d’Emi. D’un côté, une jeune femme à peine sortie de l’enfance que l’on transforme en « femme de réconfort » au service des soldats, un doux euphémisme pour désigner une prostituée sans aucune forme de liberté. De l’autre, une dame âgée qui a traversé la vie avec la culpabilité énorme de n’avoir pas pu empêcher l’inévitable, pas pu sauver sa grande sœur.

Mary Lynn Bracht livre un portrait ciselé de chacun des personnages. Hana, impressionnante de maturité. Emi, dont le corps fragilisé par les années cache une détermination puissante. Une société de traditions, souvent bafouées par un occupant qui impose ses règles.

C’est un roman dur, car il révèle toute l’impuissance de ces femmes transformées en objets sexuels dans un pays en proie à un conflit où les Coréens sont du mauvais côté du champ de bataille. Mais c’est un roman qui redonne aux victimes une forme de dignité, une histoire, des émotions, dans un monde où elles ont été réduites au statut d’esclaves.

Une lecture bouleversante !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.