L’instant présent, Guillaume Musso


L’instant présent – Résumé

A l’âge de 5 ans, Arthur Costello a appris de son père qu’il ne devait faire confiance à personne. Mais 20 ans plus tard, ce même père réapparaît dans sa vie avec une proposition surprenante : il est prêt à léguer à Arthur un vieux phare appartenant au grand-père, Sullivan, mais à deux conditions.

Arthur ne devra jamais le revendre… et ne devra jamais chercher à ouvrir une porte se trouvant dans la cave, que son père a fait murer.

Arthur est bien conscient que derrière ce « cadeau », son père brûle d’une seule envie : le voir ouvrir la porte et mettre à jour le secret du phare. Qui sait, peut-être comprendra-t-on ainsi pourquoi le grand-père a disparu de la propriété du jour au lendemain, se volatilisant sans que son corps ne soit jamais retrouvé ?

Resté seul, Arthur s’empresse de s’attaquer à la porte murée…


Auteur.
Taille du livre374 pages.
Note – ★★☆☆☆

L'instant présent, Guillaume Musso

L’instant présent – Critique

Si vous ne souhaitez rien savoir de l’intrigue, ne lisez pas ma critique car je vais parler, dans les grandes lignes, du principe de l’histoire. Une histoire qui m’a laissé un vrai goût d’inachevé même si la plume de Guillaume Musso reste fidèle à elle-même : facile à lire.

En ouvrant la porte murée du phare, Arthur Costello réactive une vieille malédiction, capable de modifier le continuum du temps. Je suis sûre que vous connaissez tous ces histoires où un héros revit sans cesse la même journée, Guillaume Musso s’y était d’ailleurs lui-même essayé dans son livre Je reviens te chercher. Dans L’Instant Présent, le principe est le même : Arthur Costello est prisonnier d’un cycle du temps perturbé qui bouleverse profondément sa vie. Si vous connaissez le livre « J’aurais préféré vivre » de Thierry Cohen, vous ferez sans doute le lien très vite.

A tout moment, Arthur peut disparaître de l’instant présent et être projeté dans le futur. Comment construire sa vie dans de telles conditions ? Et surtout, comment fonctionne cette malédiction ? Peut-on l’enrayer ?

Le roman lui-même nous entraîne donc dans chacun de ces voyages dans le temps, avec une construction immuable : Arthur ressent des sensations physiques qui coïncident avec sa disparition du présent puis reprend ses esprits dans un endroit qu’il ne peut jamais prévoir. Il s’efforce alors de déterminer la date et, pendant les fragiles et fugaces moments qu’il vit avant son nouveau voyage dans le temps, il tente à la fois de construire sa vie d’homme et de comprendre cette malédiction qui le frappe.

Mais difficile d’envisager une vie normale dans ces conditions. Comment faire attendre Lisa, la jeune étudiante en art dramatique dont il s’est épris, pendant les périodes où il disparaît de sa vie ? Comment subvenir à ses besoins quand on ne peut pas garder un poste – Arthur est jeune médecin ?

Le principe de départ de l’histoire ne brille pas par son originalité mais a le mérite d’être divertissant. Cependant, une fois qu’on a compris la construction de l’intrigue, on se lasse peu à peu de son caractère répétitif, espérant sans cesse le rebondissement, le coup de pied dans ces dominos un peu trop bien alignés. Et on espère jusqu’à la fin car Guillaume Musso mène sa barque jusqu’au bout avec la même régularité… et de manière aussi prévisible qu’au début.

La fin, justement, est très loin de répondre aux questions que l’on peut se poser. On a l’impression que, par une pirouette, l’auteur tente de nous faire oublier tous les mystères avec lesquels il nous a tenus en haleine. Mais on n’oublie pas et on reste avec la frustration de ne pas connaître leur résolution.

L’histoire se déroule en grande partie à New York, un ancrage dans la réalité plutôt bien décliné où l’on s’immerge dans la « vie de quartier » locale. Les personnages restent abordés d’une manière assez superficielle. Ils ne sont finalement que les marionnettes du temps, les marionnettes d’un destin qui leur impose un rythme qu’ils ne maîtrisent pas… et à ce titre, ils manquent parfois de profondeur.

En tant que « lectrice rapide », il m’a fallu moins de trois heures pour parcourir ce roman. Je l’ai donc trouvé divertissant malgré son caractère répétitif et prévisible. Il faut reconnaître cette qualité à l’écriture de Guillaume Musso : elle est si fluide qu’on se laisse entraîner de page en page sans voir le temps passer. Néanmoins, je crois qu’un lecteur plus « lent » percevra encore davantage le manque de surprise du récit.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

19 commentaires sur “L’instant présent, Guillaume Musso

  • reine

    j’ai compris dans ce récit l’absence de l’écrivain donnant accès à une réalité autre contenant la
    virgule d’une position fâcheuse effaçant le présent trop absorbé par sa créativité et prisonnier
    d’un abus , ayant des pointes de lucidités donc une brève rencontre avec sa propre famille au point
    de la perdre réellement , cependant l’amour le tient en éveille et guette la prochaine rencontre

    Répondre à reine
    • Allée des Curiosités

      Merci d’avoir partagé ton avis… Le rapport au temps donne toujours lieu à des interprétations intéressantes.

      Répondre à Allée
  • kathy

    contente de lire que je ne suis pas la seule a etre decue!!!!je me considère d’une intelligence dans la moyenne,lollll mais je n’ai pas très bien compris la fin:( quelqu’un peut me l’expliquer???

    Répondre à kathy
  • Chantal

    Je vous avoue, j’ai beau reprendre les 20 dernières pages du livre, et je ne le comprends pas. Quelqu’un peut m’expliquer la fin? Il n’est jamais parti? C’est lui qui écrivait les livres et c’est pour cette raison qu’il disparaissait? Sullivan existait-il?

    Répondre à Chantal
    • Alfa

      J’aimerai que Guillame Mussot nous explique ce qu’il a voulu faire passer comme message à la fin du livre. J’ai vraiment été déçu par les dernières pages. Je ne comprends pas la fin et je m’interroge ?????

      Répondre à Alfa
    • Aurelie

      Apres lecture, j ai un avis tres personnel sur la question. Il m apparait qu au travers de ce recit qui aborde le temps, Musso nous renvoie plutot a la fin dans une autre perspective. A mon sens c est l histoire d un homme ecorche par la culbabilite et qui tente au travers ce recit de se liberer de cette douleur insoutenable relatif a la mort de ses enfants dont il se sent responsable. Accusant ainsi le destin, le manque de temps, l heritage des transmissions ou perceptions masculines, la peur de l engagement, des responsabilites, ces messieurs pouvant parfois preferer s eclipser que de faire face a certaines situations etc….perso, je trouve ce roman tres touchant dans le sens ou on peut envisager ce recit comme une therapie final qui ne visait qu a apaiser la douleur de cet homme.

      Répondre à Aurelie
  • Elodie

    J’ai également été très déçu du livre, apart
    sullivan je n’est pas tellement accroché aux personnages ni à histoire, la fin j’ai trouvé à été bâclé, facile, par contre je trouve que la morale du livre reste touchante mais l’histoire en elle même décevante j’espère que son prochain roman sera à son niveau car c’est un écrivain avec beaucoup de talent qui sait captivé n’importe quel lecteur

    Répondre à Elodie
    • Allée des Curiosités

      C’est vrai que son écriture se lit facilement, c’est typiquement le genre de roman qui détend et que l’on prend plaisir à lire en vacances ou pour s’évader un peu !

      Répondre à Allée
  • Ludo

    Coucou, je viens de le lire aussi et disons que je suis comme toi en ce qui concerne le début (blasant) mais par contre j’ai adoré la fin…. Oooooh oui adoré

    Répondre à Ludo
    • Allée des Curiosités

      Comme quoi, selon la sensibilité de chacun, les avis divergent :) Pour ma part c’est sans doute la partie du livre que j’ai le moins apprécié !

      Répondre à Allée
  • Leya

    J’ai 16 ans et je viens de lire ce livre et j’avoue que la fin m’a complètement déplu, je ne l’ai pas comprise.
    Il n’y a aucune explication, notamment sur la place réel de Sullivan dans la vie des amoureux ainsi que le moment où les doubles d’Arthur sont dévoilés.

    Répondre à Leya
    • Allée des Curiosités

      J’ai aussi trouvé que la fin tombait à plat, comme s’il s’était dit qu’il était temps de terminer le récit à la hâte, sans vraiment prendre la peine de boucler toutes les intrigues.

      Répondre à Allée
    • Pam

      Bonjour Leyla,

      Je suis absolument d’accord avec toi.

      L’histoire est sympa mais la fin n’est pas compréhensible, j’ai pourtant relus trois fois depuis le moment où les voyages s’arrêtent et le double apparaît.

      C’est pour essayer de comprendre que je suis venu sur ce site et cela me rassure que je ne suis pas le seul !
      Bonne lecture

      Répondre à Pam
  • Audrey

    Je t’admire de lire du Musso… j’ai essayé, une fois, j’étais chez mon oncle et il n’y avait pas grand chose à lire… mais j’ai lâché l’affaire au bout du premier chapitre !

    Répondre à Audrey
    • Allée des Curiosités

      Je trouve ça facile à lire et parfois, ce style de lecture vide la tête :) Je ne les connais pas tous donc j’imagine que certains sont plus ennuyeux que d’autres.

      Répondre à Allée
  • Bouquiner

    Bon ben j’ai voulu lire ton article, sauf que t’as dis que ceux qui veulent le lire devrait pas te lire, donc je repasserai quand je l’aurai lu :)

    Répondre à Bouquiner
    • Allée des Curiosités

      Hé hé disons que l’histoire est basée sur une « perturbation » du cycle du temps… et dans ma critique, je suis bien obligée d’expliquer un peu le principe (en quoi le temps est perturbé). Donc si tu veux avoir la surprise, mieux vaut ne pas lire ;)

      Répondre à Allée
  • les lectures de lau

    Ce livre fait partie de ma whislist et ton article me donne encore plus envie de le lire
    Bises

    Répondre à les
    • Allée des Curiosités

      J’espère qu’il te plaira ! J’aime bien ce genre d’histoire où le héros est prisonnier d’une « spirale du temps » qu’il ne contrôle pas (même si là, j’ai trouvé quelques faiblesses à l’intrigue).

      Répondre à Allée
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.