La chambre des officiers de Marc Dugain


La chambre des officiers – Résumé

Adrien, ingénieur officier, quitte en 1914 sa campagne natale pour aider l’armée française à bâtir des ponts mobiles sur la Meuse pendant la Première Guerre Mondiale.

Mais avant même l’arrivée des Allemands, il est fauché par un éclat d’obus.

Défiguré, il est transféré à l’hôpital du Val de Grâce où, durant plusieurs années, il va devoir se reconstruire en tant que « gueule cassée ».


Auteur.
Taille du livre171 pages.
Note – ★★★★★

La chambre des officiers de Marc Dugain

La chambre des officiers – Critique

Le livre de Marc Dugain m’a énormément plu. Comment parler pendant 171 pages d’un homme défiguré et confiné dans une chambre d’hôpital ? L’auteur y parvient avec brio et bien plus qu’une histoire de traumatisme, La chambre des officiers est un magnifique récit d’amitié.

Au fil des jours, la souffrance fait place à la nécessité de vivre, en partie pour défier l’ennemi allemand… et des liens se tissent entre toutes les « gueules cassées » du service.

Un petit groupe se forme autour d’Adrien, le plus ancien de la chambrée : il y a Weil, un aviateur juif qui ne rêve que de reprendre les commandes malgré ses graves brûlures ; Penanster, un aristocrate breton ; et, plus tard, Marguerite, partie au front comme infirmière et victime elle aussi des armes ennemies. Tous sont confrontés aux mêmes difficultés.

Comment survivre au regard des autres ? Comment s’assumer en tant que grand blessé quand en réalité, on n’a pas connu les tranchées et l’horreur des combats ? Comment aider les camarades qui n’ont pas la même force mentale ? Comment trouver l’amour quand il nous manque désormais une partie du visage ?

Adrien, qui a connu une femme juste avant son départ à la guerre, reste dans la nostalgie de cette « Clémence » qu’il ne reverra peut-être jamais. De cette jeune femme qui l’a connu beau garçon et ne retrouvera qu’un homme blessé. On réalise que la guerre lui a volé bien plus que son visage.

Tous ces thèmes sont abordés avec sensibilité et humour, sans jamais tomber dans le misérabilisme. Marc Dugain nous entraîne avec subtilité dans un récit où se mêlent l’angoisse de la mort et l’acceptation du handicap, la solidarité entre blessés et la reconstruction physique.

L’écriture est fluide, facile d’accès et le livre pourrait tout à fait convenir à de jeunes lecteurs ou à ceux qui hésitent à se plonger dans un pavé. Un roman vite dévoré, une belle histoire de solidarité que je vous conseille !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

4 commentaires sur “La chambre des officiers de Marc Dugain

  • Valérie

    On aborde pas vraiment le même sujet dans « Au revoir là-haut » mais il y a tout de même une partie sur les gueules cassées. Pour le film « La chambre des officiers », je l’ai vu plusieurs fois. J’aime beaucoup ce film même si à chaque fois j’ai toujours une petite appréhension à le regarder. Les blessures au visage sont très bien faites. On se demande comment de jeunes hommes ont réussi à vivre avec de telles séquelles. Psychologiquement, ça a dû être terrible. On comprend pourquoi certains ont voulu en finir avec la vie. Le film est vraiment (enfin pour moi) à la hauteur du livre. J’espère qu’il te plaira.

    Répondre à Valérie
    • Allée des Curiosités

      La solidarité est vraiment une constante dans les histoires relatives à la guerre. Ça m’a frappée dans ce livre mais aussi dans le témoignage de Thomas Gève, survivant du camp de concentration d’Auschwitz dont j’ai parlé sur le blog. Là où on attendrait une sorte de « chacun pour soi » pour survivre, on se rend compte qu’en fait, ils se serrent les coudes. Ça redonne foi en l’humanité :)

      Répondre à Allée
  • Valérie

    J’avais beaucoup aimé ce livre (tout comme le film même s’il m’effraie toujours un peu à cause des blessures). Comme tu le dis, il y a beaucoup de solidarité chez ces soldats. On retrouve d’ailleurs ça aussi dans le livre de Pierre Lemaître « Au revoir là-haut ». Adrien est attachant et ne manque pas d’humour malgré la douleur et surtout l’acceptation de ce nouveau visage qui fait sa nouvelle vie. Un roman vraiment poignant, c’est vrai. J’avais lu que Marc Dugain l’avait écrit en hommage à son grand-père. En tout cas, une belle chronique qui me donne presque envie de relire cette belle et douloureuse histoire. :)

    Répondre à Valérie
    • Allée des Curiosités

      Je n’ai pas encore vu le film ! Je vais bientôt parler du livre Au revoir là-haut sur le blog, j’ai moins aimé que La chambre des officiers que j’ai trouvé plus poignant et plus profond.

      Répondre à Allée
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.