La dernière valse de Mathilda, Tamara McKinley - Critique et résumé

La dernière valse de Mathilda, Tamara McKinley : dans l’Outback australien



La dernière valse de Mathilda – Résumé

Jenny, une jeune Australienne de 25 ans, a vécu récemment le pire des drames : perdre simultanément son mari et leur jeune fils de deux ans.

Alors, lorsqu’elle découvre chez le notaire que son mari avait mené à son insu une foule de transactions financières, lui léguant une immense station d’élevage de moutons dans l’outback, elle se sent aussi ébahie que trahie. Pourquoi tenait-il à lui offrir Churinga, cette propriété entourée d’une foule de légendes ?

Jenny décide de se rendre sur place et découvre dans la maison de vieux journaux tenus par une ancienne propriétaire, Mathilda


Auteur.
Taille du livre566 pages.
Note – ★★★★☆

La dernière valse de Mathilda, Tamara McKinley

La dernière valse de Mathilda – Avis sur le livre

La dernière valse de Mathilda nous emporte avec vivacité au rythme d’une intrigue de 566 pages qui stimulent l’imagination. Avec ce roman, Tamara McKinley nous fait voyager tant dans le temps que dans l’espace, ou plutôt les grands espaces de l’outback australien.

Une région aride, très peu peuplée, dont les rares habitants sont éloignés de tout mais proches d’une chose magnifique : leur terre. Parmi les gigantesques propriétés qui se partagent ce territoire presque infini, figure Churinga.

Cette station d’élevage de moutons a été acquise il y a longtemps par des immigrés irlandais qui, comme tant d’autres, ont fui les difficultés économiques de leur pays pour un voyage sans billet retour vers d’autres terres peut-être plus généreuses, en Australie.

Quel rapport entre cette propriété et Jenny, une jeune femme citadine de Sydney, qui commence à acquérir une certaine renommée pour sa peinture dans les galeries de la ville ? A priori, aucun… et pourtant !

Jenny a perdu récemment son fils et son mari Peter. Dévastée par le deuil, elle doit de surcroît faire face à une nouvelle inattendue. Alors qu’ils avaient toujours dépensé leur argent avec parcimonie, elle découvre que son mari menait à son insu une foule de transactions financières et immobilières. Parmi elles, l’acquisition de Churinga, que Peter comptait lui offrir comme cadeau pour ses 25 ans.

La dernière valse de Mathilda, Tamara McKinley
La dernière valse de Mathilda, Tamara McKinley

Jenny est partagée entre la curiosité et un sentiment de trahison, celui de réaliser que l’homme qui partageait sa vie lui avait caché un pan de lui-même. Le destin ne lui a pas laissé le temps de donner à Jenny une explication alors la jeune femme décide de partir elle-même en quête de réponses, en se rendant à Churinga.

« Lorsque le train pénétra dans les Blue Mountains, Jenny eut le sentiment de feuilleter un livre de photographies somptueux qui se déployait en un panorama à couper le souffle.

D’immenses gorges escarpées abritaient des cascades qui se déversaient dans des vallées boisées d’un vert profond. Des rochers déchiquetés, recouverts d’un voile de brume bleutée émanant des eucalyptus, formaient une chaîne qui s’étirait jusqu’à l’horizon miroitant.

Rien ne pouvait ternir la beauté saisissante de ce spectacle, ni les bungalows éparpillés entre les arbres, ni les petits groupes de bâtiments plus anciens perchés sur les hauts plateaux ».

Brett, qui gère la station d’élevage, la reçoit avec une grande froideur qui laisse Jenny incrédule. Elle découvre rapidement que la propriété a connu une histoire tumultueuse… et se plonge dans la lecture des journaux tenus par une ancienne propriétaire, Mathilda, petite-fille des immigrés irlandais ayant acquis Churinga.

« Churinga. Effleurant le feuillage des poivriers, le vent tiède murmurait ce nom. Churinga. Terre âpre, que les grands-parents de Mathilda avaient taillée dans le bush et le scrub. Aux yeux de la fillette, qui y était née, treize ans auparavant, ce lieu n’avait rien perdu de la magie, du mystère sacré de ses origines. Peu importait que les corps et les cœurs y fussent souvent mis à rude épreuve, Churinga représentait tout ce qu’elle avait jamais connu, tout ce qu’elle avait jamais désiré.

Mathilda, comme Jenny, est une femme forte, de celles que la vie oblige à se débrouiller seules, à défier les limites que la société voudrait leur imposer. Rapidement, on est saisi par le désir de connaître son parcours, adolescente devenue orpheline de mère à 13 ans, propulsée dans des responsabilités d’adulte…

Rapidement, on veut savoir comment Peter avait découvert Churinga et pourquoi il souhaitait en faire un cadeau unique pour sa femme. Après tout, en quoi une station d’élevage de moutons au bout du monde représenterait-elle une surprise adaptée à une jeune citadine ?

Dans La dernière valse de Mathilda, les lieux que Tamara McKinley nous décrit avec précision évoquent instantanément des images puissantes.


L’intrigue n’est, à mes yeux, pas exempte de défauts : elle prend souvent des accents à l’eau de rose, assez prévisibles à vrai dire ; Jenny manque de consistance, paraissant trop « légère » dans un deuil somme toute très récent ; Brett est le cliché de « l’homme de la terre », un peu bourru mais avec un bon fond, qui demande à être apprivoisé.

En dépit de cet aspect qui provoque chez moi des réticences presque systématiques, Tamara McKinley a su me séduire : peut-être parce que La dernière valse de Mathilda est un bon page-turner teinté d’optimisme (chose dont on a tous besoin, surtout en cette période de jours courts et de météo maussade). Peut-être parce que la puissance des lieux a supplanté dans mon esprit les faiblesses des personnages. Peut-être par curiosité de connaître le sort des héros du roman.

Toujours est-il que j’ai aimé ce livre malgré ses défauts, et que je suis curieuse de parcourir d’autres intrigues de cet auteur, qui a publié plusieurs romans très populaires.



Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.