Le bercail, Marie Causse : sur la trace du passé d’un grand-père résistant


Le bercail – Résumé

L’arrière-grand-père de Marie Causse, Émile, a été Résistant pendant la Seconde Guerre Mondiale, arrêté par la Gestapo et déporté suite à la découverte d’une cache d’armes dans son jardin. La fille d’Emile (et grand-mère de Marie), Paulette, ne s’est jamais remise de la disparition de ce père, parti un jour pour ne jamais rentrer.

Marie, marquée par cette histoire familiale, décide un jour d’enquêter sur les circonstances exactes qui ont conduit à l’arrestation d’Émile. A-t-il été dénoncé ? Par qui ? Était-il vraiment le propriétaire des armes retrouvées chez lui ? Plongeant dans les archives, tant historiques que familiales, interrogeant des survivants, la narratrice mène l’enquête…

Elle nous livre le fruit de ses recherches dans un livre en deux parties : la première, romancée ; la seconde, plus factuelle. Avec un même espoir : aider sa grand-mère Paulette à faire le deuil.


Auteur.
Taille du livre256 pages.
Note – ★★★☆☆

Le bercail, Marie Causse

Le bercail – Critique

Le livre de Marie Causse est délicat et, à certains égards, audacieux… Comment partager avec des inconnus une histoire personnelle, presque intime ? Émile, Marie ne l’a jamais connu car il est mort bien avant sa naissance. Pourtant, son parcours et tout le cortège d’émotions qui y sont associées continuent à « habiter » la famille. Une certaine crainte des Allemands, une admiration teintée de curiosité pour ce héros de la Résistance. Et surtout, une blessure.

Peut-on faire le deuil de quelqu’un sans avoir de réponses sur les circonstances exactes de sa mort ? Difficile… et pour la grand-mère de Marie, Paulette, la plaie a mal cicatrisé même si le temps a effacé une part de la douleur. Alors, c’est un acte de curiosité mais aussi de générosité que de décider, par amour pour cette mamie, de faire des recherches sur la disparition d’Émile.

Marie Causse a conçu « Le bercail » comme un roman en deux parties car, comme elle l’explique, elle a d’abord voulu raconter cette histoire familiale sous forme de fiction… avant de réaliser au fil du temps que c’était complexe compte tenu de la charge émotionnelle forte du récit.

On lit donc d’abord une fiction, qui nous raconte l’histoire d’une jeune étudiante, Esther. Elle fait des heures de ménage chez les personnes âgées de son village pour financer ses études et, un jour, se décide à questionner l’une d’entre elles, Odette, que tout le monde semble haïr. Esther aimerait découvrir la vérité sur la mort de son arrière-grand-père et a le sentiment qu’Odette pourra lui apporter des réponses.

On saute ensuite de la fiction à la réalité dans une seconde partie où Marie Causse retrace de manière factuelle les recherches menées pour découvrir la vérité sur son propre arrière-grand-père Émile.

C’est une construction assez déroutante, qui aurait sans doute mérité d’être expliquée au lecteur de manière plus évidente. Le cœur du roman est très touchant car c’est un bel exemple d’amour inter-générationnel. Il nous plonge dans une époque qu’il est difficile de se représenter pour nos générations favorisées n’ayant pas connu la guerre… et Marie Causse le fait avec beaucoup d’humilité et de réalisme, rappelant à travers les témoignages de ses proches à quel point il est malvenu de juger ce que les gens ont fait en temps de guerre, parfois sous la torture…

La complexité du livre tient au fait que c’est une histoire de famille… riche en personnages, donc ! Et à moins de tracer au fur et à mesure l’arbre généalogique, pas facile de se repérer entre les frères, les sœurs, les oncles, les grands-parents, arrière-grands-parents et leurs amis. A nos yeux de lecteur « extérieur », l’intrigue aurait mérité d’être privée de certains personnages secondaires… mais difficile pour l’auteur d’exclure un cousin, un oncle ou un proche de son récit pour de simples raisons narratives !

C’est toute la difficulté d’une histoire qui oscille entre roman et témoignage et c’est le reproche que je fais à ce livre : il ne choisit pas… Il me laisse néanmoins un sentiment positif car il est né d’une démarche positive, saine et pleine de tendresse.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.