Le quatuor, Yaron Zilberman


Le quatuor – Résumé

Lorsque le violoncelliste d’un quatuor à cordes de renommée mondiale apprend qu’il est atteint de la maladie de Parkinson, l’avenir du groupe ne tient plus qu’à un fil.

Entre les émotions refoulées, les egos et les passions incontrôlables qui se déchaînent alors, la longue amitié qui unit les quatre virtuoses menace de voler en éclats.

À la veille du concert qui célèbrera leur 25e et sans doute ultime anniversaire, seuls leurs liens étroits et le pouvoir de la musique peuvent encore préserver ce qu’ils ont construit.


RéalisateurYaron Zilberman.
Durée du film minutes.
Note – ★★★☆☆

Le quatuor, Yaron Zilberman

Le quatuor – Critique

L’intrigue du film s’ouvre sur un bouleversement : Peter (Christopher Walken), le violoncelliste d’un quatuor à cordes formé 25 ans plus tôt, annonce à ses compagnons de route qu’il souffre de la maladie de Parkinson. Tous le savent : cette affection est incurable et les médicaments n’offriront qu’un répit temporaire. Tôt ou tard, Peter ne sera plus en mesure de jouer. L’homme ne veut pas partir diminué et refuse que la maladie ne vienne entacher le succès mondial du quatuor. Alors il décide que le premier concert de la prochaine saison sera son dernier.

Yaron Zilberman laisse totalement de côté une vision fataliste et mélodramatique de la situation pour s’intéresser à la dynamique du groupe. Car le départ annoncé de Peter réveille des désirs et des rancœurs enfouis. L’un avoue qu’il aurait rêvé d’une carrière solo, l’autre ne s’estime pas à sa juste place dans le quatuor, des attirances mises en sourdine refont surface… Le groupe qui paraissait si uni se retrouve au bord de l’implosion.

Les acteurs servent ce récit avec un talent indéniable : Philip Seymour Hoffman (Robert), Mark Ivanir (Daniel) et Catherine Keener (Juliette) composent avec Christopher Walken un quartet de génie. Jamais dans l’excès, toujours dans une grande sensibilité, ils ne semblent pas « jouer » les personnages, ils les incarnent, ils les vivent. C’est selon moi le propre des grands acteurs, cette capacité à faire oublier qu’il ne s’agit que d’une fiction. J’ai eu aussi un petit coup de cœur pour Imogen Poots, qui interprète Alexandra, la fille de deux membres du quatuor, très pétillante et pleine de charme.

Philip Seymour Hoffman, Mark Ivanir, Christopher Walken et Catherine Keener

L’émotion est présente, sans cesse, parfois tumultueuse, parfois pudique, toujours bouleversante. Elle est servie par une bande originale où l’on retrouve Bach, Beethoven, Haydn ou encore Strauß et l’intervention de musiciens professionnels (le Brentano Quartet avec son premier violon Mark Steinberg et sa violoncelliste Nina Lee notamment, mais aussi la mezzo-soprano Anne Sofie von Otter).

Le quatuor n’est pas un film sur la musique mais véritablement sur la complexité des relations au sein d’un groupe, un fonctionnement qui impose nécessairement à chacun des sacrifices et des renoncements. Si je n’ai pas accordé une meilleure note à ce film, c’est d’abord parce que j’aurais aimé qu’il aille plus loin.

La fin ne répond pas à toutes les questions (même s’il ne s’agit pas d’une fin ouverte). De même, on sait finalement peu de choses de la vie du quartet avant que la maladie de Parkinson ne s’invite dans l’histoire : subitement, l’équilibre semble rompu et l’on se demande comment les musiciens ont pu tenir aussi longtemps ensemble alors que se jouaient, en leur for intérieur, tant de sentiments complexes.

Certains détails m’ont aussi semblé un peu excessifs (un violoniste professionnel à succès peut-il réellement « oublier » son instrument quelque part sans avoir l’impression d’avoir perdu une jambe ?) et le style assez classique.

Malgré ces petits bémols, c’est un film qui mérite d’être vu et m’a fait passer un beau moment.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.