Maléfique : Angelina Jolie, fée ou sorcière ?


Maléfique – Résumé

Depuis fort longtemps, le monde des Fées et autres créatures magiques côtoie celui des humains, non sans une animosité certaine entre les deux.

Maléfique, jeune fée aux longues ailes, pourrait pourtant mettre un terme aux tensions qui opposent les deux clans : elle s’est éprise de Sébastien, un humain égaré dans la Lande des Fées…

Mais un jour, Sébastien, ivre de pouvoir et d’ambition, la trahit dans l’espoir de monter sur le trône.

Maléfique jure alors de se venger.

La revanche promet d’être terrible !


RéalisateurRobert Stromberg.
Durée du film minutes.
Note – ★★★☆☆

Maléfique (Disney) avec Angelina Jolie

Maléfique – Critique

Maléfique est une interprétation moderne d’une histoire que vous connaissez tous : celle de la Belle au Bois Dormant. Tragique victime d’une malédiction, la jeune fille est vouée à se piquer le doigt à un fuseau et tomber dans un sommeil éternel dont ne la réveillera que le baiser d’un Prince Charmant.

L’histoire a été revisitée pour donner à Maléfique (Angelina Jolie) un statut plus ambigu et complexe qui fait d’elle le personnage central de l’histoire.

Elle n’est pas « la Méchante » au sens où l’entendent les contes, la sorcière avec sa verrue sur le nez et sa personnalité foncièrement mauvaise. Elle incarne au contraire une frontière entre Bien et Mal beaucoup plus brouillée.

Maléfique a été trahie alors que ses sentiments étaient sincères, sa colère commence donc par nous paraître légitime (vouloir répondre au mal par le mal)… Elle espère que sa vengeance apaisera cette colère (faire le mal pour se sentir bien)… et réalise qu’en faisant le mal, on ne fait pas du mal qu’aux autres mais aussi à soi-même. Pas sûr que les enfants qui verront le film en retireront le message mais c’est une vraie invitation à réfléchir à ses actes. La vengeance qui procure un soulagement immédiat n’est pas forcément saine à long terme.

Cette vision spirituelle du Bien et du Mal se retrouve dans l’apparence du personnage : Maléfique porte un nom qui la prédestine à blesser… tout en étant une Fée, à l’instar des bonnes fées qui se penchent sur le berceau des enfants pour leur prédire beauté et bonheur. Elle est belle et élégante… tout en portant sur la tête des « cornes » diaboliques.

Maléfique (Angelina Jolie)

On retrouve un univers visuel très « hollywoodien » : costumes somptueux, décors grandioses et travaillés, effets spéciaux poussés à l’extrême…

Bien qu’Angelina Jolie livre une prestation digne d’intérêt, j’ai trouvé qu’il manquait à ce film un supplément d’âme : le père d’Aurore – la jeune fille, douce et innocente, jouée par Elle Fanning – est présenté de manière très simpliste à travers son désir obsessionnel d’anéantir Maléfique. Il se rend malade de colère tout en acceptant de se séparer de sa fille durant 16 longues années dans l’espoir qu’elle échappe à la malédiction… Les effets spéciaux deviennent souvent le cœur de l’action au lieu de la soutenir, comme s’ils palliaient parfois à une émotion que le scénario ne parvient pas à exprimer.

Bref, le film est divertissant mais ne restera sans doute pas longtemps dans ma mémoire.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

3 commentaires sur “Maléfique : Angelina Jolie, fée ou sorcière ?

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.