Six ans à t’attendre, Delphine Giraud : disparition inexpliquée


Six ans à t’attendre – Résumé

Il y a 6 ans, Rachel devait épouser Vincent… mais deux jours avant le mariage, un accident de moto l’a fauché en pleine jeunesse. Son corps n’a jamais été retrouvé mais il a été déclaré mort, cette issue semblant être la plus probable aux yeux de la justice.

6 années se sont écoulées et un jour, alors qu’elle séjourne à Paris, Rachel se retrouve nez-à-nez avec un homme qui ne peut être que Vincent. Elle le reconnaîtrait entre mille !

Mais l’inconnu ne porte pas le même prénom et ne semble avoir aucun souvenir d’un éventuel passé commun avec Rachel…


Auteur.
Taille du livre390 pages.
Note – ★★☆☆☆

Six ans à t'attendre, Delphine Giraud

Six ans à t’attendre – Avis sur le livre

Avec Six ans à t’attendre, Delphine Giraud signe un premier roman qui ne manquera pas de séduire les amateurs d’histoires d’amour à rebondissements.

Rachel, l’une des protagonistes, vit en Province, dans une grande bâtisse qu’elle partage avec d’autres membres de sa famille, dont sa sœur jumelle Carole. Elle jouit d’une certaine liberté car elle est biographe, collectant les souvenirs de riches clients dont elle se charge de rédiger les histoires.

Rachel devait se marier… mais deux drames successifs ont frappé sa famille en un court laps de temps : la mort de son grand-père, foudroyé par une crise cardiaque… puis la disparition mystérieuse de son fiancé, Vincent, seulement deux jours avant le mariage. On a retrouvé sa moto détruite contre un arbre, au bord d’une rivière.

Pas de corps. A-t-il été emporté par les eaux ? L’auteur de l’accident l’a-t-il fait disparaître pour ne pas être inquiété ? Les recherches étant restées vaines pendant un long moment, Vincent a finalement été déclaré mort.

Six ans plus tard, Rachel garde en elle ce puissant traumatisme, même si elle a avancé dans son deuil… jusqu’à ce jour où, au hasard d’un rendez-vous à Paris, son regard croise un homme qui ne peut être que lui.

« Mue par cette espèce de force de la nature – le destin ? – Rachel regarde dans la direction des beaux immeubles en pierre datant du 19ème siècle. Une porte s’ouvre au même moment. Avant même de distinguer nettement la personne qui sort du bâtiment, elle devine de qui il s’agit. Elle le reconnaît… d’instinct. C’est lui…

Et son cœur cesse de battre un instant. Il manque un battement, puis repart, dans une cadence effrénée. Les Parisiens qui la frôlaient jusqu’alors, la bousculent à présent. Elle s’est arrêtée en plein milieu du trottoir, sans crier gare. Pour autant, elle ne bouge pas davantage. Parce que, tout simplement, elle ne peut pas ».

Evidemment, toute l’intrigue du livre s’articule ensuite autour de la quête de la vérité. Cet homme pourrait-il réellement être Vincent… et si c’est le cas, que s’est-il passé pour qu’il disparaisse ainsi dans la nature ? Était-ce de l’amnésie, une disparition volontaire, pour quelle raison ?

Six ans à t'attendre, Delphine Giraud

Le roman de Delphine Giraud retrace donc cette histoire d’amour passionnée qui a uni Rachel et Vincent, sur fond d’enquête pour explorer les circonstances de la disparition.

Je pense que c’est le genre de livre qui plaît à de nombreuses personnes car l’écriture est facile à suivre et l’histoire divertissante. Pour autant, le roman n’était pas fait pour moi : j’ai trouvé que certaines péripéties manquaient de crédibilité (par exemple, le fait d’obtenir « facilement » des informations médicales sur un patient d’un hôpital, faisant fi du secret professionnel), que l’histoire avait quelques longueurs et des dialogues un peu superficiels.

A vrai dire, écrire de bons dialogues est un exercice profondément difficile : certains auteurs adoptent un langage bien trop soutenu pour être « crédible » car nul ne s’exprimerait jamais comme ça à l’oral ; d’autres adoptent un ton plus conversationnel – à l’instar de ce que l’on trouve dans le roman de Delphine Giraud – avec le risque que les dialogues finissent par être trop « banals » car ils touchent de trop près aux « dialogues du quotidien ».

J’ai également trouvé pas mal de fautes d’orthographes dans l’édition électronique du livre (exemple : « il n’était pas sensé travaillé », au lieu de « censé travailler », ou encore « la gente féminine/masculine », au lieu de « la gent »).

En dépit de ces éléments, Six ans à t’attendre peut sûrement convenir aux lecteurs qui aiment les histoires faciles à lire, avec de la tendresse…

Je rapprocherais le style des romans d’Agnès Ledig… donc si vous aimez cet auteur, essayez de plonger dans ce roman !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

2 commentaires sur “Six ans à t’attendre, Delphine Giraud : disparition inexpliquée

  • AuroreInparis

    Effectivement, écrire de bons dialogues ce n’est vraiment vraiment pas évident, tu touches un point juste. Je viens de me décider à publier mon second roman, mais cette fois uniquement en format électronique (flemme de courir après des éditeurs), et je suis sure qu’il reste bourré de fautes malgré mes 8000 relectures !!! C’est ma plus grande peur, qu’on souligne mes fautes huhu

    Répondre à AuroreInparis
    • Marlène

      C’est l’intérêt d’un correcteur pro ;) Même quand on a une jolie plume, on n’est pas à l’abri d’une erreur d’inattention (à plus forte raison quand on a passé beaucoup de temps sur un texte !) ou d’un terme utilisé à mauvais escient, par habitude ! Je me souviens d’une amie de lycée qui disait « huberlulu » au lieu d’hurluberlu… parce que sa maman elle-même faisait la faute et l’avait « héritée » de sa propre mère. Elle avait découvert avec stupeur la bonne orthographe du mot au hasard d’un devoir, surprise d’avoir commis une faute sans même en avoir conscience.

      Ceci dit, quand on note des erreurs, cela permet souvent de les corriger dans les éditions futures, a fortiori dans le cas d’un livre électronique… donc ce n’est jamais perdu :)

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.