Les étincelles, Julien Sandrel : lanceurs d’alerte



Les étincelles – Résumé

Il y a trois ans, Phoenix et son frère César ont perdu leur père, disparu brutalement dans un accident de voiture alors qu’il se trouvait en Colombie.

D’après les découvertes de leur mère, il avait une maîtresse là-bas, une aventure qui lui a coûté la vie et fait voler en éclats le quotidien de la famille.

Jusqu’au jour où Phoenix découvre que son père lui a laissé un message cryptique. Se sentait-il menacé ?


Auteur.
Taille du livre336 pages.
Note – ★★★☆☆

Les étincelles, Julien Sandrel

Les étincelles – Avis sur le livre de Julien Sandrel

Le roman de Julien Sandrel comporte tous les ingrédients d’une histoire riche en rebondissements ! Une suspicion d’adultère, un questionnement « meurtre ou accident », une enquête…

Phoenix, la jeune femme au cœur du roman, se destinait à une brillante carrière de pianiste concertiste quand la mort de son père Charles, victime d’une sortie de route dans un ravin en Colombie, est venue bouleverser ses certitudes.

Incapable de toucher à un piano désormais, elle a mis en suspens sa passion pour se replier sur de sages études en biologie, une « filiation » indéniable dans la mesure où Charles lui-même était chercheur dans ce domaine.

Son look original et ses piercings, qui font parfois lever les sourcils de certains, ne l’empêchent en rien d’être prévenante et proche de sa grand-mère Sandra, auprès de laquelle elle vient régulièrement donner des cours de piano.

Mais depuis la mort de Charles, plus rien n’a la même saveur : leur mère a dû trouver un emploi précaire, ils ont déménagé et Phoenix, comme son frère César, un garçon intelligent passionné d’informatique, nourrit contre le disparu une colère profonde.

Charles avait apparemment une maîtresse, et c’est pour tromper sa femme qu’il quittait régulièrement la France pour se rendre en Colombie.

Trois ans après son décès, Phoenix replonge dans un carton de souvenirs de son père quand elle découvre un indice inattendu. Quelque chose qui lui laisse penser qu’avant sa mort, maîtresse ou pas, Charles se sentait menacé. Phoenix découvre rapidement qu’il menait des travaux de recherche au sujet du Clear, un pesticide utilisé dans le monde entier et produit par l’entreprise Lumière.

Le récit d’un drame familial, celui de la mort d’un père et de ses conséquences, bascule alors vers une véritable enquête : Charles aurait-il fait des découvertes dérangeantes ? Auraient-elles pu lui coûter la vie ?

Julien Sandrel, auteur de La Chambre des Merveilles, nous entraîne alors dans le milieu des lanceurs d’alerte, rappelant les risques auxquels ils sont soumis en dévoilant des scandales qui menacent des groupes au pouvoir et aux ressources quasi-illimités.

Si le livre est facile à lire pour se vider la tête, je l’ai trouvé très prévisible et parfois trop « dégoulinant de bons sentiments ».

C’est indéniablement un livre optimiste, où les problèmes finissent par s’arranger, où les héros trouvent des soutiens précisément quand ils en ont le plus besoin, si bien que l’ensemble paraît manquer un peu de crédibilité. Julien Sandrel saupoudre au passage une touche d’amour, une touche de relations transgénérationnelles.

Des problèmes profonds (comme l’impact des grands groupes industriels sur l’environnement, la transparence publique quant aux risques qui découlent de certaines activités humaines) sont traités de manière finalement assez « légère ».

Ca reste à mes yeux une lecture pas désagréable pour se vider la tête mais je lui fais le même reproche que celui que j’avais fait à La chambre des merveilles, cela manque à mon goût de relief.


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.