Game Of Thrones saison 1, épisode 3 : Lord Snow


Retrouvez sur cette page le résumé complet de l’épisode 3 de Game Of Thrones, saison 1, écrit par David Benioff & D.B. Weiss et réalisé par Brian Kirk. Il s’agit d’un résumé détaillé avec spoilers.

Si vous appréciez ces résumés, qu'ils vous aident à comprendre l'histoire ou à vous remettre en tête ce que vous aviez oublié, n'hésitez pas à faire un don via Paypal en guise de remerciement ou à acheter les Blu-Ray/DVD de la série sur Amazon en passant par ce lien. Ce sera un bonus apprécié ;)

Game Of Thrones saison 1 épisode 3

Générique de l’épisode 3 de Game Of Thrones !

Les Stark arrivent à Port-Réal

Après un long voyage, c’est sous le soleil que le cortège transportant Ned Stark, Sansa et Arya fait son entrée à Port-Réal. Dès son arrivée, Ned est informé que le Grand Mestre Pycelle a demandé la tenue immédiate d’une réunion du Conseil restreint, à laquelle sa présence est exigée. Il accepte et charge Jory de prendre soin de ses filles, il les retrouvera pour le souper.

L’intendant du Roi (qui accueille les invités de marque et convoque les personnes que le Roi souhaite rencontrer) lui suggère de se changer au profit d’une tenue plus appropriée… ce que Ned interprète clairement comme un outrage. Il est simplement vêtu comme on l’est dans le Nord, comme on l’est quand on vient de passer plusieurs semaines sur les routes.

Ned Stark est conduit dans la salle du trône et sur les marches devant le Trône De Fer, il retrouve Jaime Lannister. Ce dernier n’a rien perdu de son arrogance : il évoque le nécessaire leadership d’un homme du Nord, le trône poli par de nombreux fessiers royaux et la maxime qui dit que « le roi chie, la Main essuie »… De quoi encourager Ned dans son nouveau rôle (#ironie).

Jaime Lannister devant le Trône de Fer
Jaime Lannister devant le Trône de Fer

Eddard prend note de l’attitude du jeune chevalier et remarque avec ironie qu’il n’y a pas une seule éraflure sur son armure. Jaime attribue ça à son talent : « Les gens tentent de m’atteindre depuis des années mais ils semblent toujours manquer leur cible ». Ned répond avec beaucoup d’intelligence que cela signifie tout simplement qu’il sait bien choisir ses adversaires. Jaime comprend le message… et répond qu’effectivement, il a le coup de main pour ça.

Il poursuit : ce doit être étrange pour Ned de remettre les pieds dans cette salle. Il se trouvait d’ailleurs lui-même précisément à cet endroit quand c’est arrivé. Il commente la bravoure du frère de Ned, de son père… morts ici, violemment de toute évidence. Eddard note que Jaime n’a pas bougé face à la scène, le chevalier répond qu’ils étaient 500 hommes dans la salle et que personne n’a bougé. Aucun de tous ces grands chevaliers des Sept-Couronnes n’a pipé mot.

Il n’y avait que le silence… « et les hurlements bien sûr », se sent obligé de préciser Jaime, « et le Roi Fou qui riait ». On découvre ensuite, par les propos de Jaime Lannister, que ce Roi Fou, le père de Daenerys Targaryen, a fait brûler vives ses victimes. Quand Jaime l’a tué un peu plus tard, il affirme avoir repensé à cette scène et avoir eu l’impression que justice était faite.

Son ton est tellement sournois que Ned Stark ne se méprend pas sur les intentions du chevalier. Si Jaime Lannister affiche une fausse compassion, le fait qu’il donne autant de détails sur la mort de ses proches révèle au contraire une profonde volonté de le blesser… et Ned le sait. Alors il appuie à son tour là où ça fait mal. Il demande à Jaime : « C’est ce que vous vous dites le soir avant de dormir ? Que vous êtes un serviteur de la justice ? Que vous étiez en train de venger mon père quand vous avez planté votre épée dans le dos d’Aerys Targaryen ? »

Jaime lui demande si ça aurait changé quelque chose qu’il plante son épée dans le ventre du roi au lieu de la lui planter dans le dos. L’aurait-il respecté davantage ? Ned, clairement, n’apprécie pas le manque de loyauté du jeune homme. « Vous l’avez bien servi… quand le servir était sûr ». Une manière détournée de l’accuser de lâcheté.

Puis il rejoint le Conseil restreint pour la petite réunion prévue. Il y retrouve Lord Varys, un homme chauve à l’apparence soignée qui occupe la fonction de maître des chuchoteurs (un équivalent du Renseignement pour le gouvernement, autrement dit, de l’espionnage). Varys est déjà au courant de l’incident qui s’est déroulé sur la route royale et affirme qu’ils ont prié pour la guérison de Joffrey. « Dommage que vous n’ayez pas dit une prière pour le fils du boucher », commente Ned.

Lord Varys - Game Of Thrones saison 1 épisode 3
Lord Varys – Game Of Thrones saison 1 épisode 3

Puis il salue Renly Baratheon, le frère du roi, qui est le maître des lois… et un autre homme qui se présente comme étant Petyr Baelish. C’est le Grand Argentier du royaume, en charge des finances. On apprend qu’il a connu Brandon Stark (le frère aîné de Ned, assassiné par Aerys Targaryen) et Catelyn… avant qu’elle ne devienne Catelyn Stark.

A l’époque, elle s’appelait Catelyn Tully et Petyr Baelish raconte avoir vécu un duel mouvementé contre Brandon Stark, pour les beaux yeux de la jeune femme. Duel dont il garde encore une cicatrice marquée !

Puis le Grand Mestre Pycelle, un homme âgé, fait entendre sa voix pour signaler sa présence à Ned. La dernière fois qu’ils se sont vus, le Grand Mestre servait un autre roi. Il remet à Ned son insigne de Main du Roi puis propose de commencer la réunion. Ned paraît stupéfait que le roi n’y assiste même pas, alors que c’est là que l’on est censés prendre les plus principales décisions stratégiques.

Ça semble assez habituel car aucun des hommes n’est surpris. Ils précisent même que ces réunions servent généralement à prendre des décisions assez futiles.

L'insigne de Main du Roi - Episode 3 de Game Of Thrones, saison 1
L’insigne de Main du Roi – Episode 3 de Game Of Thrones, saison 1

Renly tend un message à Ned : le Roi ordonne qu’un tournoi soit organisé à Port-Réal pour fêter la nomination de la nouvelle Main Du Roi avec, à la clé, une récompense de plusieurs milliers de dragons d’or pour les meilleurs chevaliers… Petyr Baelish avale sa salive, les sommes sont faramineuses et il faudra avoir recours à un emprunt pour les obtenir. Baelish évoque la possibilité d’emprunter à la famille Lannister : la Couronne doit déjà 3 millions à Tywin Lannister… alors au point où ils en sont !

Petyr Baelish - Game Of Thrones
Petyr Baelish – Game Of Thrones

Ned Stark est stupéfait de découvrir l’endettement du royaume… et quand il demande des précisions, il apprend que c’est encore pire que ce qu’il croyait puisqu’il y a 6 millions de dettes. Il s’emporte contre le Conseil restreint : comment ont-ils pu laisser le royaume s’endetter autant ? Ned est persuadé que Jon Arryn n’aurait pas laissé les comptes partir à vau-l’eau de la sorte. Pycelle précise alors que les conseils de Jon Arryn étaient sages… mais que le Roi choisissait souvent de ne pas du tout les écouter.

Ned estime qu’ils ne peuvent pas s’offrir le luxe de ce tournoi… et décide qu’il en parlera au Roi. Petyr Baelish en a vu d’autres… et propose de prévoir le tournoi malgré tout, au cas où. Mais Ned le remet à sa place : ils ne prévoiront rien du tout tant qu’il n’aura pas parlé au roi. Il s’excuse de s’être emporté, expliquant qu’il est un peu fatigué par le voyage. Lord Varys se montre compréhensif.

Pendant ce temps, dans les appartements royaux, Cersei prend soin de la blessure de Joffrey qui n’a en réalité laissé que deux minuscules marques de crocs sur son bras. Il geint tandis qu’elle le soigne, en lui disant qu’il est un guerrier « comme son père », que c’est un signe de bravoure d’avoir quelques cicatrices. Mais Joffrey lui répond qu’il n’est pas un guerrier, il s’est juste fait mordre par un loup et a crié, rien de plus… et le pire, c’est que les deux petites Stark l’ont vu.

Mais Cersei réécrit l’histoire, lui apprenant l’art du mensonge : non, il a tué le loup… et épargné la fille par respect pour l’affection qui unit son père au sien.

Puis elle lui raconte que lorsqu’Aerys Targaryen était sur le trône, le père de Joffrey était perçu comme un rebelle et un traître. « Un jour, tu t’assoiras sur le trône et la vérité sera celle que tu choisiras », décrète Cersei.

Cersei Lannister en tête à tête avec Joffrey
Cersei Lannister en tête à tête avec Joffrey

L’adolescent demande s’il est vraiment obligé d’épouser Sansa Stark. Cersei répond par l’affirmative en expliquant qu’elle est jeune et belle et que s’il ne l’aime pas, il pourra se contenter de la voir très occasionnellement, pour les événements formels… et bien sûr pour engendrer quelques héritiers. Et s’il préfère aller voir des prostituées, qu’à cela ne tienne ! Cersei lui demande de faire un geste de sympathie pour Sansa Stark… même s’il n’en a pas envie, par pure stratégie : un petit geste de bonté de temps en temps lui épargnera bien des problèmes par la suite.

Joffrey estime qu’ils font preuve de trop d’égards vis-à-vis des gens du Nord, en les traitant comme des égaux. S’il était Roi, il doublerait leurs impôts et leur imposerait de donner 10000 hommes au service d’une armée royale. Il ne comprend pas que chaque seigneur puisse avoir sa propre armée comme s’ils étaient des tribus primitives, selon lui il devrait y avoir une armée unie, formée par des soldats expérimentés, loyale à la Couronne.

« Et si les gens du Nord se rebellaient ? » demande Cersei. « Je les écraserais » répond Joffrey sans hésiter. Il explique qu’il s’emparerait de Winterfell et nommerait une personne loyale à la Couronne comme gouverneur du Nord, par exemple son oncle Kevan.

Cersei lui expose les failles de son raisonnement : le Nord est trop vaste et trop sauvage pour être tenu par un étranger. Sa stratégie ne résisterait pas à l’arrivée de l’hiver. « Un bon Roi sait quand ménager ses forces et quand détruire ses ennemis », ajoute-t-elle. Joffrey conclut qu’elle considère les Stark comme des ennemis mais elle lui explique simplement qu’à ses yeux, « tout ce qui n’est pas nous est un ennemi ».

Pendant ce temps, ailleurs dans le château, Arya plante vigoureusement un couteau dans la table, affirmant qu’elle s’entraîne à tuer le prince. Elle ne lui pardonne pas d’avoir menti et d’avoir provoqué la mort de Mycah. Sansa note que ce n’est pas Joffrey qui a tué Mycah mais le Limier… mais Arya n’est pas dupe : il l’a fait sur les ordres du prince. Ned surprend sa furie et elle est envoyée dans sa chambre.

Puis il remet un cadeau à Sansa : une poupée, créée par la personne qui fait tous les jouets de la princesse Myrcella. Elle n’a pas l’air d’apprécier et note qu’elle ne joue plus à la poupée depuis l’âge de huit ans puis sort de table en laissant le cadeau sur place.

Un peu plus tard, alors qu’Arya a sorti son épée de son fourreau, Ned vient frapper à sa porte. En voyant l’arme, il reconnaît aussitôt la patte de Mikken, le forgeron de Winterfell, et demande à sa fille où elle s’est procuré cette épée. Il note qu’une petite fille n’est pas censée manier une épée. Arya révèle qu’elle s’appelle « Aiguille ». Ned s’étonne qu’elle ait déjà nommé l’épée, signe qu’elle prend les choses très au sérieux, puis lui demande quelle est la première règle du combat à l’épée. Répétant les mots de Jon Snow, Arya lui dit avec vivacité : « Les frapper avec le bout pointu ».

Ned Stark découvre l'épée Aiguille de sa fille Arya
Ned Stark découvre l’épée Aiguille de sa fille Arya

Ned rit face à la spontanéité de sa fille. Elle lui raconte alors que c’est elle qui a demandé à Mycah de l’aider à s’entraîner à l’épée. Elle se sent extrêmement coupable qu’il soit mort car elle pense que c’est de sa faute. Ned la réconforte. Arya déclare qu’elle déteste tout le monde, notamment Joffrey et Sansa. Ned lui explique que Sansa a été traînée devant le Roi et la Reine et qu’on lui a, grosso modo, demandé de traiter le jeune prince de menteur… Arya est révoltée : mais C’ÉTAIT un menteur !

Ned lui explique qu’un jour, Sansa sera mariée à Joffrey… et que cela implique qu’elle se range de son côté, même quand il a tort. Arya lui demande pourquoi il laisse sa fille épouser « quelqu’un comme ça »… et cette fois-ci, il semble ne pas savoir répondre. Mais après un court instant de réflexion, il explique à Arya que la devise de la maison Stark est « L’hiver vient ». Elle n’a jamais connu l’hiver, elle est née pendant le long été… mais là, l’hiver va revenir et ça implique de se protéger, de se serrer les coudes. Et Sansa est sa sœur. Arya explique qu’elle ne la déteste pas, pas vraiment en tout cas.

Ned lui parle avec beaucoup de franchise : ils sont arrivés dans un endroit dangereux et ne peuvent pas se permettre de se livrer une guerre au sein même de leur propre famille. Il la laisse garder son épée, à condition qu’elle ne s’en serve pas pour attaquer sa sœur… et avant de sortir, lui glisse que quitte à avoir une épée, autant qu’elle sache s’en servir.

A Winterfell, Bran a repris conscience

Dans le Nord, un corbeau vient se poser sur la fenêtre de la chambre où Bran est toujours couché, aux côtés d’une vieille femme qui tricote, Vieille Nan. Elle propose de lui raconter une histoire de corbeau mais il répond qu’il déteste ses histoires. Alors elle lui glisse avec espièglerie qu’elle connaît une histoire à propos d’un garçon qui déteste les histoires. Elle peut aussi lui en raconter d’autres, qu’il aimait bien avant l’accident. Mais Bran répond qu’en réalité, ce qu’il préférait, c’étaient les histoires qui faisaient peur.

Elle soupire : que sait-il de la peur, lui, un enfant de l’été ? La peur est un sentiment de l’hiver, quand la neige est profonde de 30 mètres, que le soleil se couche pour plusieurs années – ce que l’on appelle la « longue nuit » – et que des enfants naissent, vivent et meurent sans avoir jamais connu la lumière… Quand les Marcheurs Blancs arpentent les bois…

Elle a su capter l’attention de Bran… et continue à raconter : il y a plusieurs milliers d’années, a eu lieu une nuit qui a duré une génération entière. Des rois sont morts gelés dans leur château, des bergers dans leurs huttes, les femmes préféraient étouffer leurs bébés plutôt que de les voir mourir de faim et leurs larmes gelaient sur leurs joues… Elle demande à Bran si c’est vraiment le genre d’histoire qu’il aime et il hoche la tête.

Alors elle ajoute que dans cette période obscure, les Marcheurs Blancs sont venus pour la première fois. Chevauchant leurs chevaux morts, ils ont envahi les villes… Alors que l’histoire se fait de plus en plus terrifiante, Robb Stark ouvre brutalement la porte de la chambre, faisant sursauter Bran. Il congédie la vieille femme afin de rester seul avec son frère.

On apprend au cours de leur conversation que Bran n’a aucun souvenir de son accident… et qu’il a appris par Mestre Luwin qu’il ne pourrait plus jamais remarcher. « Je préférerais être mort », déclare-t-il. Robb ne sait pas quoi répondre.

Catelyn Stark arrive à Port-Réal

Neuf ans après son dernier séjour dans la capitale, Catelyn Stark arrive discrètement à Port-Réal en compagnie de Rodrik Cassel. Elle pense être incognito mais deux hommes en armure, au visage masqué, viennent au-devant d’elle en affirmant avoir reçu l’ordre de l’escorter. De qui vient l’ordre ? Elle ne tarde pas à le découvrir… quand elle se retrouve dans un bordel tenu par Petyr Baelish.

Catelyn Stark accueillie par Petyr Baelish
Catelyn Stark accueillie par Petyr Baelish

Elle est furieuse qu’il la traite ainsi, comme si elle avait peu de vertu… mais il lui répond que justement, personne ne viendra la chercher ici et que c’est précisément ce qu’elle désirait. Catelyn se demande comment il a appris sa venue à Port-Réal et Baelish explique qu’il a été informé par « un ami cher ».

Il désigne Varys, qui se tient derrière un rideau et l’accueille chaleureusement. Elle veut savoir d’où il tient ses informations, il répond avec subtilité que c’est son métier d’en obtenir et qu’il a des « petits oiseaux même dans le Nord ». Il demande à voir l’arme qui a failli tuer Bran et affirme ne pas savoir à qui elle appartient.

Baelish affiche alors un large sourire, déclarant que c’est un jour historique car il dispose d’une information que Varys n’a pas. Selon Petyr Baelish, il n’existe qu’une seule arme comme celle-là dans tout le royaume… et elle lui appartient. Du moins, elle lui appartenait jusqu’à un récent tournoi organisé pour Joffrey. Petyr explique qu’il a parié sur une victoire de Jaime Lannister, comme n’importe qui l’aurait fait… mais il a perdu car celui-ci a été battu par le Chevalier des Fleurs… et a perdu ce poignard par la même occasion.

Celui qui l’a récupéré ? Tyrion Lannister.

Jon Snow découvre Châteaunoir

Au pied du Mur, Jon Snow est en train d’affronter un par un d’autres hommes de la Garde de Nuit sous le regard attentif de Ser Alliser Thorne, le Maître d’armes de Châteaunoir. Jon est doué au combat… ce qui n’est pas étonnant car contrairement à beaucoup d’hommes, il a été formé correctement, dans un château. Il met un bon coup au visage à un homme – Grenn, un autre prénommé Pyp reçoit un coup dans le ventre, Jon met à terre en quelques secondes l’opposant suivant, Rast, puis un autre…

Alliser Thorne n’a d’autre choix que de conclure qu’il est la « personne la moins inutile ici ».

Tyrion, qui observe toute la scène aux côtés du Lord Commandant de la Garde de Nuit – Jeor Mormont – note à quel point Thorne a l’air « charmant ». Le Lord Commandant lui rétorque qu’il n’a pas besoin d’être charmant pour le poste qu’il occupe, une mission difficile qui consiste à transformer tous ces criminels en hommes de la Garde de Nuit.

Mormont annonce à Tyrion qu’il a reçu un corbeau de la part du fils de Ned Stark, apportant des nouvelles à la fois bonnes et mauvaises.

Jeor Mormont, Lord Commandant de la Garde de Nuit
Jeor Mormont, Lord Commandant de la Garde de Nuit

Ned retrouve sa femme

À Port-Réal, Mestre Pycelle vient à son tour apporter à Ned Stark un corbeau en provenance de Winterfell. Baelish, qui entre à son tour dans la salle du trône, demande si ce sont de bonnes nouvelles… puis suggère à Ned de les partager avec sa femme. Il répond que celle-ci se trouve à Winterfell. « Vraiment ? » dit Baelish.

Il le conduit dans le bordel où il a caché Catelyn Stark, expliquant qu’il possède plusieurs établissements. Ned empoigne Baelish par le cou, pensant à une très mauvaise plaisanterie, jusqu’au moment où Catelyn l’interpelle par la fenêtre.

Baelish est furieux et maugrée : « Ah, les Stark, des tempéraments impulsifs, des esprits lents ».

Jon Snow ne trouve pas sa place au Mur

A Châteaunoir, l’un des hommes qui a été battu au combat par Jon – Grenn – vient lui demander des comptes, lui reprochant de lui avoir cassé le nez. Jon répond avec ironie que ça apporte une amélioration à son visage et aussitôt, il se retrouve menacé par une épée : les hommes n’ont pas apprécié sa supériorité et menacent de le balancer du haut du Mur. C’est à cet instant que Tyrion Lannister entre dans la pièce.

Très calmement, il fixe longuement les trois hommes qui menacent Jon Snow et déclare qu’ils ont un visage intéressant. Devant leur incompréhension et leur incrédulité, il ajoute que ces visages rendraient très bien sur des piques à Port-Réal et qu’il devrait suggérer l’idée à sa sœur, la reine. Les hommes comprennent le message et lâchent Jon, non sans lui dire qu’ils se parleront plus tard.

Jon Snow se montre amer : « Tout le monde savait ce qu’était cet endroit et personne ne me l’a dit. Mon père savait et il m’a laissé moisir au Mur malgré tout ». Seul Tyrion s’est montré honnête avec lui.

Tyrion lui parle alors des hommes qui l’ont agressé, et qui se tiennent toujours dans un coin de la pièce : il y a Grenn, dont le père l’a abandonné à l’extérieur d’une ferme quand il avait 3 ans. Pyp, capturé alors qu’il volait un fromage pour sa petite sœur qui n’avait pas mangé depuis trois jours, on lui a donné le choix entre se faire trancher la main droite et rejoindre le Mur, il a choisi le Mur. Tyrion a demandé au Lord Commandant de la Garde De Nuit de lui raconter ces histoires. Il ne parle pas de Rast, qui a été arrêté pour avoir commis un viol.

Quand Jon se plaint d’être détesté parce qu’il est meilleur que les autres, Tyrion lui rappelle que ces hommes n’avaient probablement jamais tenu une épée de leur vie avant aujourd’hui. Puis il lui remet un message en provenance de Winterfell : Bran a repris conscience.

Périlleux jeux de pouvoir à Port-Réal

Catelyn Stark fait part de ses soupçons concernant l’accident de Bran et Petyr Baelish la met en garde : le simple fait de suggérer que le frère de la reine a tenté de tuer l’enfant pourrait être assimilé à de la trahison et leur coûter la vie. Catelyn rappelle qu’elle détient une preuve, la lame qui a failli atteindre Bran. Mais Baelish lui explique que si elle en parle, il suffira à Tyrion de prétendre qu’on lui a volé l’arme pour se tirer d’affaire. Le seul homme qui pourrait attester du contraire, l’assassin lui-même, n’est plus de ce monde…

Catelyn explique à son mari qu’elle fait entièrement confiance à Baelish qui lui a promis de découvrir la vérité, elle le considère comme un petit frère et estime qu’il ne la trahira jamais. Ned ne semble pas convaincu mais Baelish lui promet d’essayer de le maintenir en vie dans l’intérêt de sa femme. Elle se montre très reconnaissante.

À la tombée de la nuit, Jaime Lannister rejoint Cersei dans ses appartements. Elle est furieuse, l’accuse d’avoir été stupide, semble lui reprocher d’avoir pris le risque énorme de pousser Bran par la fenêtre alors même que c’est elle qui avait supplié son frère d’éliminer ce témoin gênant. Jaime croit d’abord que Bran a révélé la vérité mais apprend rapidement que l’enfant ne se souvient de rien et, de fait, ne comprend absolument pas la panique de Cersei.

Elle lui explique qu’elle a peur que la mémoire lui revienne et qu’il répète tout à son père. Jaime la rassure : si ça devait se produire, ils n’auraient qu’à raconter que l’enfant ment ou a rêvé, ça ne devrait pas être trop difficile pour deux adultes de se montrer plus malins qu’un enfant de 10 ans !

Cersei s’inquiète aussi de la réaction de son mari si la rumeur se propage, là encore Jaime Lannister lui répond qu’il est prêt à lui faire la guerre si ça doit en arriver là. Il plaisante : « Ils pourront écrire une ballade à propos de nous : La Guerre pour la Chatte de Cersei ». Elle n’apprécie pas son humour et le gifle violemment, ce qui le fait rire… Il finit par l’attraper dans ses bras, elle est toujours aussi furieuse et lui ordonne : « Lâche-moi ». « Jamais », répond-il, avant de lui répéter qu’elle ne craint rien : l’enfant ne parlera pas… et s’il parle, il le tuera. Lui, Ned Stark, le Roi, tout le monde, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’eux deux.

Jaime Lannister calme les inquiétudes de Cersei
Jaime Lannister calme les inquiétudes de Cersei

De son côté, Catelyn Stark continue à mener une existence cachée à Port-Réal, rencontrant son mari la tête coiffée d’une capuche pour essayer de rester discrète. Elle aimerait voir ses filles mais Ned lui rappelle que c’est trop dangereux tant qu’ils ne savent pas exactement qui sont leurs ennemis. Catelyn est persuadée que les coupables de l’accident de Bran sont les Lannister… mais Ned reconnaît que Baelish a raison : il leur faut des preuves. Il explique que s’il les trouve, il les présentera à Robert… en espérant qu’il est encore le même homme que celui qu’il a connu.

Il taquine sa femme sur son caractère impulsif et elle lui retourne la remarque, en lui rappelant qu’il a failli tuer Littlefinger (littéralement, « petit doigt », c’est le surnom de Petyr Baelish, qu’il doit à son allure frêle et au fait que son fief soit situé dans la région des Doigts, au niveau du plus petit des Doigts) la veille. Puis ils s’embrassent fougueusement et se séparent à regret. Catelyn reprend la route vers le Nord.

Catelyn Stark quitte Port-Réal
Catelyn Stark quitte Port-Réal

Pendant ce temps, dans le château, Robert raconte qu’il se souvient encore de son premier meurtre, même si c’était il y a longtemps. Il demande à Ser Barristan Selmy (Lord Commandant de la Garde Royale) s’il se souvient du sien et l’homme acquiesce, expliquant que c’était un Tyroshi (habitant de Tyrosh, une Cité Libre à Essos) qu’il a abattu d’une lance en plein cœur.

Robert raconte à son tour le sien : c’était un garçon de la famille Tarly, qu’il a tué pendant la bataille de Lestival. Son cheval avait reçu une flèche si bien qu’il s’était retrouvé à pied, dans la boue. Le gamin était arrivé vers lui, pensant sans doute pouvoir mettre un terme à la rébellion en cours d’un simple coup d’épée. Robert l’a accueilli d’un coup de masse, laquelle s’est enfoncée dans sa cage thoracique, lui brisant probablement toute les côtes. Il note que tout le monde se chie dessus avant de mourir et que ça, personne ne le raconte dans les chansons. Il ajoute aussi que désormais, les Tarly jurent fidélité à la couronne. Si ce garçon était resté sagement sur le côté du champ de bataille comme les autres, il aurait aujourd’hui une femme qui lui casserait les pieds, des enfants ingrats…

A force de parler, Robert a soif et réclame du vin en criant. Le jeune homme qui se tient derrière lui, Lancel Lannister, s’empresse de le servir mais constate que le pichet est presque vide. Robert se moque de lui, de son prénom, de son attitude hésitante : le jeune homme est obligé de lui expliquer qu’il n’y a plus de vin et le Roi lui ordonne sur un ton furieux d’aller en chercher.

Lancel Lannister, au service du Roi
Lancel Lannister, au service du Roi

Voyant Jaime Lannister qui garde la porte, le Roi crie à Lancel « Dis à ton cousin d’entrer » puis interpelle Jaime lui-même : « Régicide, venez ici ! »

Le Roi est complètement ivre et dit donc tout ce qui lui passe par la tête : il note qu’il est complètement entouré de Lannister, dès qu’il ferme les yeux il voit « leurs cheveux blonds et leurs visages suffisants et satisfaits ». Jaime est obligé de prendre sur lui pour l’écouter : « Ça doit faire mal à votre fierté de vous tenir dehors comme une sentinelle glorifiée… Jaime Lannister, fils du grand Tywin, obligé de surveiller la porte pendant que son Roi mange et boit et chie et baise ». Jaime baisse les yeux.

Le Roi lui explique qu’ils étaient en train de parler de leur premier meurtre, « sans compter les vieux »… et demande à Jaime de raconter le sien. Le chevalier explique que c’était un hors-la-loi d’une fraternité. Barristan Selmy s’en souvient, il était là ce jour-là. Jaime avait 16 ans. Il se rappelle lui aussi comment Selmy avait tué Simon Toyne d’une magnifique riposte qui reste « le plus beau geste que j’aie jamais vu ». On sent beaucoup d’admiration de sa part pour Selmy. Le Roi demande si le hors-la-loi a prononcé de dernières paroles… mais Jaime répond qu’il n’en a pas eu l’opportunité puisqu’il lui a tranché la tête.

Ser Barristan Selmy, commandant de la Garde Royale
Ser Barristan Selmy, commandant de la Garde Royale

Le Roi lui demande soudain ce qu’a dit Aerys Targaryen quand Jaime l’a mortellement frappé dans le dos. Il réalise qu’il n’a jamais posé la question. Le visage de Jaime Lannister se fige. Le Roi essaie de deviner : l’a-t-il traité de traître ? L’a-t-il supplié de lui accorder sa grâce ? Jaime regarde le Roi droit dans les yeux et lui dit : « Il a dit la même chose que ce qu’il répétait depuis des heures : brûlez-les tous ». Puis le jeune chevalier prend congé.

Viserys jaloux du pouvoir de sa soeur

De l’autre côté du détroit, Daenerys Targaryen chevauche aux côtés de Jorah Mormont au milieu des bambous. Elle en profite pour le questionner : elle veut savoir si les Dothrakis achètent leurs esclaves. Jorah explique que ce peuple ne croit pas à l’argent et reçoit la plupart de ses esclaves en cadeau. Quand les gens d’une ville voient arriver la horde, le choix est souvent vite fait entre couvrir les Dothrakis de cadeaux et se battre avec eux. Mais parfois, les cadeaux ne suffisent pas, les chefs ont envie de se battre pour mille raisons…

Alors qu’un esclave se fait frapper violemment par un Dothraki, Daenerys semble vouloir tester son pouvoir et demande à Jorah de traduire sa consigne : elle veut que la horde s’arrête jusqu’à nouvel ordre. Il constate qu’elle a pris de l’assurance dans son rôle de khaleesi. Daenerys s’éloigne un moment, seule parmi les bambous… et est brutalement interrompue par l’arrivée de Viserys, épée tirée, qui est FURIEUX qu’elle ait donné un ordre auquel il doit se soumettre… alors que c’est lui, le Roi des Sept-Couronnes.

« Je ne reçois pas d’ordre de sauvages ou de leurs putes, tu entends ? » déclare-t-il froidement à sa sœur, la main sur sa gorge, la lame à quelques centimètres de son cou.

Mais soudain, Viserys est violemment tiré en arrière, capturé au niveau du cou par des lassos. Rakharo, qui garde la Khaleesi, est venu à son secours et lui demande s’il doit tuer Viserys. Elle répond par la négative et il suggère alors de couper l’oreille du jeune homme pour lui enseigner le respect. Viserys suffoque, Daenerys explique qu’elle ne veut pas que l’on fasse du mal à son frère… et Rakharo finit par relâcher la corde qui lui enserre le cou.

Viserys n’a plus de souffle ni de voix mais il est fou de rage et hurle à Jorah de tuer les Dothrakis. Évidemment, Jorah ne bouge pas d’un millimètre. Viserys hurle qu’il est son Roi… bref, pique une colère en bonne et due forme. Daenerys finit par remonter à cheval mais quand Viserys s’apprête à retrouver le sien, Rakharo lui interdit de monter dessus et lui demande de marcher.

Benjen part en expédition

Un vent glacial souffle sur Châteaunoir, faisant voler la neige en tourbillons. Jon Snow semble plus à l’aise au Mur et emprunte le gigantesque ascenseur qui mène au sommet, une cabine de bois qui se hisse lentement vers les hauteurs, où les températures sont encore plus glaciales.

Benjen monte la garde, face à un petit feu pour se réchauffer. Il serre Jon dans ses bras et ce dernier va se placer face au vide, face aux terres au-delà du Mur. « Je voulais être là quand tu verrais ça pour la première fois », confie Benjen. Puis il explique à Jon qu’il partira le lendemain, en tant que Premier Ranger il doit participer à une expédition au-delà du Mur. Il y a eu des rapports inquiétants. Jon demande plus de détails… et Benjen lui répond que c’est le genre de rapport qu’on ne veut pas croire.

Jon promet de ne pas le laisser tomber mais Benjen lui apprend qu’il ne participera pas à l’expédition. Jon est révolté, pourtant il est le meilleur combattant ! Benjen lui explique qu’ici, il faut gagner sa place. « On se parlera à mon retour », glisse-t-il à Jon avant de le laisser.

Benjen Stark salue Jon Snow - Game Of Thrones saison 1 épisode 3
Benjen Stark salue Jon Snow – Game Of Thrones saison 1 épisode 3

Tyrion discute avec un homme de la Garde, qui lui raconte qu’il a un jour dû manger des testicules d’ours car il n’y avait rien d’autre à manger lors d’une expédition loin du Mur. « Un peu caoutchouteux », se souvient-il. Il demande à Tyrion quelle est la chose la plus étrange qu’il ait mangée de son côté et le nain répond : « est-ce que les filles de Dorne comptent ? » ce qui fait hurler de rire son interlocuteur.

L’homme – Yoren – a pour rôle d’arpenter le royaume à la recherche de recrues pour la Garde de Nuit. Il explique que tous les hommes ne sont pas des criminels. Certains sont pauvres et espèrent qu’intégrer la Garde leur permettra de manger à leur faim. D’autres sont de haute lignée et recherchent la gloire…

Benjen les rejoint et reproche à Tyrion Lannister de prendre la Garde de Nuit à la légère, comme une « armée de bouffons en noir ». Tyrion répond qu’il n’y a pas assez d’hommes pour former une armée et qu’en-dehors de Yoren, ils ne sont pas particulièrement drôles.

Benjen lui rappelle que ce qu’il a appris en venant au Mur ne se résume pas à de jolies histoires qu’il pourra raconter à Port-Réal, quand il profitera des bordels de la capitale. La réalité du Mur, c’est que la moitié des hommes mourront sur les terres septentrionales du royaume, d’une maladie, d’une attaque de Sauvageon, de froid… Et s’ils meurent, c’est pour que le reste du royaume – et en particulier des privilégiés comme Tyrion – puisse profiter de la vie estivale confortablement.

Tyrion explique à Benjen qu’il respecte profondément la Garde de Nuit MAIS qu’il ne croit pas à l’hypothèse d’une terrifiante menace comme celle des Marcheurs Blancs de l’autre côté du Mur. Selon lui, la seule différence entre le peuple de Westeros et les Sauvageons, c’est que lorsque le Mur a été érigé, ils se sont trouvés du « bon côté ». Benjen reconnaît qu’il a raison : s’ils sont un peu plus violents, les Sauvageons sont néanmoins des hommes, qu’il sait traquer et tuer si nécessaire. Ce ne sont pas eux qui lui donnent des insomnies. Il finit par rappeler à Tyrion qu’il n’a jamais mis les pieds de l’autre côté du Mur, il est donc mal placé pour savoir ce qui s’y trouve.

Puis Benjen salue Yoren, qui part lui aussi pour la capitale, et sort. Tyrion et Yoren recommencent à boire. Yoren explique que l’expédition de Benjen doit durer un ou deux mois, il sortira en empruntant le tunnel qui traverse le Mur. De son côté, il va à Port-Réal car c’est dans les donjons de la capitale qu’il trouve souvent son lot de recrues. Tyrion lui propose de faire route avec lui. Yoren hésite, il explique à Tyrion qu’il ne voyage pas dans le luxe… mais le nain lui répond que cette fois-ci, grâce à lui, ils fréquenteront les plus beaux châteaux et les plus belles auberges…

Daenerys a une réalisation

De l’autre côté du détroit, Daenerys se fait tresser les cheveux par Irri, qui lui apprend quelques mots de dothraki. Soudain, Irri se met à lui soupeser les seins. Face à la surprise de Daenerys, la servante lui demande quand elle a saigné pour la dernière fois. « Vous changez, Khaleesi », constate-t-elle. Daenerys réalise qu’effectivement, elle est probablement enceinte.

Jorah, de son côté, échange avec Rakharo sur la question des armes. Il reconnaît que les larmes courbes qu’utilisent les Dothrakis, les arakhs, sont de bonnes armes pour se battre à cheval… mais elles seront assez impuissantes pour percer des armures à Westeros… et c’est là que les épées sont utiles. Mais Rakharo devine la faiblesse de l’armure : elle ralentit celui qui la porte. Et il explique que son père, qui lui a appris à se battre, lui a toujours dit que la vitesse prenait le dessus sur la taille.

Mormont répond qu’il a entendu parler de son père comme d’un grand guerrier et Rakharo explique qu’il était sang-coureur d’un khal, le Khal Bharbo.

Les sang-coureurs forment la garde rapprochée d’un khal mais, plus encore, ils sont considérés comme « ayant le même sang » (et s’appellent d’ailleurs « Sang de mon sang »), partageant tout ce qui appartient au khal (hormis les chevaux). A la mort d’un khal, les sang-coureurs vont jusqu’à se tuer pour l’accompagner dans son dernier voyage vers les prairies célestes auxquelles croient les dothrakis…

Rakharo demande à Jorah si son père était aussi un guerrier et Jorah répond qu’il l’est toujours, un homme de valeur qu’il estime avoir trahi.

Les deux hommes sont interrompus par l’arrivée d’Irri, qui leur explique que la Khaleesi désire manger autre chose que le repas habituel. Elle demande à Rakharo d’aller tuer des lapins… ou, à défaut, des canards. Rakharo est surpris, car on ne trouve aucun de ces animaux là où ils sont. Elle propose alors de tuer un chien mais Jorah doute que cela conviendra à Daenerys Targaryen. Irri leur révèle alors que la jeune femme est enceinte, elle n’a pas eu ses règles depuis plus de deux mois et son ventre commence à gonfler.

Jorah reste stupéfait par la nouvelle et annonce qu’il va faire en sorte que l’on tue une chèvre pour le dîner de la Khaleesi. Il déclare aussi qu’il doit se rendre à Qohor (une Cité Libre, au même titre que Pentos et Tyrosh). Rakharo lui rappelle que la horde se dirige vers Vaes Dothrak et il promet de les rejoindre.

Jon Snow entraîne ses frères d’armes

A Châteaunoir, Jon Snow a tenu compte des propos de Tyrion Lannister et au lieu de chercher à vaincre ses frères d’armes au combat, il décide d’utiliser sa supériorité technique pour leur donner des conseils et leur expliquer leurs erreurs. Il dit par exemple à Grenn qu’il ne faut pas rester trop statique car une cible mouvante est plus difficile à atteindre… et à Pyp qu’il bouge trop, au contraire. Il surprend le regard de Tyrion qui l’observe et échange un petit sourire complice avec lui.

Tyrion va retrouver le Lord Commandant Jeor Mormont et le vieux mestre de la Garde de Nuit, le sage Mestre Aemon. Ce dernier lui demande combien d’hivers il a vécus : neuf, répond Tyrion, en racontant que l’hiver de sa naissance a duré 3 ans. Là, cela fait actuellement 9 ans que c’est l’été mais le vieux mestre a reçu des rapports de la Citadelle des mestres disant que les jours raccourcissaient. Les Stark ont raison, « L’hiver vient ». Selon Aemon, il s’annonce long… « et des choses sombres viendront avec lui ».

Mestre Aemon, de la Garde de Nuit
Mestre Aemon, de la Garde de Nuit

Jeor Mormont raconte qu’ils capturent de plus en plus de Sauvageons chaque mois : ils fuient vers le Sud et ceux qui le font affirment qu’ils ont vu les Marcheurs Blancs.

Mais Tyrion ne prend toujours pas ces propos au sérieux : « Oui, et les pêcheurs de Port-Lannis affirment qu’ils voient des sirènes ! »

Mais Jeor Mormont lui rappelle que l’un de leurs rangers a affirmé avoir vu ses deux compagnons mourir sous ses yeux, attaqué par les Marcheurs Blancs. Et il l’a juré, jusqu’au moment où Ned Stark lui a tranché la tête. Aemon ajoute que la Garde de Nuit est le seul rempart entre le royaume « et ce qui se trouve au-delà »… et ce rempart, aujourd’hui, est une armée de jeune hommes indisciplinés et de vieillards fatigués. Ils sont moins d’un millier, ne peuvent même plus occuper tous les châteaux qui longent le Mur ou patrouiller correctement la zone.

Jeor Mormont charge Tyrion de parler à sa soeur. Assise aux côtés du Roi, elle a le pouvoir de leur fournir des ressources. Le nain perçoit clairement leur désespoir.

Daenerys enceinte

Daenerys est allongée aux côtés de son époux, ses œufs de dragon toujours auprès d’elle, entourés de bougies. Elle et Khal Drogo sont devenus proches et tendres l’un envers l’autre, et elle lui annonce en dothraki qu’elle est convaincue que l’enfant sera un garçon.

Daenerys au lit avec Khal Drogo
Daenerys au lit avec Khal Drogo

Tyrion réalise son voeu

La nuit est tombée sur le Mur… et Tyrion réalise son plus grand rêve : pisser du haut du Mur, de l’autre côté. Jon Snow ne peut s’empêcher de rigoler, c’est vraiment un sacré phénomène ! « Je suis désolé de te voir partir, Lannister », lui avoue-t-il. « C’est moi… ou ce froid », répond Tyrion. « Et il ne semble pas vouloir s’en aller ».

Jon lui demande s’il compte s’arrêter à Winterfell sur le chemin du retour vers Port-Réal et Tyrion répond favorablement, après tout il n’y a pas beaucoup de lits en plume entre le Mur et Port-Réal, autant profiter de ceux qui sont sur la route ! Il n’a pas la moindre idée qu’il a été accusé de la tentative de meurtre sur Bran pendant qu’il se trouvait à Châteaunoir.

Jon non plus… et il lui demande donc de saluer Bran pour lui, et de lui dire qu’il lui manque. Le nain s’y engage. Jon glisse à Tyrion que Bran ne remarchera plus jamais et ce dernier répond : « Quitte à être estropié, c’est bien au moins d’être un riche estropié ». Puis les deux hommes échangent une poignée de main cordiale.

Arya se forme

Au Donjon Rouge, à Port-Réal, Arya est convoquée pour un cours un peu spécial… L’homme qui l’accueille lui dit : « Tu es en retard, jeune homme. Demain tu seras là à midi ». Arya lui demande qui il est et il répond qu’il est son « maître à danser ». Mais la danse qu’il va lui enseigner n’est pas une danse ordinaire… puisqu’il s’agit de lui apprendre à manier correctement une épée.

L’homme lui jette une épée en bois, qu’elle ne parvient pas à rattraper. « Demain, tu l’attraperas », promet-il. Arya se plaint que l’épée soit lourde mais son professeur lui répond qu’elle fait le juste poids pour apprendre et pour qu’elle acquière de la force. Alors il lui demande de la tenir avec une seule main et pas deux comme elle avait commencé à le faire.

Il lui apprend à se tenir correctement et lui dit que sa minceur est un avantage, ça fait d’elle une plus petite cible. Il lui apprend à tenir l’épée correctement, délicatement… mais fermement : l’épée doit faire partie de son bras. « Peux-tu faire tomber une partie de ton bras ? Non ».

L’homme révèle alors son identité : il s’appelle Syrio Forel et pendant 9 ans, il a été la première épée du Seigneur de la Mer de Braavos (une Cité Libre, comme celles déjà évoquées : Pentos, Tyrosh et Qohor). Il explique à Arya qu’elle doit l’écouter car il sait de quoi il parle. Alors qu’il l’appelle à nouveau « mon garçon », elle lui répond qu’elle est une fille… et il explique que ça n’a aucune importance : face à lui, elle est une épée. Et c’est tout ce qui compte.

Arya Stark et Syrio Forel
Arya Stark et Syrio Forel

Il la corrige car elle tient son épée en l’empoignant comme si c’était une hâche, il lui dit qu’elle doit la tenir comme si c’était… « une aiguille », termine Arya. L’idée le fait rire et il approuve. Il explique qu’il va lui enseigner la « danse de l’eau », qui est la technique de combat utilisée à Braavos, plus légère et rapide que celle à laquelle ont recours les chevaliers de Westeros.

« Tous les hommes sont faits d’eau », explique Syrio Forel. « Et si tu les perces, l’eau fuit et ils meurent ».

Il ordonne à Arya d’essayer de le toucher. Elle a beaucoup de mal : soit elle doit attraper l’épée à deux mains par manque de force, soit elle la laisse chuter à terre, soit elle se laisse surprendre par un mouvement de son maître.

Ned Stark arrive pour regarder l’entraînement de sa fille, c’est lui qui a embauché Syrio Forel pour la former. Au départ, il semble la contempler avec joie, savourant le plaisir que prend Arya à combattre… mais peu à peu, son visage se rembrunit et il peine à avaler sa salive. Au lieu d’entendre le bruit des épées de bois, il entend le bruit de métal des vraies épées et les hurlements d’un champ de bataille. Il comprend qu’il ne fait pas seulement plaisir à sa fille en lui offrant des cours de combat, il la prépare à une guerre

Découvrez dès maintenant la suite de l’histoire dans l’épisode 4 de la saison 1 !

Tous les résumés de Game Of Thrones saison 1

    Episode 1 : L’hiver vient
    Episode 2 : La Route royale
    Episode 3 : Lord Snow
    Episode 4 : Infirmes, Bâtards et Choses brisées
    Episode 5 : Le Loup et le Lion
    Episode 6 : Une couronne dorée
    Episode 7 : Gagner ou mourir
    Episode 8 : Frapper d’estoc
    Episode 9 : Baelor
    Episode 10 : De feu et de sang

Vous préférez un résumé de Game Of Thrones saison 1 plus global au lieu de lire le résumé de chaque épisode ? Consultez l’article dédié !

Sommaire : tous les résumés des épisodes de Game Of Thrones


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.