Game Of Thrones saison 3, épisode 4 : Voici que son tour de garde prend fin


Retrouvez sur cette page le résumé complet de l’épisode 4 de Game Of Thrones, saison 3, écrit par David Benioff & D.B. Weiss et réalisé par Alex Graves. Il s’agit d’un résumé détaillé avec spoilers.

Game Of Thrones saison 3 épisode 4

Au Conflans

Locke poursuit sa route avec Jaime et Brienne. Il a attaché la main amputée de Jaime à une ficelle passée autour du cou du prisonnier comme un macabre collier. Jaime est fou de douleur, délire, souffre de la soif et finit par tomber de son cheval dans une flaque de boue dont il ne se relève pas. Au lieu de lui donner à boire, les hommes vident une gourde devant lui puis lui en tendent une autre, à laquelle Jaime boit avidement… jusqu’à ce que Locke lui annonce qu’il vient de boire de l’urine de cheval. Jaime recrache aussitôt. Locke le frappe et Jaime parvient à s’emparer de l’épée de l’un des hommes… mais il est trop faible et manie habituellement l’épée de son autre main, qui a été amputée. Il essaie d’amener les hommes à le tuer afin d’abréger ses souffrances mais, épuisé, il finit par s’écrouler. Locke ne le punit pas pour sa rébellion mais déclare que s’il recommence, il lui coupera l’autre main.

Locke avec Jaime Lannister dans Game Of Thrones saison 3 épisode 4
Locke avec Jaime Lannister dans Game Of Thrones saison 3 épisode 4

A la nuit tombée, on donne aux prisonniers un peu de nourriture mais Jaime refuse d’absorber quoi que ce soit. Il explique que cette main coupée était l’instrument de sa force, son atout de guerrier. Sans elle, il a le sentiment de n’être plus rien. Brienne le pousse à manger pour avoir la force de prendre sa revanche. Selon elle, Jaime a été habitué toute sa vie à être protégé et cette fois-ci, il doit affronter le monde dans ce qu’il a de plus cruel, ce monde qui peut retirer à n’importe qui ce qu’il a de plus cher… Brienne se montre persuasive et il accepte de manger un peu. Brienne déclare qu’elle a entendu ce qu’il a dit à Locke la veille pour tenter de la sauver du viol. Elle lui explique que l’île Saphir doit son nom non pas à la présence de saphirs mais à la couleur des eaux qui l’entourent. Torth n’est pas particulièrement riche… et Brienne peine à comprendre pourquoi Jaime a voulu lui venir en aide. Il reste muet sur la question.

A Port-Réal

Tyrion Lannister retrouve Varys qui se tient près d’une large caisse de bois et lui demande s’il sait qui a commandité la tentative d’assassinat dirigée contre lui pendant la bataille de la Néra. Varys, toujours bien informé, déclare qu’il n’a entendu que des rumeurs mais n’a aucune certitude quant au commanditaire de l’acte. Les rumeurs affirment qu’il s’agissait de Cersei elle-même. Tyrion voudrait justement avoir des certitudes afin de se venger. Varys décide alors de lui raconter comment il a été castré car la morale de l’histoire se révélera intéressante pour Tyrion.

Il explique que lorsqu’il était enfant, il était esclave au sein d’une troupe qui allait de ville en ville dans les Cités Libres d’Essos. A Myr, il a été vendu à un sorcier. Ce dernier lui a fait boire une potion qui l’a temporairement paralysé tout en le laissant parfaitement conscient de ce qui se passait autour de lui. Le sorcier lui a alors coupé les testicules et le pénis puis les a fait brûler en accomplissant un rituel dont Varys cauchemarde encore : le sorcier a prié face aux flammes et depuis les flammes, une voix lui a répondu. Varys ignore encore s’il s’agissait d’un tour de magie ou d’une réelle communication avec l’au-delà. Une fois le rituel terminé, le sorcier l’a jeté dans les rues, pensant qu’il allait mourir de sa blessure… mais Varys a lutté pour survivre afin de pouvoir un jour se venger.

Peu à peu, il a gagné de l’influence… d’abord par des méthodes peu recommandables : en volant, en faisant commerce de son corps… Puis il a réalisé que connaître les secrets des autres avait bien plus de valeur que se prostituer. C’est ainsi qu’il a fini par intégrer le Conseil restreint du Roi à Port-Réal. Varys explique à Tyrion qu’il conserve une certaine aversion pour ceux qui affirment détenir des pouvoirs magiques, d’où son absence de soutien à Stannis Baratheon. A la fin de ses explications, Varys ouvre la caisse de bois face à lui. A l’intérieur, se trouve le vieux sorcier qui l’avait autrefois castré. Il a été kidnappé, vivant, et expédié à Varys pour qu’il puisse se venger. Varys déclare donc à Tyrion qu’il doit lui aussi être patient. L’occasion de prendre sa revanche arrive toujours un jour ou l’autre. Il referme la caisse de bois pour l’instant.

Varys et Tyrion
Varys et Tyrion

Varys rend ensuite visite à Ros, qui surveille Petyr Baelish et lui transmet les informations nécessaires. Elle lui raconte la visite de Podrick Payne et l’impact qu’il a eu sur les trois prostituées avec qui il a couché. Elle a tenté d’en savoir plus mais visiblement, l’anatomie de Podrick n’avait rien de particulier, c’est surtout ce qu’il a fait qui a marqué ses compagnes éphémères… Mais Ros n’a pas pu en savoir plus, les jeunes femmes ayant simplement dit que ce qu’il leur avait fait était « dur à décrire ». Ros confie également à Varys que Baelish rend souvent visite à Sansa Stark et semble obsédé par elle, envisageant de lui faire quitter la ville lorsqu’il partira lui-même pour le val d’Arryn. Pour appuyer ses dires, elle montre les documents de voyage du bateau que Baelish prévoit d’emprunter. Varys est d’abord surpris que Ros sache lire puis demande ce qu’il y a de particulier sur ces documents : Ros a remarqué que Baelish avait réclamé qu’il y ait deux lits sur le bateau. Or, les lits ne sont destinés qu’aux voyageurs de marque et Ros devine donc que Baelish prévoit d’emmener Sansa.

Pendant ce temps, Joffrey a emmené Margaery visiter Baelor où se tiendra leur mariage et, fidèle à son goût pour la violence, lui raconte les histoires les plus dramatiques liées au lieu sacré. Pendant ce temps, Olenna et Cersei discutent : Olenna demande si Robert Baratheon repose à Baelor et Cersei répond qu’il a laissé des dispositions testamentaires pour que ses restes soient transportés à Accalmie. Lorsque Cersei fait référence à l’accident de chasse de son mari, Olenna en profite pour souligner le fait que son fils Mace n’a accompli aucune prouesse militaire. Cersei note que Mace a tout de même assiégé Accalmie pendant toute une année. Olenna déclare avec son franc-parler habituel qu’il a surtout assiégé le banquet… Margaery, qui feint depuis le début un grand intérêt pour ce que lui raconte Joffrey, demande à ce que l’on fasse ouvrir les fenêtres de Baelor afin qu’elle et le Roi puissent saluer la foule. Inquiète, Cersei refuse mais le couple l’ignore et lorsqu’ils apparaissent ensemble, la foule les acclame et scande leur nom. Cersei comprend alors que Margaery a gagné le coeur du peuple de Port-Réal et que ce sont les Tyrell qui désormais mènent la danse.

Cersei, perturbée, va retrouver son père et lui demande s’il fait vraiment tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver Jaime. Tywin répond que la capture de Tyrion, le fils qu’il n’apprécie pas, a initié la guerre… donc que la capture de Jaime, le fils qu’il apprécie et considère comme son seul digne héritier, aura forcément de lourdes conséquences. Cersei laisse entendre que Tywin devrait la considérer comme héritière dans la mesure où il ne souhaite pas transmettre sa fortune à Tyrion… et où Jaime, en tant que membre de la Garde Royale, ne peut prétendre à l’héritage. Cersei s’étonne d’être ainsi laissée de côté alors que Tywin n’a cessé de souligner l’importance de la famille…

Tywin la remet en place. Il lui annonce que s’il l’écarte de ses plans, ce n’est pas parce que c’est une femme mais parce qu’elle se croit plus intelligente qu’elle ne l’est réellement… et qu’elle n’a pas su contrôler Joffrey. Cersei évoque justement ses inquiétudes quant au fait que les Tyrell parviennent, eux, à contrôler le jeune Roi. Tywin se dit satisfait que quelqu’un parvienne enfin à influencer Joffrey. Cersei lui répond qu’il devrait essayer, laissant entendre que c’est une tâche impossible… mais Tywin affirme qu’il entend bien le faire.

Dans les jardins du palais, Olenna examine le travail d’une cousine de Margaery qui brode des fleurs. Olenna bougonne contre le slogan de la maison Tyrell (« Plus haut, plus fort ») et son emblème (la rose), qu’elle juge tous deux peu impressionnants par rapport aux devises d’autres maisons. Varys vient trouver Olenna et s’isole avec elle pour lui parler, tentant au départ de la manipuler comme il a l’habitude de le faire avec d’autres… mais Olenna est rompue à ce type de jeux de pouvoir et lui demande rapidement d’en venir aux faits. Varys explique qu’il est inquiet de ce que Baelish pourrait faire avec Sansa Stark. En effet, Arya a disparu, Bran et Rickon sont sans doute décédés, ne restent que Robb et Sansa… et Robb est en bien mauvaise posture dans la guerre. S’il venait à mourir, Sansa posséderait un pouvoir considérable et c’est sans doute ce que convoite Baelish. Varys explique à quel point Baelish est obsédé par le pouvoir et prêt à tout pour satisfaire ses ambitions. Olenna propose immédiatement une solution.

Margaery, justement, va peu après retrouver Sansa qui est en train de prier dans le Bois Sacré du Donjon rouge. Se débarrassant de ses gardes, Margaery reste seule avec Sansa et plaisante avec elle, se jouant gentiment de sa naïveté et lui offrant son amitié. Margaery lui parle de Hautjardin, Sansa avoue qu’elle aimerait s’y rendre un jour mais qu’elle doute que la Reine la laisse partir. Margaery répond avec finesse que lorsqu’elle sera l’épouse de Joffrey, ce sera elle la Reine et que Cersei n’aura plus son mot à dire. La jeune femme ajoute que si Sansa épousait son frère Loras Tyrell, elle aurait alors toute sa place à Hautjardin, fief des Tyrell… Sansa est enchantée par l’idée, d’autant qu’elle garde un excellent souvenir de Loras, le Chevalier aux Fleurs qui lui avait offert une rose avant de gagner une joute contre Gregor Clegane.

Dans les quartiers secrets de la Fraternité sans Bannière

Thoros de Myr arrive aux quartiers secrets de la Fraternité sans Bannière et couvre le visage d’Arya et de Gendry le temps de les faire entrer dans les lieux. Ils découvrent une grotte aux hauts plafonds et rencontrent le chef de la Fraternité, Beric Dondarrion. Il avait reçu de Ned Stark en personne l’ordre de traquer Gregor Clegane pour les atrocités commises par le chevalier dans le Conflans. C’est en partant à sa recherche que Beric et ses hommes ont réalisé à quel point les peuples du Conflans souffraient au cours de la guerre, tant par la faute du camp Stark que par celle du camp Lannister. Ils ont donc décidé de créer leur propre mouvement, la Fraternité sans Bannière, afin de protéger ces petites gens des assauts… Dondarrion reste cependant déterminé à respecter les ordres de Ned Stark pour restaurer la paix que connaissait le Conflans sous le règne de Robert.

Beric Dondarrion
Beric Dondarrion

Clegane, qui a justement été amené dans la grotte, souligne que Ned Stark et Robert Baratheon sont tous les deux morts et que Dondarrion se bat pour des fantômes. L’homme réplique que la Fraternité elle-même agit en fantôme, attaquant les Lannister là où ils ne s’y attendent pas, car ils estiment que les Lannister massacrent beaucoup d’innocents. Dondarrion cite par exemple une bataille au cours de laquelle des petites filles ont été violées et des bébés massacrés sous les yeux de leurs parents. Sandor Clegane remarque qu’il n’était pas présent mais personne ne l’écoute et Dondarrion continue d’énumérer les massacres dans lesquels les Lannister ont été impliqués, par exemple l’attaque de Port-Réal qui a abouti au meurtre de Rhaenys et Aegon Targaryen, les neveux de Daenerys. Encore une fois, Sandor indique qu’il n’était pas présent et que c’est son frère qui a assassiné Aegon et violé sa mère. Il demande à ne pas être confondu avec son frère et à ne pas être blâmé pour son appartenance à la maison Clegane, qui traîne une réputation de violence.

Cependant, Arya intervient et exprime toute sa haine de Sandor Clegane, qu’elle juge responsable de la mort de Mycah, le jeune garçon boucher tué sur ordre de Joffrey (cf saison 1, épisode 2). Sandor admet qu’il a tué l’enfant mais ajoute qu’il ne pouvait guère contester les ordres de Joffrey. La Fraternité, ayant enfin un crime concret à reprocher à Sandor Clegane, le condamne à un procès par combat. Dondarrion se battra contre lui.

Sur la route du Mur

Bran Stark vit à nouveau un rêve spécial dans lequel il se trouve aux côtés de Jojen Reed et aperçoit le corbeau à trois yeux. Jojen lui suggère de le suivre, ce qui nécessite que Bran grimpe à un arbre. Bran entame l’escalade mais une fois en hauteur, il revoit sa mère lui disant d’arrêter d’escalader les tours de Winterfell. Une recommandation qu’il n’avait pas respectée et qui avait conduit à son accident, Jaime le poussant du haut de la tour. Bran, terrifié par ce souvenir, se réveille en sursaut.

A Fort-Terreur

Le jeune homme qui a sauvé Theon Greyjoy de ses poursuivants lui explique qu’il le conduit à Motte-la-Forêt, un château situé sur la côte ouest du Royaume dont la sœur de Theon, Yara, s’est emparée. Il se dit inquiet à l’idée que des gardes s’en prennent à Theon donc propose qu’ils passent par les souterrains. Tandis que le jeune homme cherche ses clés pour franchir une grille, Theon s’effondre, avoue qu’il considère Ned Stark comme son vrai père et qu’il regrette ses décisions, son attaque de Winterfell, le meurtre de deux orphelins innocents. Il confesse qu’il a tué les deux enfants afin de les faire passer pour Bran et Rickon pour ne pas paraître faible aux yeux des Fer-nés et ajoute qu’il a toujours jalousé Robb Stark car ce dernier parvenait à être un homme bon sans effort…

Le jeune homme conduit Theon dans une pièce plongée dans l’obscurité, fait semblant d’appeler Yara… puis allume une torche, qui révèle qu’ils sont en fait revenus dans la salle de torture où se trouvait Theon avant sa libération. Theon est de nouveau attaché à une croix… et le jeune homme avoue que lui faire croire à sa libération était une autre forme de torture, psychologique cette fois-ci.

Au Manoir de Craster

La situation est tendue pour les hommes de la Garde de Nuit. Ils doivent rendre service à Craster en pelletant des excréments de porc toute la journée. Grenn et Edd sont agacés. Rast, pour sa part, avoue qu’il ne fait pas confiance à Craster car il sait que l’homme offre ses fils nouveaux-nés en sacrifice aux Marcheurs Blancs. Il doute que les hommes de la Garde soient en sécurité au Manoir.

Pendant ce temps, Samwell rend discrètement visite à Vère et la trouve très inquiète pour la vie de son enfant. Elle refuse que Samwell le désigne par des pronoms masculins afin de ne pas attirer l’attention, refuse également de choisir un prénom pour le bébé car elle sait qu’il lui sera bientôt retiré si Craster découvre que c’est un garçon. Elle rend à Samwell le dé à coudre qu’il lui avait confié à l’aller en déclarant qu’elle ne peut plus s’occuper de choses futiles car elle doit trouver une solution pour sauver l’enfant.

Le moral des hommes n’est pas bon… d’autant que l’un des blessés, Bannen, a succombé. Jeor Mormont fait brûler son corps sur un bûcher tout en récitant un hommage funèbre qui s’achève par ces mots : « Et maintenant, sa garde est terminée ». Une phrase que les hommes répètent en chœur.

L’ambiance n’est guère meilleure une fois qu’ils sont rassemblés dans la pièce principale du manoir. Craster ne cesse de se moquer des hommes de la Garde, qu’il a hâte de voir partir. Mormont explique cependant qu’ils doivent encore rester un peu car les blessés ne sont pas tous en état de voyager pour le moment. Craster estime que son hospitalité a assez duré et qu’il faudrait mieux tuer les blessés incapables de voyager. Il propose à Mormont de partir et de le laisser accomplir cette tâche mais le Commandant de la Garde refuse.

Craster
Craster

Karl Tanner, l’un des hommes de la Garde, reproche à Craster de leur donner seulement de maigres rations d’un mauvais pain. Craster, pendant ce temps, boit le vin offert par la Garde sur le trajet aller. Rast appuie les remarques de Karl et Craster reconnaît qu’il a fait des stocks de nourriture en prévision de l’hiver mais qu’il les réserve à ses femmes. En colère, Rast le traite de bâtard, Craster s’emporte et le menace d’une hache, Mormont tente de calmer Rast mais Craster, furieux, leur demande de partir le ventre vide sans plus attendre. Mormont conduit Rast vers la sortie mais Karl insulte alors Craster de « bâtard sauvageon qui baise ses filles ». Ivre et furieux, Craster se lève, la hache à la main… mais Karl réplique et lui plante un poignard dans la gorge. Craster s’écroule tandis que Karl, affamé, demande où sont cachés les stocks de nourriture, non sans avoir frappé l’une des femmes de Craster.

Mormont est inquiet : il craint que le meurtre d’un homme qui leur a ouvert les portes de sa maison ne soit condamné par les Dieux et leur porte malheur. Karl estime pour sa part qu’au-delà du Mur, ce ne sont pas les mêmes règles qui s’appliquent. Il continue à s’en prendre à l’une des épouses de Craster et le voyant à cran, Mormont sort son épée. Les deux hommes se font face, prêts à s’attaquer… lorsque Rast, arrivant par derrière, poignarde le Commandant dans le dos. Puis Grenn se joint à eux et un chaos général s’ensuit entre ceux qui soutiennent Mormont et les autres. Mormont, malgré sa blessure, continue à se battre pendant un temps mais Rast finit par lui planter un couteau dans la gorge à plusieurs reprises, le tuant.

Samwell a profité du chaos pour s’échapper et rejoindre Vère. Il lui annonce qu’ils doivent vite partir, elle empoigne son bébé et ils fuient, tandis que Rast crie que « le porcinet » peut s’échapper pour le moment mais qu’il finira par le rattraper et avoir sa peau.

A Astapor

Daenerys fait apporter son plus gros dragon, Drogon, à Kraznys mo Nakloz, comme le prévoit leur accord. Tous les Immaculés se sont rassemblés, prêts à partir et les habitants fortunés d’Astapor sont venus assister à l’événement. Daenerys est entourée de Jorah Mormont, Barristan Selmy et de Missandei, laquelle s’est vu remettre des habits bien plus beaux que ceux qu’elle possédait.

Kraznys suggère à Daenerys de commencer par attaquer de petites villes avant de partir pour Westeros car les hommes n’ont pour la plupart jamais combattu sur un véritable champ de bataille. Il lui propose également de revendre tous les esclaves qu’elle pourrait capturer ce faisant ; les jeunes garçons seront castrés et formés pendant une dizaines d’années pour devenir à leur tour des Immaculés. Kraznys ponctue son discours de nombreuses insultes en valyrien que, fidèle à ses habitudes, Missandei ne traduit pas à Daenerys.

La khaleesi finit par laisser sortir le dragon de sa cage. Il a été enchaîné, elle tend le bout de la chaîne à Kraznys qui, en retour, lui remet un fouet symbolisant le fait que les Immaculés lui appartiennent désormais. Le marché est conclu. Daenerys s’adresse alors aux Immaculés et à la surprise générale, elle parle elle-même valyrien… Elle donne aux eunuques quelques ordres auxquels ils obéissent sans problème. Pendant ce temps, Kraznys tente à grand-peine de contrôler le dragon qui tire sur la chaîne. Il finit par ordonner à Missandei de « dire à la salope » que le dragon ne veut pas obéir… et Daenerys se retourne et lui répond directement en valyrien qu’on ne traite pas un dragon comme on traite un esclave. Kraznys réalise que depuis le début, elle comprend toutes les insultes qu’il profère à son égard et Daenerys explique que le valyrien est même sa langue maternelle.

S’adressant aux Immaculés, elle leur ordonne alors de tuer tous les contremaîtres qui forment les esclaves d’Astapor, tous ceux qui tiennent un fouet mais d’épargner les enfants et de briser les chaînes de ceux qui en portent. Les Immaculés obéissent aussitôt. Kraznys exige que Daenerys soit tuée mais elle annonce simplement « dracarys » et Drogon crache aussitôt du feu sur le marchand d’esclaves, le brûlant vif puis s’échappant pour faire de même avec les autres contremaîtres encore en vie.

Une fois l’attaque terminée, Daenerys monte sur un cheval blanc et annonce aux Immaculés qu’elle les libère. Elle leur propose de partir s’ils le souhaitent car ils sont désormais des hommes libres… ou de rester se battre à ses côtés. Au départ, n’ayant jamais connu la liberté, ils ne semblent pas savoir comment réagir mais soudain, l’un des hommes commence à frapper le sol de sa lance, suivi par les autres. Tous les hommes témoignent ainsi leur soutien à Daenerys et ils quittent Astapor. Elle jette le fouet que lui avait donné Kraznys puis l’armée s’éloigne tandis que les dragons volent au-dessus d’eux.

Tous les résumés de Game Of Thrones saison 3

    Episode 1 : Valar Dohaeris
    Episode 2 : Noires ailes, noires nouvelles
    Episode 3 : Les Immaculés
    Episode 4 : Voici que son tour de garde prend fin
    Episode 5 : Baisée par le feu
    Episode 6 : L’Ascension
    Episode 7 : L’Ours et la Belle
    Episode 8 : Les Puînés
    Episode 9 : Les Pluies de Castamere
    Episode 10 : Mhysa

A découvrir aussi : un résumé global de la saison 3 de Game Of Thrones avec les principaux événements de la saison entière.

Sommaire : tous les résumés des épisodes de Game Of Thrones


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.