La Servante Écarlate : saison 2 épisode 3 – Bagages


L’épisode 3 de la saison 2 de la série La Servante Écarlate (The Handmaid’s Tale) a été diffusé le 2 mai 2018 sur Hulu. Il est réalisé par Kari Skogland, sur un scénario de Dorothy Fortenberry.

Vous retrouverez ci-dessous le résumé complet de l’épisode 3 de la saison 2 de La Servante Écarlate, qui dure environ 58 minutes. Je vous conseille de regarder l’épisode avant de lire le résumé si vous voulez garder la surprise sur les événements.

N’hésitez pas à replonger dans le résumé de l’épisode précédent pour vous remettre en tête les derniers événements de la série !

La Servante Écarlate saison 2 épisode 3

Chacun sa routine

On voit June en train de faire un footing dans les immenses locaux du Boston Globe. Elle finit par arrêter sa course devant le mémorial aux victimes qu’elle a construit au pied du mur et qui s’est considérablement étoffé depuis l’épisode précédent. En voix-off, elle évoque sa mère, qui disait que les femmes avaient une formidable capacité à s’adapter. June ajoute que ça fait déjà deux mois qu’elle est sur place ; elle s’est bel et bien adaptée à ce lieu.

Sa course fait écho à celle d’une autre femme, son amie Moira qui fait elle aussi du running au Canada, où elle a trouvé refuge. Ses pas l’amènent près d’un mémorial dédié aux victimes américaines, puis elle rentre dans l’appartement qu’elle partage avec Luke et Erin.

Luke constate que les armées britannique et canadienne font davantage d’exercices à proximité de la frontière. Moira se met à préparer le petit-déjeuner, bientôt rejointe par Erin qui est toujours très silencieuse.

Luke se dit persuadé que les exercices militaires accrus signifient que les armées vont tenter d’envahir l’État de New York. Moira achève de préparer le petit déjeuner.

Moira et Luke au Canada - La Servante Écarlate saison 2 épisode 3
Moira et Luke au Canada – La Servante Écarlate saison 2 épisode 3

De son côté, June a mis la main sur l’interview d’un « disciple » précoce des Fils de Jacob, qui explique qu’il a découvert le mouvement grâce à un groupe Facebook. Issu d’une communauté assez défavorisée où les enfants rejoignaient souvent des gangs, l’homme a eu envie de faire quelque chose pour eux, de les tirer de cette situation…

June découpe des articles de journaux et les organise pour essayer de mieux comprendre le mouvement et l’origine du régime de Gilead. Parmi les catégories créées par June sur un mur, on note « Structure du pouvoir », « Militarisation » ou encore « Limitation des Droits Civiques ».

« Vous étiez ici depuis toujours mais personne n’a fait attention à vous », murmure-t-elle en voix-off. Puis elle réfléchit et corrige sa déclaration « Pas personne ».

Elle se souvient que lorsqu’elle était petite, sa mère l’avait emmenée à un rassemblement où les femmes jetaient des papiers dans les flammes en réclamant qu’on respecte leurs droits. Elle avait dit à June qu’elles allaient « nourrir les canards ». Devenue adulte, June sait très bien qu’il s’agissait d’autre chose : « Qui nourrit les canards la nuit ? », pense-t-elle.

Mais cet arrangement avec la vérité n’avait pas d’importance car elle sentait que c’était important pour sa mère d’être là. Plus tard, celle-ci lui avait expliqué le sens de l’événement : les femmes écrivaient sur des papiers le nom de leur violeur, avant de jeter le papier en question au feu. Elle avait alors pensé qu’il y avait tant de morceaux de papier… Tant, que ça formait comme de la neige.

Nick vient apporter du café à June et lui suggère de ne pas se rendre malade avec tous ces articles de journaux. Elle lui répond qu’il doit arrêter de voler le vrai café de Rita car il va lui arriver des ennuis. Il note qu’elle ne l’a pas réveillé et elle répond, boudeuse, que lorsqu’elle le réveille, il s’en va. Elle ne gagne rien à le faire !

Avant de partir, Nick annonce à June que le mouvement de résistance a pu établir un contact et qu’elle va sûrement partir bientôt, quitter le Boston Globe. Mais il n’a pas plus d’informations sur le lieu où on va la conduire. Il promet de se renseigner et d’essayer de revenir quelques heures le mardi. Il ajoute qu’il essaie aussi d’obtenir des informations sur Hannah.

June ne se sent pas prête à partir mais pour Nick, la mettre en sécurité est la meilleure chose à faire pour tout le monde. « Mieux ne veut jamais dire ‘Mieux pour tout le monde' », répond June, faisant écho aux propos du commandant Fred Waterford dans l’épisode Chez Jezebel. Elle serre Nick dans ses bras.

Au Canada, Moira accueille un rescapé fraîchement arrivé au centre où elle avait elle-même été recueillie quand elle était parvenue à passer la frontière. Elle lui explique que c’est normal de ressentir une forme d’hébétude au début. L’homme – qui semble en état de choc – raconte qu’il travaillait dans l’armée, le déploiement rapide et la logistique plus précisément.

Il n’a pas eu le choix : on l’a transformé en Gardien et à peine une semaine plus tard, il était en train de pendre des gens contre un mur. Il connaissait l’un d’entre eux, un camarade de lycée condamné pour être un « traître à son genre ».

Moira lui dit qu’il trouvera sur place des conseillers spécialisés dans la prise en charge des personnes traumatisées. Elle lui promet que ça devient plus facile au bout d’un certain temps et il s’éloigne.

Moira - The Handmaid's Tale
Moira – The Handmaid’s Tale

L’heure du départ pour June

Un véhicule est venu chercher June et l’homme lui apprend qu’elle doit partir maintenant. C’est inattendu et brutal. « Nick vient ? » demande June. « Qui est Nick ? » lui répond-on.

Elle va simplement enfiler sa veste et indique qu’elle a laissé des affaires à l’étage. L’homme lui répond qu’il se chargera de s’en débarrasser et la fait monter à l’arrière de son camion. Elle jette un dernier regard au bâtiment qui lui a apporté une certaine sécurité pour se remettre de ses émotions pendant quelques mois.

Elle repense à un épisode du passé. Elle s’était rendue au domicile de sa mère, Holly, et avait découvert celle-ci légèrement blessée, quelqu’un lui avait lancé une bouteille dans la clinique où elle travaillait. Chez elle, il y avait d’autres femmes qui avaient été prises à parti alors qu’elles escortaient quelqu’un à la clinique. Holly avait expliqué que les médecins étaient souvent pris à partie, on devine qu’ils pratiquaient des avortements dans la clinique en question.

Gênée, June avait exposé l’objet trivial de sa visite : elle venait simplement chercher son mixeur plongeant car elle et Luke étaient en train de faire à manger à Moira. En plaisantant, June avait expliqué que Luke s’était acheté le dernier livre de Mark Bittman (critique culinaire) et que ça l’avait rendu ambitieux.

Questionnée sur son job, June avait expliqué qu’elle venait d’être promue « assistante de l’éditeur », sa mère n’avait pas l’air particulièrement impressionnée ou fière de sa fille, contrairement à ses amies.

June rencontre Omar

Retour au présent, dans le camion qui conduit June vers une nouvelle destination. Le véhicule finit par s’immobiliser et on la fait entrer dans un hangar en lui demandant de patienter, quelqu’un va venir la chercher. Elle regarde autour d’elle et tombe sur une multitude de panneaux de signalisation qui ont été stockés là après avoir été retirés des routes. L’un des panneaux indique l’aéroport de Boston.

Soudain, June est surprise par l’arrivée d’un homme qu’elle n’avait pas entendu entrer et qui lui demande si elle est une bonne ou une mauvaise sorcière. Elle lui répond que ça dépend sans doute de l’identité de la personne qui pose la question.

Omar - La Servante Écarlate saison 2 épisode 3
Omar – La Servante Écarlate saison 2 épisode 3

L’homme lui demande son nom et elle répond qu’elle s’appelle June Osborn. Il lui demande ensuite le nom de jeune fille de sa mère. « Maddox », précise-t-elle. Sûr de son identité, il lui demande de la suivre. Elle lui demande où ils vont et il a une réponse assez précise à lui donner : sur une piste d’atterrissage à l’ouest de Worcester. La ville est à une soixantaine de kilomètres de Boston.

Il explique qu’un avion les attendra le lendemain, à la nuit tombée. De son côté, il va la déposer dans une « maison amicale » et ce sont les occupants de la maison qui l’emmèneront à 400 mètres de là, jusqu’à la piste d’atterrissage. Elle veut savoir de qui il s’agit mais l’homme répond qu’il n’en sait rien. « Quelqu’un de courageux ou d’idiot. Ou les deux ».

C’est ainsi que semble fonctionner le mouvement de résistance. Personne ne sait rien sur personne.

Bien qu’elle ait du mal à faire confiance, June n’a d’autre choix que de le suivre. Mais soudain, avant même qu’il n’ait l’occasion de monter dans la voiture, l’homme reçoit un message : il vient d’apprendre que la maison où il comptait conduire June n’est en réalité pas fiable. Elle doit retourner à l’intérieur du bâtiment et attendre.

Mais elle ne l’entend pas de cette oreille. Il remonte à toute vitesse dans sa voiture et ferme la porte mais June se jette devant le véhicule pour essayer de l’empêcher de démarrer car il n’est pas question pour elle de se retrouver seule dans un bâtiment perdu au milieu de nulle part, alors qu’elle a laissé derrière elle la sécurité du Boston Globe.

June face au véhicule d'Omar - Episode 3
June face au véhicule d’Omar – Episode 3

« S’il vous plaît », supplie-t-elle. L’homme frappe violemment son volant, paniqué par la situation dans laquelle il se retrouve. Il n’a d’autre choix que de la laisser monter dans son véhicule. Il la fait sortir rapidement en arrivant devant un bâtiment et lui fait monter les escaliers à toute allure, terrifié à l’idée de croiser quelqu’un. Le moindre bruit peut les trahir. Ils arrivent devant une porte et l’homme ordonne à June de ne rien dire.

June comprend qu’il la conduit chez lui, que c’est dans ce genre d’endroit qu’elle habiterait si elle avait fréquenté les bonnes églises et joué les bonnes cartes dans le nouveau régime. L’homme pousse la porte et salue son fils. Sa femme arrive et lui adresse un regard tendre mais change d’attitude quand elle remarque June dans l’entrée.

L’homme ordonne à June d’attendre dans la cuisine pendant qu’il parle à sa femme. « Ne touchez à rien », déclare celle-ci, hostile. June l’entend dire très clairement à son mari qu’elle désapprouve sa décision d’avoir amené June chez eux.

Pendant ce temps, leur petit garçon vient avec beaucoup de curiosité demander à June si elle sait jouer avec un camion de pompiers. « Bien sûr », répond-elle. Elle commence alors à jouer avec l’enfant qui sonne la cloche du camion. June lui demande à quoi ça sert et il explique que ça permet d’avertir les gens pour qu’ils puissent venir et aider les autres. La mère sort et ordonne à Adam d’aller s’habiller immédiatement. Elle ne voit pas d’un très bon œil le fait qu’il joue avec June.

June s’excuse auprès de la mère mais celle-ci se montre glaciale et lui dit très clairement que ce n’est pas sa décision de l’accepter dans son foyer. « Tu es une Servante », déclare-t-elle. June ne dément pas. La femme, Heather, explique que l’on menace les femmes comme elles d’en faire des Servantes. « Je ne sais pas comment vous pourriez donner votre bébé à quelqu’un d’autre. Je préférerais mourir », avoue-t-elle. June lui répond avec philosophie qu’elle essaie justement de ne pas donner son propre bébé à qui que ce soit… et qu’avant, elle aussi raisonnait comme elle.

La petite famille doit partir à l’église et prend grand soin d’habiller le petit garçon, Adam, avec élégance, afin qu’il soit irréprochable. June repense évidemment à ces moments du quotidien où elle aidait sa fille Hannah à enfiler ses chaussures. Ils décident de partir avec un peu d’avance pour se faire bien voir.

Avant le départ, l’homme (Omar) met June en garde : elle doit rester extrêmement silencieuse car dans leur immeuble, tout le monde écoute ce qui se passe. Avant qu’il ne parte, June remercie Omar de l’avoir emmenée et lui demande s’il est « courageux ou stupide ».

« Je ne suis pas courageux », admet-il. « Et voilà ! » Puis il sort. La famille doit normalement être revenue pour 14h.

Imprévus et décisions

June repense au passé et à un échange avec sa mère. Holly lui avait dit qu’elle était devenue maman à 37 ans et que ce n’était pas facile du tout… mais que June était désirée, vraiment désirée. Holly lui avait demandé si elle aimait vraiment son travail au sein de la maison d’édition et lui avait rappelé que lorsqu’elle était petite, June rêvait d’aller à la Cour Suprême. Sa mère lui avait fait clairement comprendre que le job choisi par June était très éloigné de ses ambitions d’autrefois et sans doute pas à la hauteur de ses capacités.

Holly avait l’impression de s’être sacrifiée pour sa fille et que ce sacrifice ne produisait pas les résultats escomptés.

Elle avait ensuite demandé des nouvelles de Luke. June avait expliqué que Luke travaillait énormément afin de pouvoir prendre davantage de congés pour leur mariage. Mais là encore, Holly avait un avis sur la question et il était plutôt tranché : « Je pense que tu ne devrais pas te marier avec lui ». Pas facile pour June d’entendre de tels propos. Holly lui avait expliqué qu’elle la trouvait trop jeune, que selon elle il fallait sortir dans les rues et se battre pour ses droits au lieu de se replier sur un foyer.

Elle avait visiblement envie que sa fille partage son militantisme et poursuive ses propres combats… et c’était très difficile pour June de réaliser que sa mère n’approuvait pas ses choix de vie.

Retour au présent. June n’a pas pu s’empêcher de regarder par la fenêtre, elle voit tout le monde partir à l’église sous la surveillance d’hommes armés. Adam se retourne pour regarder en direction de la fenêtre mais il est rapidement remis en place par ses parents qui ne veulent surtout pas attirer l’attention.

Soudain, on frappe à la porte. « Jour béni ! Vous êtes déjà partis ? » demande une voix. Par mesure de précaution, June va se cacher sous le lit dans la chambre parentale au cas où la personne chercherait à entrer dans l’appartement. Mais il ne se passe rien.

En revanche, June découvre un Coran dissimulé sous le lit, coincé dans les lattes du sommier, ainsi qu’un tapis de prière musulman. Omar a lui aussi ses secrets…

June s’ennuie dans l’appartement alors elle s’occupe comme elle peut : elle met un peu d’ordre, notamment dans les jouets d’Adam, tout en repensant à sa fille Hannah.

Elle constate qu’il est presque cinq heures. La famille devait revenir à 14 heures mais n’est toujours pas là. Que faire ? Essayer de rejoindre l’aéroport par ses propres moyens pour tenter de retrouver le pilote qui doit la conduire au Canada ? Ou attendre sagement dans l’appartement, la famille ayant peut-être eu un imprévu, croisé des amis ?

Elle se souvient de sa formation au Centre Rouge. On leur avait montré des diapositives, avec le discours suivant : Dieu leur a donné une terre magnifique mais pendant trop longtemps, les habitants ont considéré que c’était un acquis et n’ont pas pris soin de la planète, la polluant, empoisonnant ses ressources.

Puis tout le monde s’est étonné en constatant que les gens commençaient à mourir. Tante Lydia commentait les photos… et soudain, Moira avait saisi la main de June : sur l’un des clichés, on voyait Holly en train de travailler dans les Colonies. Lydia avait parlé de la nécessité de recréer un environnement fertile.

Plus tard, June avait discuté avec Moira dans le dortoir. Elle savait très bien que sa mère prenait des risques en travaillant dans une clinique d’avortement, elle l’avait d’ailleurs mise en garde… et elle avait raison de le faire. June savait aussi que sa mère était consciente des risques encourus. Elle était persuadée qu’Holly se battrait jusqu’à son dernier souffle, même dans les Colonies.

June est toujours seule dans l’appartement d’Omar et Heather… Avant, elle aurait attendu, confiante, persuadée que tout se terminerait bien. Aujourd’hui, elle ne veut plus être si passive. Alors elle prend sa décision : elle se lève et va dans la chambre du couple puis se sert dans le placard d’Heather, enfilant ses vêtements.

Elle jette un bref regard à son reflet dans le miroir, un bref regard à l’extérieur de l’immeuble où il y a du monde dans le jardin. Elle s’empare d’une carte routière… et quitte l’immeuble, en plein jour, prête à affronter tous les dangers.

Elle marche comme les autres femmes, sans leur parler, comme si elle savait où elle allait, comme si elle était confiante… Elle se dirige vers la gare.

June à la gare - The Handmaid's Tale
June à la gare – The Handmaid’s Tale

Elle monte dans un train, des hommes en armes patrouillent à l’intérieur et elle sort discrètement son plan de sa poche pour essayer de deviner dans quelle direction va le train. La femme assise juste derrière elle l’a sans doute vue. Une voix annonce que le prochain arrêt sera le dernier de la ligne. June n’a d’autre choix que de descendre.

Elle commence par suivre les autres femmes, les laissant progressivement passer devant elle… et dès qu’elle est seule à l’arrière du groupe, elle jette un rapide regard autour d’elle et s’enfuit dans les bois. Par chance, sa tenue grisâtre l’aide à se fondre dans le paysage, parmi les arbres décharnés.

June court… et ça lui fait inévitablement repenser à sa fuite avec Hannah, juste avant sa capture. Elle se laisse brièvement gagner par l’émotion mais rapidement, retrouve sa combativité et parvient à dénicher la piste d’atterrissage dont lui avait parlé Omar.

Le soleil est en train de se coucher. L’avion devrait arriver tôt ou tard et alors, elle pourra fuir au Canada. Oui, elle laissera sa fille derrière elle… mais elle pourra sans doute la retrouver plus tard.

June à l'aéroport - Saison 2 épisode 3
June à l’aéroport – Saison 2 épisode 3

Au Canada, Moira profite d’une soirée dans un club.. Elle est au bar et ne semble pas vraiment s’amuser contrairement à toute l’agitation qui règne autour d’elle. Elle échange des regards avec une femme qui lui plaît et l’attirance semble être réciproque car on les voit faire l’amour dans les toilettes. Moira la fait jouir mais lorsque la femme veut lui rendre la pareille, elle laisse entendre que ce n’est pas utile.

La femme lui dit que si elle change d’avis, elle n’aura qu’à la contacter. Elle se présente comme étant Caitlyn. « Je suis Ruby », répond Moira, reprenant son pseudonyme de prostituée.

Elle rentre du club aux premières heures de l’aube et trouve Erin en train de prendre le petit-déjeuner, dégustant des céréales. Avant même que celle-ci n’ait le temps de réagir, Moira lui dit « Va te faire foutre ». Erin, qui ne parle toujours pas beaucoup, ouvre la bouche et parodie la salutation du régime de Gilead (« Blessed be the fruit » en anglais, « Bénis soit le fruit ») en disant « Blessed be the Froot Loops », le nom d’une célèbre céréale Kellogg’s. Luke, surpris, lève la tête… et Moira éclate de rire. Luke lui-même, à moitié assoupi dans le canapé, ne peut s’empêcher de rire.

L’avion tant attendu

De son côté, June a réussi à trouver « son » avion, celui qui va la conduire au Canada. Mais le pilote se montre extrêmement méfiant car elle porte des vêtements qui n’ont rien à voir avec ceux d’une Servante. Elle le laisse s’approcher et soulève son bonnet pour lui montrer son oreille blessée.

Subitement, un homme arrive et le pilote le menace aussitôt avec une arme en lui demandant de décliner son identité : « Je suis le chauffeur du commandant Wells », explique-t-il. Puis il corrige : « Enfin, j’étais »… Visiblement, lui aussi s’est échappé. L’homme le fait monter dans l’appareil et June le rejoint. Le pilote annonce qu’ils vont avoir très froid quand l’avion va prendre de l’altitude.

Les deux fugitifs échangent un sourire. La libération approche. June repense à un moment où elle était sortie en voiture avec sa mère dans une décapotable. Holly avait posé ses pieds nus sur le tableau de bord et avait l’impression de s’envoler, les cheveux dans le vent, libre…

A l’aéroport de Worcester, le pilote met les gaz et June pense à la maternité, au fait que l’on ne soit jamais vraiment la mère que l’on pensait devenir… Elle aurait aimé pouvoir dire à sa mère qu’elle en a pris conscience, qu’elle la pardonne pour ses imperfections… mais où est Holly à ce jour ? Probablement morte dans les Colonies, comme tant d’autres… June aimerait aussi pouvoir demander pardon à sa fille.

Mais soudain, alors que l’avion s’apprête à décoller, il est pris pour cible par des coups de feu. Des hommes forcent le pilote à sortir de l’appareil, on lui tire une balle dans la tête et June est recapturée.

Résumés de La Servante Écarlate saison 2 | The Handmaid’s Tale

    Episode 1 : June (25 avril 2018)
    Épisode 2 : Non-femmes (25 avril 2018)
    Épisode 3 : Bagages (2 mai 2018)
    Épisode 4 : Les autres femmes (9 mai 2018)
    Épisode 5 : Graines (16 mai 2018)
    Épisode 6 : Porter le premier coup (23 mai 2018)
    Épisode 7 : Après (30 mai 2018)
    Épisode 8 : Le travail des femmes (6 juin 2018)
    Épisode 9 : Smart Power (13 juin 2018)
    Épisode 10 : La Dernière Cérémonie (20 juin 2018)
    Épisode 11 : Holly (27 juin 2018)
    Épisode 12 : Postpartum (4 juillet 2018)
    Épisode 13 : La Parole (11 juillet 2018)

Sommaire : tous les résumés des épisodes de La Servante Ecarlate


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.