Fear The Walking Dead saison 2, épisode 6 : Sicut Cervus


Retrouvez sur cette page le résumé complet de l’épisode 6 de Fear The Walking Dead saison 2, écrit par Kate Dennis et réalisé par Brian Buckner. Il s’agit d’un résumé détaillé avec spoilers.

Fear The Walking Dead saison 2 épisode 6

Dans une église

Une messe est en train d’être célébrée dans une église. Les enfants de chœur entonnent « Sicut Cervus », qui est le titre latin du psaume 42, lequel évoque un homme que les circonstances éloignent de Dieu et qui se remémore avec nostalgie l’époque où il était proche de Lui.

Le prêtre prend ensuite la parole et évoque, en espagnol, les événements qui mettent actuellement à l’épreuve la foi des gens. Quel Dieu infligerait à ses fidèles de telles épreuves ? Le religieux explique que selon lui, Dieu n’est pas capable de faire subir de telles choses aux hommes… et qu’il s’agit plus vraisemblablement de l’oeuvre du Mal, de quelque chose qui cherche à les détourner de la foi. Tandis que le prêtre poursuit son discours, on voit des images des fidèles qui défilent pour communier. Le prêtre invite tout le monde à lutter.

Une fois la messe finie, les fidèles s’empressent de dévaler les marches de l’église, gardée par des hommes armés. Ils récupèrent les armes de fortune qu’ils ont laissées sur le sol devant l’édifice religieux lorsque soudain, un pick-up arrive à vive allure en klaxonnant. Le conducteur n’est autre que Thomas Abigail. Il vient supplier le prêtre de ne pas combattre la mort par la mort. L’homme répond qu’Abigail est un homme bien et ajoute : « Ne la protégez pas ». Thomas répond : « C’est vous que je protège de mes employés. Vous mourrez avant d’atteindre le portail ».

Il se comporte comme si le prêtre et son assemblée voulaient s’en prendre à quelqu’un qu’il protège derrière les grilles de sa maison. Mais pendant qu’il parle au prêtre, les fidèles se mettent à manifester des symptômes étranges : le sang leur coule des yeux, certains s’écroulent, d’autres crient. Personne ne comprend ce qui se passe et dans une confusion générale, le prêtre – qui saigne lui aussi des yeux – se tourne vers Abigail et lui dit qu’il protège le Mal, que c’est Célia qui est responsable de ça. Abigail serre l’homme dans ses bras tandis qu’il s’écroule.

Mais qu’a donc commis Célia, la mère de Luis Florez dont on avait déjà entendu parler ?

A bord de l’Abigail

Le bateau arrive en vue des côtes et Travis essaie d’obtenir des explications de la part de Chris, qui est suspecté d’avoir tué Reed avant que ce dernier ne manifeste des signes réels d’infection. Lorsqu’il lui dit avoir eu vent de cette rumeur, Chris demande aussitôt qui lui a dit ça : « C’est Madison ? » Il note que Madison avait pourtant fait comme si elle le croyait. « Elle s’inquiète pour toi », commente Travis.

Pendant ce temps, près du gouvernail, Strand explique à Madison comment les choses vont se passer pour tenter de franchir la frontière mexicaine. Luis Florez va partir à la rencontre de son contact, Miguel, en Zodiac. Il lui remettra l’argent sans que Miguel n’ait à venir sur le bateau pour contrôler les passagers… et ils pourront aller en Basse-Californie. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu. Strand avise soudain un bateau qui arrive vers eux à vive allure, avant même que Luis n’ait eu le temps de partir. Miguel est à la barre… et il y a un autre homme sur le bateau, que Luis ne connaît pas.

Strand ordonne à tous les passagers de se cacher dans la cale. Madison se charge de faire descendre tout le monde, interrompant la conversation entre Chris et Travis. Ils s’entassent tous ensemble et Daniel, perché sur les marches, écoute et traduit ce qu’il entend. Il explique qu’il entend un homme dire qu’il aime le bateau, qu’il est impressionné par l’Abigail et veut connaître son prix. Strand répond qu’il ne parle pas d’argent et l’homme demande alors de l’or, deux lingots – un pour chaque passager – en échange du passage de la frontière. Luis est en train de payer.

Daniel continue à répéter ce qu’il entend… et les choses se gâtent car l’homme déclare que c’est un gros bateau pour seulement deux personnes… Il veut vérifier s’il y a des infectés à bord. Tout le monde sait ce que ça signifie. Daniel charge son revolver… lorsqu’on entend un coup de feu éclater au-dessus de leurs têtes… puis des bruits étouffés de bagarre. Qui a été touché ? La situation a-t-elle tourné en leur faveur ou pas ?

Soudain, le silence tombe sur l’Abigail et les passagers clandestins se décident à remonter. Ils découvrent Luis gisant sur le pont, l’air inconscient et blessé. Strand confirme que les choses ont mal tourné. On entend un appel, probablement lancé par les garde-côtes, qui incite le bateau à ralentir. Strand parvient à se faufiler en direction du poste de pilotage tandis que les balles pleuvent. Daniel ordonne à tout le monde de rester à l’intérieur et sort sur le pont pour planter un couteau dans la tête des deux hommes qui ont été tués afin d’empêcher leur transformation.

Il s’apprête à faire de même avec Luis lorsque celui-ci, qui n’est pas mort mais mourant, le supplie de ne pas lui faire subir ça. Daniel paraît déterminé mais Ofélia et Nick viennent l’interrompre. Ofélia tente de rassurer le blessé à l’agonie, tandis que Daniel leur crie de retourner à l’intérieur. Luis tend à Ofélia une pièce sur laquelle une chouette est gravée et la supplie de remettre ça à sa mère. Ofélia demande de quoi il s’agit et Daniel répond : « Ce n’est rien ». Ofélia doit à nouveau empêcher son père de frapper… et soudain, Daniel lui subtilise la pièce, la regarde à nouveau et la jette dans l’océan.

Luis rend son dernier soupir, Ofélia et Nick penchés au-dessus de lui, en parlant de sa mère

Victor Strand dirige l’Abigail vers la côte et les poursuivants du bateau semblent ne pas les suivre. Selon lui, c’est parce qu’ils sont convaincus que s’ils vont à terre, ils mourront.

Plus tard, sur la terre ferme

Pour le moment, en tout cas, personne ne meurt… et les passagers de l’Abigail posent les pieds sur la terre ferme, face à un mur qui portent l’inscription ô combien pertinente « Pour des lendemains meilleurs ».

Les passagers de l'Abigail arrivant sur la terre ferme en Basse-Californie
Les passagers de l’Abigail arrivant sur la terre ferme en Basse-Californie

Strand guide tout ce petit monde vers la maison de Thomas Abigail, une marche difficile sous un soleil de plomb, qui essouffle tout particulièrement Daniel… On retrouve soudain le quartier que l’on avait découvert au début de l’épisode. Des corps sans vie ensanglantés gisent devant l’église et un chien est en train de se nourrir de ces cadavres. Il s’interrompt en voyant arriver les rescapés. Voyant le carnage et la voiture de Thomas Abigail, Strand part en courant et ouvre le pick-up pour voir si son compagnon s’y trouve, en vain. Puis il se rue vers l’église pour l’explorer.

Pendant ce temps, une horde d’infectés déboule soudain face aux rescapés. Chris a à peine le temps de saisir quelques armes de fortune abandonnées au sol et de les jeter à ses proches. Nick s’empare d’un pic mais semble particulièrement réticent à faire preuve de violence… en particulier lorsqu’il se retrouve face à une petite fille infectée. Pendant ce temps, Daniel se débarrasse du prêtre en lui plantant une dague dans la tête… et Nick doit finalement abattre le pic sur l’enfant.

Daniel se retrouve face à un nouvel infecté, un jeune enfant de chœur. Mais alors qu’il l’empoigne par le cou, sa raison vacille à nouveau, comme lorsqu’il avait entendu des voix. Cette fois-ci, il a une hallucination visuelle et au lieu de voir l’enfant infecté qui se débat pour échapper à sa poigne et le mordre, il voit le vrai visage du garçon et reste dans l’incapacité d’agir. C’est finalement Ofélia qui le tire de sa torpeur en s’en prenant à l’infecté. Elle aide son père à se relever.

Et ce n’est que le début des perturbations… car maintenant, c’est au tour de Madison de se faire plaquer au sol par un infecté, sous le regard de Chris qui… ne fait rien. Il se contente de la regarder se débattre tandis qu’Alicia lui hurle d’intervenir. Alicia finit par sauver Madison en éliminant l’infecté tandis que Chris reste immobile. Nick, lui, est prostré, le pic sur l’épaule, au milieu des cadavres, à contempler le corps de la petite fille. Madison lui hurle de venir, ils s’en vont… Strand n’a pas trouvé trace de Thomas Abigail dans l’église.

Tous s’entassent dans le pick-up d’Abigail, Strand au volant, Ofélia et Daniel à côté de lui. Ofélia regarde son père d’un air inquiet et Daniel, lui, l’ignore et observe le paysage par la fenêtre. A l’arrière, assis à l’air libre, Chris et Alicia ne disent rien… mais la jeune fille ferme les yeux, comme abattue par la scène dont elle a été témoin. Les autres restent tout aussi muets.

Soudain, un paysage absolument magnifique se profile devant eux et ils n’en croient pas leurs yeux. Nichée au cœur d’une vallée verdoyante et calme, la propriété de Thomas Abigail est entourée de murs. Les portes s’ouvrent, livrant passage à la voiture. Que vont-ils trouver à l’intérieur ?

Dans la propriété de Thomas Abigail en Basse-Californie

Il se trouve que le mur d’enceinte abrite des champs cultivés, des animaux et une très jolie villa au milieu des vignes. Un employé travaille dans les champs… Le décor semble bien loin des horreurs qu’ils ont dû affronter.

Célia vient à leur rencontre avec un large sourire. Strand lui demande aussitôt si Thomas est là. Sans réellement répondre, elle l’invite à le suivre et demande des nouvelles de son fils. Strand lui explique que l’armée était là, qu’ils ont dû lutter pour passer et que Luis « est l’un d’entre eux, maintenant »… Célia, qui ne semble pas choquée plus que ça d’apprendre la mort de son enfant, lui fait alors cette réponse étonnante : « Il retrouvera son chemin pour rentrer ».

Souvenez-vous, Luis avait confié à Nick que sa mère percevait la mort comme un moyen d’accéder à une nouvelle vie… et qu’elle se sentait parfaitement à son aise dans ce monde pourtant apocalyptique.

Célia accueille Strand en Basse-Californie
Célia accueille Strand en Basse-Californie

Les employées de maison, vêtues de blanc, souhaitent la bienvenue aux rescapés et un enfant, qui joue au ballon sur place, vient aussi les saluer. Elles proposent de leur faire visiter la maison, à condition qu’ils déposent leurs armes avant d’entrer. Malgré quelques réticences, tous acceptent… sauf Daniel, qui veut savoir pourquoi on leur demande de se séparer de leurs armes. L’employée de maison lui explique que s’il veut garder la sienne, il peut le faire… mais dehors. C’est le règlement. Ofélia convainc son père de donner ses armes, lui rappelant « On n’est pas chez nous ».

Célia conduit Strand vers une chambre, devant laquelle un homme vêtu de blanc attend. Elle lui demande comment va Thomas et l’homme, prénommé Jorge, répond : « Il est calmé ». Thomas est à demi-assis, de dos, face à une fenêtre par laquelle entre une légère brise. Il tousse. « Mieux vaut tard que jamais », commente-t-il en entendant Strand arriver. Victor se dirige vers lui et découvre que Thomas porte une trace de morsure sur le bras. Strand laisse couler ses larmes, il s’en veut de ne pas être arrivé plus tôt. Abigail demande à Célia de les laisser. Il sait très bien que l’issue est fatale.

Victor propose à Thomas de l’aider à s’allonger et l’homme accepte. Strand en profite pour le serrer contre lui.

Pendant ce temps, dans le salon, Alicia est affalée sur le canapé à regarder un vieux film enregistré. Chris vient nonchalamment près d’elle et lui demande ce qu’elle regarde, comme s’il ne s’était rien passé. On constate que la jeune femme a du mal à faire abstraction de cette scène d’horreur où Chris est resté sans réagir face à une Madison attaquée. Elle finit par craquer et demander à son demi-frère ce qui s’est passé dans sa tête et pourquoi il est resté immobile à regarder la scène.

Sauf que Chris nie en bloc. « Je ne ferais jamais un truc pareil », affirme-t-il. « Pourquoi je ferais ça ? » Alicia rétorque : « Je ne sais pas, mais je n’ai pas l’intention de faire comme s’il ne s’était rien passé ». Chris la supplie de ne rien dire à personne mais Alicia refuse. Chris se fait presque menaçant, indiquant que si elle parle elle risque de détruire leur famille. « Et si je le dis ? » murmure Alicia. « Je ne veux faire de mal à personne », répond le jeune homme, laissant planer le doute sur ce qui pourrait se produire.

Nick entre dans la cuisine et tente d’échanger quelques mots en espagnol avec Célia, qui est en train de préparer à manger. « Je suis Nick » (« Yo soy Nick »), explique-t-il. « Nick, pour Nicholas ? » demande-t-elle, avant d’admettre qu’il s’agit d’un beau prénom qui sied à un beau jeune homme comme lui. Elle lui demande s’il a faim et il acquiesce. Elle paraît embêtée car le dîner n’est qu’à 20h. Elle propose de lui servir du pozole (une potée mexicaine), à condition qu’il n’en parle à personne. Il lui décoche un grand sourire et jure de ne rien dire.

Elle l’invite à s’attabler et le sert. Elle semble avoir une certaine affection pour lui. Nick lui confie que Luis a parlé d’elle dans ses derniers instants, il voulait que Célia sache qu’il pensait à elle. Elle remercie Nick de lui en avoir parlé, puis lui demande pourquoi il a un sourire triste. Nick lui confie alors, les larmes aux yeux, qu’il en a marre de tout ça, de devoir tuer.

Célia lui répond que la vie n’est qu’un passage et que selon elle, les morts ont toujours marché parmi eux. La différence, c’est que maintenant, on les voit. Madison surprend leur conversation et informe Nick que la douche est libre et qu’il peut y aller. Restée seule avec Célia, Madison lui dit qu’il est influençable et fragile, laissant entendre qu’elle n’apprécie guère les idées que Célia tente de mettre dans la tête de son fils. Elle le dit avec le sourire, tout en remerciant néanmoins la femme de son hospitalité, mais Célia est loin d’être dupe.

Nick (Frank Dillane) dans Fear The Walking Dead
Nick (Frank Dillane) dans Fear The Walking Dead

A l’extérieur de la maison, Daniel contemple un arbre dans le tronc duquel est gravée la même chouette que celle qui figurait sur la pièce de Luis qu’il a jetée à l’eau. Célia le rejoint et lui demande s’il est en train de prier. Il répond par la négative. Elle s’approche alors et l’on découvre qu’une sorte d’autel avec des photos a été dressé à côté de l’arbre. Célia vient y accrocher la photo de son fils et Daniel lui présente ses condoléances. « Pourquoi ? » demande-t-elle alors. Elle demande si son fils a reçu une balle dans la tête ou pas et quand elle apprend que ce n’est pas le cas, elle explique qu’il n’y aucune raison de s’inquiéter. Elle semble heureuse à l’idée que son fils puisse être touché par l’infection.

Pendant ce temps, Madison va frapper à la porte de la chambre d’Abigail. Strand est aux côtés de Thomas sur le lit et Abigail lui demande s’il aime bien Madison. « Elle est féroce », déclare-t-il avec un sourire. Il fait entrer Madison… qui apporte un plateau. Abigail la salue et s’excuse de rester couché pour l’accueillir. « En temps normal, je suis un meilleur hôte », parvient-il à plaisanter. « En temps normal, je suis une invitée plus discrète », répond-elle. Strand répond qu’il est certain que ce n’est pas vrai et rit.

Tom interpelle Madison alors qu’elle s’apprête à partir et lui fait promettre une chose : veiller sur Strand quand il sera mort. « Ce ne sera pas simple », souffle-t-elle. « C’est précisément pour ça que je vous le demande », confirme Abigail. Personne ne nie l’imminence de sa mort car après tout ce qu’ils ont vécu, ils savent que la progression de l’infection est inéluctable. Elle est plus ou moins rapide mais elle finit toujours par l’emporter.

Le soir venu, alors que tout le monde est à table, Daniel ne s’est toujours pas présenté et Ofélia vient le chercher. Elle le trouve en débardeur, assis sur un lit, semblant plongé dans un état second. Ofélia lui suggère de venir, Célia est selon elle un vrai cordon-bleu. « Ta mère aussi était un cordon-bleu », dit Daniel en pointant du doigt le vide face à lui comme si Griselda s’y trouvait. Ofélia paraît bouleversée et lui demande s’il va bien. Il acquiesce et lui demande si elle a faim. Quand elle répond par l’affirmative, il lui dit que c’est bon signe, ça veut dire que sa blessure est en voie de guérison. Il demande à Ofélia de justifier son absence au dîner en disant qu’il est fatigué… et il a effectivement l’air d’être à bout.

Après le dîner, Alicia est retournée se pelotonner dans le canapé en regardant des films lorsque Madison la rejoint et lui demande si elle va se coucher. Elle répond que la télé lui avait beaucoup manqué et Madison se souvient que quand elle était petite et qu’ils la confiaient à une babysitter pour sortir, elle finissait les soirées comme ça, devant la télé, à lutter contre le sommeil. Alicia avoue qu’à l’époque, elle avait peur que ses parents ne reviennent pas de leur sortie. « Et maintenant, de quoi as-tu peur ? » demande Madison.

On sent que le poids de la scène vécue devant l’église pèse lourd dans l’esprit d’Alicia. Elle a besoin de se confier. On ne suit pas leur conversation mais on voit Madison débouler avec énergie dans la chambre où Travis est déjà étendu sur le lit.

Elle veut savoir de quoi il discutait avec Chris sur le bateau. Elle a visiblement appris quelque chose et Travis lui dit simplement que Chris « pensait que [Reed] allait se transformer ». Elle annonce à Travis que Chris a menacé Alicia. Il ne veut rien entendre… mais Madison lui raconte la scène de l’église. Travis lui demande si selon elle, Chris souhaite sa mort ainsi que celle d’Alicia.

Madison répond que Chris est malade… mais Travis s’emporte, parlant de « son fils ». C’est comme si, soudain, le fait qu’ils forment une seule et même famille volait en éclats. Ils commencent à se disputer. Madison pense qu’il faut aider Chris et Travis laisse entendre que ça n’aurait rien de différent de l’aide qu’ils ont apportée à Nick. Travis rappelle justement à quel point il a été impliqué pour tirer Nick de sa toxicomanie. Sauf que pour Madison, ça n’a rien à voir. « Il a menacé MA fille », assène-t-elle, rendant là encore leur division flagrante. « NOTRE fille », corrige Travis.

Madison conclut qu’Alicia a besoin d’elle… tandis que Travis décide d’aller voir son fils.

Travis en pleine dispute avec Madison
Travis en pleine dispute avec Madison

Pendant ce temps, Strand prend soin de Thomas, qui lui dit ne pas arriver à dormir. Il fond en larmes et déclare qu’il ne veut pas quitter Victor. Ce dernier laisse alors entendre qu’il pourrait « partir avec lui ». « Ce serait tellement shakespearien », plaisante Thomas. Mais Strand y pense sérieusement et explique : « Célia s’occupera de nous »… suggérant une fois de plus que Célia joue un rôle très particulier auprès des infectés. Victor dépose un baiser sur les lèvres de son compagnon.

A la nuit tombée, Daniel se promène dehors quand il assiste à une scène étrange. Il voit le jeune garçon qui était avec les employées de maison, porter un animal et le laisser tomber dans une sorte de « vide-ordures » improvisé tandis que l’on entend des cris étouffés et les piaillements de l’animal dans le bâtiment où mène ce conduit…

Ailleurs dans le jardin, Ofélia conduit Nick jusqu’à l’autel improvisé par Célia et le jeune homme plaisante. Il déclare qu’il aurait dû s’en douter : « quand une femme vous emmène quelque part sans que vous ne sachiez où elle vous conduit, c’est forcément vers Jésus ». Il rigole mais Ofélia est sérieuse (comme un pape). Elle lui explique qu’elle veut parler à sa mère. Il reste sans voix. Elle allume un cierge, s’agenouille… et, sentant sa présence derrière elle, se retourne. Il s’agenouille à ses côtés.

Elle lui demande quand il est allé à l’église pour la dernière fois. On s’en souvient, la dernière fois que l’on a vu Nick dans une église, ça ne s’était pas spécialement bien terminé pour lui puisqu’il avait découvert sa petite amie infectée et avait été heurté par une voiture en s’enfuyant. Il affirme à Ofélia qu’il ne se souvient pas de la dernière fois et la presse de « faire son truc ». Elle ferme les yeux et commence à parler à sa mère à voix haute, lui confiant ses inquiétudes au sujet de Daniel, qu’elle trouve très affaibli.

Pendant ce temps, Nick observe le mur couvert de photos et la chouette, dont le regard l’attire inexorablement. Il se revoit dans l’église, découvrant Gloria infectée… ce qui le plonge dans un certain état d’hébétude tandis qu’Ofélia poursuit et achève sa prière.

Daniel, lui, est déterminé à comprendre ce qui se passe dans le bâtiment où il a entendu du bruit. Il écoute la voix de l’enfant qui raconte qu’il apprend à jongler et a progressé. Mais il déplore de n’avoir personne avec qui jouer. Soudain, Daniel brise le silence : « A qui tu parles ? C’est bon, tu peux m’en parler », le rassure Daniel en espagnol. Le garçon explique qu’il parle à sa mère. « Tu me la présentes ? » demande Daniel, très intrigué par cette situation. « Tu peux la voir par les barreaux », propose le gamin.

Daniel entre et découvre alors une vision d’horreur. Plusieurs infectés, entre 10 et 15, sont « accueillis » derrière une grille à travers laquelle ils tendent les bras, pleins de sang. Célia réalise visiblement un « élevage » dans la propriété.

Daniel Salazar mène l'enquête
Daniel Salazar mène l’enquête dans la propriété de Thomas Abigail en Basse-Californie.

Daniel revient dans la maison et la rejoint, il lui demande des explications. Elle explique que « c’est la famille » des gens qui ont travaillé dans la propriété pendant des années et qu’elle se refuse à laisser dehors même s’ils sont infectés. Elle explique que dehors, ils sont chassés comme des monstres. « Et les paroissiens ? » demande Daniel. Voyant deux hosties, il devine que Célia les a empoisonnés (d’où leurs larmes de sang à la sortie de l’église, où ils avaient en fait tous communié avec des hosties pleines de poison). Célia rétorque c’est Daniel qui les a tués. Elle considère que l’infection n’est pas le signe que les gens sont morts mais Daniel lui explique qu’elle met en danger leur sécurité.

Elle demande à Daniel pourquoi il craint la mort et conclut en lui disant « Faites la paix avec vos morts », lui demandant de quoi il a si peur. Puis elle sort, emportant les deux hosties empoisonnées sur un plateau.

Plus tard, Célia fait la toilette de Thomas tandis que Strand les observe. Elle raconte que lorsque Tom était petit, il avait très peur du noir et ne s’endormait que si elle lui chantait une chanson précise. Célia vient prendre la main de Victor : « Je ne te trouvais pas assez bien pour lui », avoue-t-elle. « Je sais », répond-il. Elle lui dit qu’elle est fière de lui car le geste qu’il s’apprête à accomplir est beau et courageux. Elle reconnaît qu’elle s’est trompée à son sujet.

On voit les hosties postées dans la chambre et l’on comprend le terrible plan : Strand et Abigail vont s’empoisonner ensemble… et Célia prendra soin d’eux.

Nick rejoint ensuite Célia, qui s’est installée près d’une splendide fontaine. Elle lui demande s’il a l’accord de sa mère et Nick répond qu’elle dort. « Elle s’inquiète pour toi », remarque Célia. « Elle a ses raisons », admet Nick, une référence à son passé de toxicomane. Célia est en train de boire un verre de vin et elle finit par demander à Nick ce qui l’amène, ce qu’il veut savoir. « Ils ne sont pas vraiment morts, n’est-ce pas ? » interroge le jeune homme. « Effectivement, Nicholas ». « Mais que sont-ils alors ? » poursuit-il. « Ils sont ce qui va arriver ».

Pendant ce temps, Strand est penché au-dessus de Tom, écoutant sa respiration jusqu’au bout. Lorsque Tom rend son dernier souffle, Strand se lève et avance vers la table où Célia a posé les hosties.

Dans la chambre où Travis dort, Chris se réveille et se lève. Il se dirige vers la chambre où dorment Madison et Alicia, recroquevillées l’une contre l’autre… et il appelle : « Alicia ? » puis s’approche, saisit un couteau… lorsqu’un coup de feu retentit, réveillant les deux dormeuses en sursaut.

Madison découvre Chris, le couteau à la main… et lui demande ce qu’il fait là tandis qu’Alicia lui hurle de sortir. Gardant le couteau, il obtempère et s’enfuit.

Dans la chambre de Thomas Abigail, on réalise que Strand lui a tiré une balle dans la tête pour l’empêcher de se transformer. Malgré tout l’attrait que représentait l’idée de mourir à ses côtés, Strand a visiblement une autre conception de la mort que celle qu’entretient Célia.

Tous les résumés de Fear The Walking Dead saison 2

  Episode 1 : Monstre
  Episode 2 : Nous chutons tous
  Episode 3 : Ouroboros
  Episode 4 : Du sang dans les rues
  Episode 5 : Captifs
  Episode 6 : Sicut cervus
  Episode 7 : Shiva
  Episode 8 : Grotesque
  Episode 9 : Los Muertos
  Episode 10 : Ne pas déranger
  Episode 11 : Pablo & Jessica
  Episode 12 : Statue de sel
  Episode 13 : Date du décès
  Episode 14 : Colère Divine
  Episode 15 : Vers le nord

Sommaire : tous les résumés des épisodes de Fear The Walking Dead


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.