Fear The Walking Dead saison 2, épisode 9 : Los Muertos


Retrouvez sur cette page le résumé complet de l’épisode 9 de Fear The Walking Dead saison 2, écrit par Alan Page et réalisé par Deborah Chow. Il s’agit d’un résumé détaillé avec spoilers.

Fear The Walking Dead saison 2 épisode 9

A Tijuana

Nick se réveille en entendant une femme tousser. On voit autour de lui des linges blancs tachés de sang et sur le lit voisin, une large tache de sang. Le jeune homme a dormi dans la pièce où le médecin l’avait examiné. Il sort dans le quartier mais à sa grande surprise, tout semble déserté. Aucun habitant en vue. Au fil de sa marche, on s’aperçoit qu’en réalité, il s’agit d’un quartier fermé par des fortifications de fortune qui sont surveillées.

Nick finit par tomber sur une petite fille à qui il dit bonjour en espagnol, avant de lui demander ce qui se passe. En effet, l’enfant semble triste et perturbée. La petite fille lui répond en espagnol « mon papa ». Elle regarde l’horizon et Nick voit alors une foule rassemblée. Luciana serre un homme dans ses bras – le père de l’enfant – et il lui remet son couteau sous le regard du médecin qui écourte les embrassades. L’homme monte dans un bus hors d’âge qui semble positionné au niveau d’un grillage qui sépare la population des infectés. Les larmes de la petite fille redoublent d’intensité.

Nick sent qu’il va se passer quelque chose de grave. Luciana referme la porte du bus. Les habitants s’approchent de la clôture pour assister à la scène. L’homme traverse le bus pour ressortir par l’autre porte, située du côté des infectés. Il semble très nerveux tandis qu’il avance vers le groupe d’infectés. La foule de personnes saines scande des propos en espagnol tandis que l’homme s’approche des infectés. Nick comprend ce qui va se produire et prend la petite fille contre lui en l’incitant à ne pas regarder la scène. Les infectés se jettent sur l’homme qui hurle sous leurs morsures. Nick reste horrifié. Pourquoi cet homme a-t-il ainsi été envoyé à sa perte ?

Alejandro et Luciana devant le bus
Le « médecin » (Alejandro) et Luciana devant le bus

Ailleurs, en Basse-Californie

Le pick-up transportant les autres rescapés de l’Abigail avance à vive allure sur la route. Strand est au volant, Ofélia sur le siège passager, Alicia et Madison sont assises à l’arrière. Strand arrête la voiture et Madison descend, se mettant à scruter l’horizon et l’océan qui s’étale sous ses yeux. Alicia vient la voir et lui dit que « ça fait deux jours ». Elle laisse entendre qu’ils ont déjà exploré plusieurs directions autour de la propriété qu’ils ont laissée derrière eux pour retrouver la trace de Nick, sans succès.

Madison veut continuer les recherches mais Alicia essaie de la ramener à la raison en lui disant qu’ils doivent rejoindre l’Abigail. Elle laisse entendre que Nick s’est peut-être réfugié sur le bateau. Strand abonde dans son sens car il rappelle qu’il y a de l’eau potable sur le bateau et en profite pour signaler qu’ils ne peuvent pas éternellement vivre du pillage, la voiture risque de tomber en panne d’essence à tout moment. En voyant un groupe de 3 infectés s’avancer vers eux, Madison accepte d’écouter les conseils et de renoncer, au moins temporairement, aux recherches.

A Tijuana

Nick déambule dans le quartier, visiblement sous le choc après la scène à laquelle il a assisté. Il boite encore en raison de sa morsure de chien à la jambe. Une femme l’interpelle en espagnol et lui demande de venir donner un coup de main au lieu de rester à ne rien faire. Plusieurs personnes sont en train de se faire soigner devant le « cabinet médical ».

Le médecin explique à un patient âgé qu’il s’appelle Alejandro et qu’en réalité, il n’est ni médecin ni pharmacien. Le vieil homme laisse entendre qu’il sait qu’il n’en a plus pour longtemps et invite Alejandro à économiser les médicaments et à ne pas perdre de temps à le soigner. Mais le médecin improvisé répond que la question ne se pose pas aujourd’hui, elle se posera peut-être le lendemain.

Nick l’observe tandis qu’il échange quelques mots rapides avec Luciana, qui le dévisage.

Ailleurs, en Basse-Californie

Strand et ses comparses ont atteint le rivage mais c’est seulement pour y trouver une nouvelle mauvaise surprise. L’Abigail s’est volatilisé. Ce n’est guère étonnant quand on sait que la terre est encore moins sûre que l’océan. Strand est persuadé que le bateau a été volé par la Marine. Alicia prend aussitôt le contrôle des opérations alors que tout le monde est assez désemparé. Elle indique avoir repéré un hôtel près de la plage et suggère qu’ils aillent s’y abriter. Madison persiste dans son idée de retrouver Nick mais avec beaucoup de fermeté, Alicia lui dit que désormais, elles ne sont plus que toutes les deux, que ça lui plaise ou non.

La jeune Alicia ne manque pas de jugeote et s’empare d’une branche pour tracer des lettres dans le sable. Elle écrit qu’ils ont perdu l’Abigail et qu’ils se dirigent vers le nord.

Le pick-up roule à vive allure sur la plage, croisant quelques infectés. Il arrive finalement face à un immense bâtiment, un hôtel qui fait face à la mer. Le sommet se perd presque dans les nuages tant la météo est maussade. Ofélia craint que l’hôtel ne soit rempli d’infectés mais quoi qu’il arrive, ils seront plus en sécurité dans un lieu fermé qu’à l’extérieur donc ils n’ont guère le choix.

A Tijuana

Nick essaie de trouver de l’eau pour nettoyer des bandages mais Luciana le voit faire et lui dit que l’eau est bien plus sale que ce qu’il essaie de nettoyer. Elle lui parle en espagnol et il a du mal à comprendre. Elle lui demande de la suivre car, dit-elle, ils ont du travail à faire.

Ailleurs, en Basse-Californie

Les rescapés arrivent à l’entrée du gigantesque complexe hôtelier. Et un danger les menace car on entrevoit une main derrière une vitre ensanglantée… Quelqu’un les observe. Ils essaient d’ouvrir la porte de l’hôtel mais elle a été bloquée de l’intérieur par un empilement de chaise sophistiqué. Strand parvient finalement à forcer la porte et à entrer dans le lobby. Alicia se demande où se trouvent les gens qui ont ainsi barricadé l’hôtel. Strand s’avance jusqu’à la réception et sonne la petite cloche qui permet d’appeler le concierge. Madison n’en revient pas qu’il attire l’attention sur eux d’une manière aussi imprudente ! Constatant que personne ne répond à son appel, Strand plaisante sur la médiocrité du service.

Madison, Alicia, Ofélia et Strand dans le lobby de l'hôtel
Madison, Alicia, Ofélia et Strand dans le lobby de l’hôtel

A Tijuana

Luciana conduit Nick à l’intérieur du bus qui sert de transition entre leur quartier sain et la zone où se trouvent les infectés. Échaudé par la scène dont il a été témoin, Nick essaie de balbutier une question en espagnol pour savoir où elle va comme ça. Luciana lui ordonne de fermer la porte puis elle descend au beau milieu des infectés et donne à Nick quelques « consignes » après avoir immobilisé un infecté qui tentait de s’approcher un peu trop d’elle.

Elle parle d’eux en les appelant « los muertos », qui signifie « les morts », et explique à Nick que la première règle est de rester totalement silencieux en leur présence. La deuxième règle est de rester totalement silencieux en sa présence. Troisièmement, elle lui explique qu’à l’endroit où ils vont, il va y avoir « de véritables fils de p*** ».

Puis elle s’approche de l’infecté qu’elle a crucifié avec son couteau sur une planche et passe les mains sur son torse couvert de sang afin de se barbouiller à son tour de sang pour mieux se faufiler au milieu des infectés. Une ruse que Nick connaît bien pour l’avoir pratiquée par le passé. C’est pour cette raison qu’ils ne pourront plus parler, afin de se fondre dans la masse des personnes contaminées par l’infection.

Nick a une dernière question avant le début de leur expédition. Il veut savoir pourquoi elle l’a choisi lui. Elle lui répond avec une froideur glaciale « parce que tu ne manqueras à personne ». Une fois qu’ils sont grimés et couverts de sang, Luciana récupère son couteau et l’infecté rejoint son groupe. Elle glisse à Nick que la seule personne à qui elle manquera manque elle-même à l’appel.

Dans l’hôtel face à la mer

Strand et le reste du groupe ont commencé à arpenter l’hôtel et tombent sur une salle où, visiblement, un mariage était en cours quand il a été interrompu subitement. Ofélia raconte alors qu’elle a failli se marier à un homme prénommé William. Elle explique qu’il déménageait à Santa Fe, au Nouveau-Mexique. Elle n’a pas pu le suivre car elle devait rester dans sa ville pour s’occuper de ses parents. Madison ramasse une photo du couple dont c’était le mariage. Elle semble absorbée par ses émotions et encore une fois, c’est Alicia qui l’enjoint à bouger. Strand lui dit qu’ils doivent trouver la cuisine.

A Tijuana

Nick a encore une question pour Luciana. Il veut comprendre la scène qui s’est déroulée sous ses yeux le matin, quand un homme a été jeté en pâture aux infectés. Luciana explique que les personnes qui sont en fin de vie rejoignent elles-mêmes ce qu’elle appelle « le mur » pour se donner aux infectés et les rejoindre. Nick lui demande comment elle sait que ce n’est pas une erreur et qu’en réalité, ces gens-là ne servent pas simplement de dîner aux infectés.

Elle lui montre les nombreuses maisons et quartiers que surplombe la route et elle demande ce qui, selon lui, est en train de se passer et à quoi rime cette infection. A ses yeux, il arrive régulièrement que des situations de « purification » symboliques aient lieu dans le monde, comme lorsque le soleil torride vient brûler une terre. Pour elle, c’est exactement ce qui est en train de se produire avec l’infection. Une forme de purification. Les gens reviennent d’entre les morts le temps d’une période de chaos et le jour où ils s’en iront, le monde ira mieux.

Nick demande si c’est la théorie prônée par le pharmacien. Luciana répond que c’est la vérité. Elle ajoute que sans lui, ils seraient perdus. Elle affirme qu’il a été mordu et pourtant, comme on a pu le voir, il semble être dans un état parfaitement normal.

Dans l’hôtel face à la mer

Madison et le groupe finissent par trouver le bar de l’hôtel. Apparemment, ils ont déjà exploré la cuisine et aucune nourriture ne s’y trouvait. Alicia suggère qu’ils passent maintenant en revue les chambres de l’hôtel. En effet, les clients avaient des bagages et il y a sans doute des minibars dans les chambres qui pourraient renfermer de précieuses provisions. Elle propose qu’ils arpentent les étages les uns après les autres. Elle suggère de former un groupe avec Ofélia pour mener à bien cette exploration mais Madison refuse de se séparer d’elle.

Alicia insiste en déclarant que s’il y avait des survivants, ils se seraient manifestés car ils ont longuement exploré les espaces communs de l’hôtel. Même chose s’il y avait des infectés sur place. Selon elle, l’endroit est sûr. Désobéissant à sa mère, elle s’éloigne avec Ofélia.

Strand tente de rassurer Madison et se glisse derrière le bar en proposant de préparer des cocktails pour eux deux. Il estime qu’ils ont grand besoin d’un verre compte tenu de ce qu’ils vivent. Madison est loin d’être du même avis. Boire de l’alcool en pareilles circonstances est-il vraiment prudent ?

A Tijuana

Nick et Luciana progressent sans mot dire dans un quartier où l’on voit des hommes armés jusqu’aux dents et taillés comme des armoire à glace qui semblent monter la garde. Ils se dirigent vers un groupe assis à une table devant un bâtiment. Luciana explique à Nick qu’il s’agit d’un gang qui contrôle l’est de Tijuana et que c’est par ce biais que transitent toutes les marchandises qui arrivent sur place.

Ce sont à l’origine des dealers de drogue qui, désormais, dealent toutes sortes de marchandises. Un plan montre une large flaque de sang au sol. Visiblement, la situation peut très vite mal tourner. Luciana confirme, en disant à Nick qu’ils peuvent décider de le pendre juste parce qu’il les a regardés de travers. Les hommes sont en train de jouer aux cartes quand Luciana et Nick s’approchent. Luciana semble connaître à la perfection les règles du jeu car elle dépose aussitôt ses armes au sol, que ce soit son fusil ou ses couteaux.

Elle explique qu’elle vient chercher de l’eau et l’homme lui répond « bah alors, où est mon bonjour » ? Elle ne répond pas. Il lui demande ce qu’elle peut proposer en échange de l’eau. Tout se monnaie, ici. Elle lui ramène un sac contenant visiblement des médicaments. Le paiement semble suffisant pour l’homme qui désigne un caddy et explique à Luciana qu’elle peut emporter tout ce qui tiendra à l’intérieur. Un signe de tête et un autre homme leur ouvre les portes du grand bâtiment. Nick et Luciana pénètrent à l’intérieur pour faire leurs courses, comme s’il s’agissait d’un supermarché ordinaire.

Nick (Frank Dillane), Fear The Walking Dead
Nick dans Fear The Walking Dead

Dans l’hôtel face à la mer

Madison a finalement cédé à la tentation de boire un verre avec Strand. Il lui explique l’art de préparer des cocktails mais elle semble s’y connaître encore mieux que lui et raconte qu’elle vient de l’état de l’Alabama et qu’elle s’est occupée d’un bar pour financer ses études. Il la met au défi de lui donner un cours et, joueuse, Madison sort des verres et lui ordonne de lui apporter la tequila. On sent le désastre se profiler à l’horizon !

Pendant ce temps, Ofélia et Alicia progressent dans les couloirs mais l’ambiance n’est guère rassurante : il fait sombre, le moindre bruit prend des proportions terrifiantes. Alicia constate que certaines chambres portent le petit cintre « Ne pas déranger » que l’on voit dans les hôtels. Les filles déduisent que quelqu’un a voulu signaler les chambres qui abritent des infectés. Elles pénètrent ainsi dans une chambre jugée sûre et Alicia entasse quelques vêtements dans un sac tandis qu’Ofélia va explorer le minibar où elle ne trouve que des cacahuètes. Elle déduit que les personnes ayant fouillé l’hôtel y étaient sans doute allergiques.

Alicia découvre une scène d’horreur dans la salle de bain. Quelqu’un s’est visiblement pendu à la douche mais a quand même été touché par l’infection et se balance, prisonnier de ses attaches. Ofélia est particulièrement traumatisée par la scène et reste un long moment à fixer l’infecté qui pousse des râles. En sortant de la chambre, Alicia a compris la règle du jeu et retourne le cintre du côté « Ne pas déranger » afin d’indiquer qu’un infecté est présent dans cette partie de l’hôtel.

A Tijuana, dans le supermarché

Luciana explique à Nick qu’ils ont besoin d’eau mais aussi de matériel pour l’infirmerie, par exemple des compresses ou encore des vitamines. Nick veut prendre un paquet de gâteaux mais Luciana l’en empêche en lui rappelant qu’ils ne doivent prendre que ce qui est strictement nécessaire. Au bout d’un rayon, Nick tombe sur d’autres personnes et notamment un homme en train de s’occuper d’une femme en piteux état. Il ne peut s’empêcher de les regarder fixement et Luciana le presse de revenir à sa tâche : remplir le caddie.

Dans l’hôtel face à la mer

Ofélia et Alicia sont en train de poursuivre leur exploration des chambres. Alicia a enfin mis la main sur un minibar encore plein tandis qu’Ofélia réalise qu’il y a encore de l’eau chaude qui coule des robinets de l’hôtel. Alicia lui demande ce qui a fait, selon elle, que le pendu a décidé d’abandonner toute envie de vivre. Elle déclare que pour sa part, elle aurait essayé toutes les solutions envisageables pour survivre avant d’en arriver à un tel extrême.

Ofélia n’a pas l’air de partager son approche et elle dit clairement à Alicia que selon elle, ils ne vont pas s’en sortir. Tôt ou tard, l’infection les rattrapera. Alicia estime qu’il est primordial de garder espoir. Elle lui rappelle qu’elle n’est pas seule dans cette bataille même si son père et sa mère sont morts.

A Tijuana

Luciana sort enfin du supermarché, suivie de Nick. Mais alors qu’ils s’éloignent, un homme arrive par l’arrière et bondit sur Nick, le plaquant au sol. Il sort de sous ses vêtements le paquet de gâteaux que Nick semblait avoir reposé dans les rayons quand Luciana le lui avait demandé. La jeune femme est furieuse qu’il ait ainsi désobéi et qu’il se soit fait attraper la main dans le sac. Nick est incapable de bouger, immobilisé au sol tandis que les hommes sont autour de lui et le maintiennent. L’homme étend son bras sur le sol et lui annonce qu’ils ont l’intention de lui couper la main.

Alors que le sort de Nick semble scellé, il a l’idée de parler de la drogue. Il maîtrise bien le sujet de la toxicomanie et il laisse entendre à l’homme que ses réserves ne sont pas inépuisables. L’homme a besoin d’oxycodone et Luciana et Nick possèdent de l’oxycodone. Elle peut aider la sœur de l’homme, malade, à tenir. Nick négocie un échange : ils apporteront davantage de drogues en échange d’un caddie supplémentaire contenant de l’eau. L’homme accepte et laisse même Nick garder le paquet de gâteaux qu’il avait volé. Ils s’éloignent avec leurs deux caddies pleins et Luciana se rend compte que les hommes les suivent à distance. Ils ne l’avaient jamais fait jusqu’à maintenant et elle ne veut pas qu’ils sachent à quel endroit ils sont installés. Elle est furieuse que Nick ait désobéi à ses consignes. Il s’excuse et elle lui apprend quelques mots d’espagnol au passage, « lo siento » qui signifie « je suis désolé ».

Dans l’hôtel face à la mer

Dans le bar de l’hôtel, Madison et Strand imaginent ce qui serait arrivé si l’infection n’avait pas interrompu le cours de leur vie. Ils ont presque vidé la bouteille de tequila et Strand, décomplexé, avoue à Madison qu’il aurait sans doute essayé de la séduire s’ils s’étaient rencontrés dans un autre contexte. Mais rapidement, la conversation revient à des sujets bien plus graves.

Madison admet qu’elle ne reverra sans doute jamais son fils Nick. Strand est persuadé qu’il est en vie. Madison lui répond que selon elle, Nick est condamné depuis sa naissance, comme l’était son père. Il a toujours été perdu et le sera probablement toujours. Il sera selon elle toujours attiré par la mort. Strand demande à Madison comment est mort le père de Nick. Souvenez-vous, Madison avait annoncé à son fils que Steven était décédé dans un accident de voiture sur le chemin en revenant de son travail.

Madison explique qu’il était tard quand l’accident est survenu et que la voiture a franchi le terre-plein central pour foncer droit sur la route, dans le sens contraire à la circulation. Elle a raconté à ses enfants que c’est parce que Steven s’était endormi au volant mais elle ne croit pas à cette théorie elle-même. Elle pense qu’il a délibérément fait ce geste. Madison regrette parfois d’avoir mis au monde des enfants au milieu de toute cette noirceur.

Ils continuent à boire très généreusement et Madison trinque aux faux espoirs. À l’extérieur de l’hôtel, on voit de plus près le bâtiment depuis lequel quelqu’un observait les rescapés de l’Abigail quand ils sont arrivés dans l’hôtel. On s’aperçoit que ce bâtiment semble plein d’infectés. Dans une chambre, Alicia a visiblement pris une douche et s’est lavé les cheveux. En sortant, elle appelle Ofélia pour que celle-ci aille à son tour dans la salle de bain. Mais elle ne trouve pas la jeune femme. Elle découvre que la porte-fenêtre qui mène au balcon est ouverte. Elle sort, soudain envahie par la crainte qu’Ofélia ait sauté dans le vide.

Elle découvre une scène d’horreur. Des infectés se précipitent dans le vide depuis les différents balcons des chambres où ils se trouvent et, une fois étalés sur le sol du rez-de-chaussée, parviennent à se relever pour reprendre leur progression. Alicia comprend qu’une telle situation place Madison et Strand en grand danger car ils n’ont pas refermé derrière eux l’entrée de l’hôtel. Alicia ressort dans le couloir en appelant Ofélia mais celle-ci est toujours introuvable. En ouvrant une porte, elle tombe nez à nez avec des infectés mais parvient à s’en défaire.

A Tijuana

Nick et Luciana sont enfin revenus au campement. Nick sort de sa poche le paquet de gâteaux qu’il avait volé et va le porter à la petite fille dont le papa a rejoint les infectés le matin. L’enfant hésite à accepter le cadeau et Nick lui glisse les mots espagnols qu’il a appris il y a peu de temps (« Lo siento ») pour lui dire qu’il est désolé qu’elle ait perdu son papa. Luciana assiste à la scène à distance et comprend les motivations de Nick. Elle semble très émue.

Nick retrouve Alejandro et le « médecin » le questionne sur ce qui s’est passé avec les membres du gang. Nick explique que selon lui, la petite fille avait besoin de réconfort ce qui justifie sa tentative de vol. L’homme répond qu’il va falloir plus que des gâteaux s’il souhaite ainsi apporter du réconfort aux personnes touchées. Nick rétorque qu’il ne peut pas toujours être question de la mort. Le médecin est convaincu que c’est faux.

Il conduit Nick dans une pièce où se trouvent de nombreux médicaments et il lui montre une fiole. Il confie à Nick qu’il a seulement injecté une solution saline à l’homme qu’il était en train de soigner le matin, celui qui disait qu’il n’en avait plus pour longtemps. Il lui faisait croire qu’il s’agissait d’un médicament mais ce n’était qu’un placebo. Nick lui demande pourquoi il agit ainsi et Alejandro lui explique que c’est aussi, à sa manière, un moyen de donner l’impression à ces personnes qu’il les soigne afin qu’elles aient moins peur de ce qui va leur arriver.

Puis Alejandro demande à Nick ce qui se produira, selon lui, le jour où ils n’auront plus ni gâteaux ni médicaments. Alejandro est convaincu que ce qu’ils sont en train de vivre est un test et qu’ils ont été choisis pour échapper à la mort. Nick demande comment il en est convaincu. Alejandro se baisse pour attraper une bouteille d’eau et Nick remarque qu’il a une cicatrice de morsure énorme sur l’épaule. L’homme lui tend une bouteille d’eau et lui dit qu’il peut rester parmi eux à condition de bien se comporter. Sinon, Nick sera conduit vers le mur.

Luciana
Luciana et le « mur », ce grillage qui sépare le quartier sain de l’espace où vivent les infectés

Dans l’hôtel face à la mer

Madison et Strand sont complètement ivres dans le bar. Elle continue à porter des toasts à la tequila tandis qu’on constate que des infectés sont en train d’arriver en grand nombre dans le bar de l’hôtel par toutes les issues possibles. Ce n’était pas le moment idéal pour être sous l’emprise de l’alcool !

A Tijuana

Alejandro fait un discours à la foule rassemblée et leur dit que la vie est comme un soupir poussé entre deux décès. Il déclare à tout le monde qu’ils ont en commun une chose : ils sont déjà morts une fois. Lui à travers sa morsure et Nick a sans doute vécu l’équivalent d’un décès à travers son addiction. Alejandro parle de leur groupe comme des « élus, des enfants de la résurrection » qui sont issus de la mort et se livrent à la mort mais qui ne partiront jamais.

Dans l’hôtel face à la mer

Pendant ce temps, dans l’hôtel, Ofélia reste introuvable et Alicia, comme Madison et Strand, se trouve dans une situation désespérée.

Tous les résumés de Fear The Walking Dead saison 2

  Episode 1 : Monstre
  Episode 2 : Nous chutons tous
  Episode 3 : Ouroboros
  Episode 4 : Du sang dans les rues
  Episode 5 : Captifs
  Episode 6 : Sicut cervus
  Episode 7 : Shiva
  Episode 8 : Grotesque
  Episode 9 : Los Muertos
  Episode 10 : Ne pas déranger
  Episode 11 : Pablo & Jessica
  Episode 12 : Statue de sel
  Episode 13 : Date du décès
  Episode 14 : Colère Divine
  Episode 15 : Vers le nord

Sommaire : tous les résumés des épisodes de Fear The Walking Dead


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

2 commentaires sur “Fear The Walking Dead saison 2, épisode 9 : Los Muertos

  • Sweet Judas

    Cet épisode était quand même particulièrement surréaliste… Le bar envahi, les deux compères ronds comme des queues de pelle et les zombies qui tombent du ciel parce que visiblement, toutes les baies vitrées des chambres étaient grandes ouvertes, c’est quand même magique :D

    Répondre à Sweet
    • Allée des Curiosités

      Je suis agréablement surprise par la tournure que prend la série dans la saison 3… par rapport à cette saison 2 qui m’avait souvent profondément ennuyée !

      Répondre à Allée
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.